FLASH
[22/03/2017] la BBC s’est rétractée, l’auteur de l’attentat ne serait pas Abu Izzadeen qui est toujours en prison selon son avocat  |  Abdelghani Merah: « le salafisme devrait être interdit en France »  |  Coups de feu à l’extérieur de l’immeuble du parlement de Londres  |  Erdogan : « la démocratie est comme un train. On le prend, et on descend quand on arrive à destination »  |  Le procès du #MurDesCons débutera le 4/12/18 : la justice politisée sait traîner ou aller vite  |  Erdogan répète ses menaces : « aucun Européen ne peut marcher tranquillement dans aucune rue du monde si l’Europe de change pas d’attitude »  |  La candidate russe à l’Eurovision interdite d’entrée en Ukraine  |  Blocus ? Apartheid ? 845 étrangers et professionnels sont entrés en Israël depuis Gaza hier  |  Erdogan prévient que « les Européens ne vont pas être en sécurité cette attitude de l’Europe continue »  |  [21/03/2017] Mathias Fekl, un illustre inconnu, remplace l’autre inconnu Le Roux au poste interchangeable donc inutile de ministre de l’Intérieur  |  Il promettait une république irréprochable, Hollande ! Le corrompu ministre socialiste Le Roux démissionne  |  Somalie Mogadishu : attentat suicide – oui, encore des musulmans. 7 morts et 10 blessés  |  Le Parquet National Financier ouvre une enquête contre Le Roux, le ministre de l’Intérieur de la gauche morale  |  Afghanistan : les talibans tuent 6 membres de services de renseignement dans la province d’Helmand lors d’un attentat suicide avec une voiture chargée d’explosifs  |  Egypte : ISIS affirme qu’un de ses snipers a tué un soldat égyptien le 19 mars à el-Arish dans le Sinaï  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 26 mars 2007

Les aveux de Khalid Cheikh Mohammed posent de nouvelles questions sur les liens entre Saddam et Al-Quaeda

Par EDWARD JAY EPSTEIN, Wall Street Journal, 21 mars 2007, traduction drzz

La semaine dernière, Khalid Cheikh Mohammed (KSM) a admis avoir été responsable de la planification de près de 28 attentats, y compris le terrible 11 septembre, de "A à Z". Ces confessions sensationnelles, recueillies pendant un interrogatoire de l’armée sur la base de Guantanamo Bay, posent de nombreuses questions sérieuses – en particulier au sujet de la décision de la Commission du 11 septembre de se fonder sur la CIA pour obtenir des informations sur ce leader terroriste, capturé en 2003.

Même si la Commission du 11 septembre a identifié KSM comme le responsable principal des attentats, elle n’a jamais été autorisée à l’interroger, lui ou ses interrogeateurs de la CIA. A la place, la Commission a reçu un briefing d’un officiel de la CIA – lequel avait été briefé par d’autres agents de la CIA sur le contenu des interrogatoires de KSM. Comme l’ont admis les présidents de la Commission, il s’agissait de source "de troisième main" ; cela permettait à la CIA de combler les trous de l’enquête menée par la Commission. Aujourd’hui, les révélations de KSM remettent en question l’honnêteté de la CIA.

 

Etudions l’attaque contre la tour nord du World Trade Center, le 26 février 1993. Un camion de plusieurs tonnes explosa sous l’action de terroristes islamistes afin de détruire la tour. Plus de 1’000 personnes furent blessées, et cinq des responsables, dont celui qui avait fabriqué la bombe, Ramzi Youssef, furent arrêtés et condamnés à la prison à vie.

A LIRE : La presse grecque a démontré que l’ambassade irakienne de Grèce servait de plaque tournante au terrorisme international. En mars 2003, une opération conjointe des services secrets grecs et américains ont découvert des voitures piégées et des explosifs dans l’ambassade irakienne. Nous avons des preuves que l’Irak utilisait également ses ambassades en Jordanie, Phillipines, République tchèque, Espagne, Yémen et Syrie pour accueillir et financer des jihadistes. Nous savons également que les Fedayeens de Saddam préparaient des attentats en Angleterre depuis 1999 selon un  rapport officiel du gouvernement américain (voir la page 53 sur papier ou 71 sur le web).

Yousef était un proche de KSM, et était impliqué avec lui dans un complot destiné à faire exploser plusieurs avions américains en plein vol. Malgré cela, la Commission a conclu que KSM avait joué tout au plus un rôle de figurant dans l’attaque de 1993, se limitant à fournir 600$ à Yousef et avoir quelques conservations téléphoniques avec lui. Ces assertions se fondaient sur les briefings de la CIA.

A croire l’agence, KSM aurait par exemple affirmé que "Yousef ne lui a jamais divulgué quelle était la cible de l’attentat." Comme les attentats de 1993 n’ont, à priori, aucun lien avec ceux du 11 septembre, la Commission n’avait pas besoin de contrôler ces informations.

Pourtant, dans sa confession ultérieure, KSM affirme être lui-même le responsable de l’attentat. Si cela est vrai, cela signifie que les attentats de 1993 et du 11 septembre sont le produit du même cerveau – et le réseau mis en place par KSM en 1993 pourrait être impliqué dans le 11 septembre. Il est intéressant d’analyser la route que prirent Abdul Rahman et Ramzi Yousef, ceux qui créèrent la bombe puis fuirent les Etats-Unis.

Yasin (qui n’est même pas mentionné dans la Commission) est venu aux Etats-Unis depuis l’Irak en 1992, au même moment où Yousef passait en Irak depuis la Jordanie. Malgré que sa tête ait été mise à prix pour 5 millions $ (porté à 25 millions $ après le 11 septembre), les autorités irakiennes ont autorisées Yasin à rester à Bagdad pour 10 ans (il a disparu en 2003, après l’invasion américaine).

Son complice, Yousef, qui est entré aux Etats-Unis à l’aide d’un faux passeport irakien (il était d’origine pakistanaise), s’enfuit après l’attentat au Pakistan où il fut arrêté après avoir été impliqué dans un autre attentat avec KSM et se trouve toujours dans une prison américaine [au Colorado ndlr, près de Canon city. J’ai vu la prison haute sécurité où il est enfermé en 2002]. Comme KSM est derrière l’attentat de 1993 – et que la Commission s’est faite dire le contraire par la CIA – la question de savoir quel était le rôle de KSM dans le recrutement des conspirateurs et dans l’organisation de leur fuite est une question qui demanderait une enquête pressante de la part de la Commission.

Bien sûr, la crédibilité de KSM est un grand point d’interrogation. Dans ses confessions, il peut avoir menti à propos de son rôle dans l’attentat de 1993 ; il peut avoir menti à ses interrogateurs de la CIA (ce qui en dirait long sur l’efficacité de leurs méthodes agressives) ; ou alors, en sélectionnant des éléments hors contexte, l’agent de la CIA a pu induire la Commission en erreur.  

Mais le coeur du problème reste l’inaptitude de la Commission à interroger KSM d’elle-même. Ce n’a pas été faute d’avoir essayé. Les présidents de la Commission ont totalement reconnu l’utilité d’avoir pleinement accès à l’auteur du 11 septembre, and ont noté que leur équipe était "frustrée"de ne pas pouvoir obtenir d’informations directement de KSM et d’autres détenus. Le 22 décembre 2003, moins de sept mois avant la publication du rapport, ils ont dénoncé cette situation auprès du directeur de la CIA George Tenet. Il leur a répondu, sèchement : "vous n’aurez pas accès à ces détenus."

La Commission a un temps pensé à émettre un mandat, mais son conseil général a répliqué qu’un mandat ne fonctionnerait pas auprès d’une cour de justice, du moment où KSM était détenu dans une prison secrète à l’étranger. Elle a également décidé de ne pas publier une demande publique, persuadée qu’elle était de perdre une bataille contre l’administration dans un laps de temps aussi court. Sans alternatives raisonnables, elle a dû ainsi fonder ses informations sur les briefings de la CIA. 

Au final, cet imbroglio sur les affimations de KSM – et les dizaines de citations dans la Commission du 11 septembre qui sont remises en question – sont si graves que l’un des membres de la Commission, Bob Kerrey, a suggéré que KSM soit jugé à New York de manière à ce qu’il puisse être interrogé librement. Si cela peut paraître excessif, une enquête sur ces erreurs est nécessaire. 

D’autres articles sur le même sujet : Le dossier accablant

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz