FLASH
[26/03/2017] 5 habitations de Birmingham ont été fouillées en rapport avec l’attentat de Westminster  |  Les Israéliens nuls en blocus : 746 personnes ont traversé la frontière de Gaza vers Israël hier  |  Cincinnati : tuerie dans un nightclub – 1 mort, 14 blessés, au moins deux agresseurs  |  [25/03/2017] Cuisant échec du meeting Macron à La Réunion : sa porte-parole accuse… « les réseaux russes très bien implantés sur l’île »  |  Egypte, Sinaï : ISIS bombarde l’institut Azhari pour la seconde fois  |  Allemagne, Cologne : l’aéroport a été bouclé, un homme avec un colis suspect a été perdu de vue  |  [24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  |  10 personnes interpellées à Londres dans le cadre de l’enquête anti-terroriste  |  France, scène de la vie ordinaire : une femme voilée armée d’un couteau a tenté d’entrer dans une église de Dijon  |  Grande-Bretagne : université de Bury évacuée, alerte rouge, motif inconnu  |  Tchétchénie: 6 musulmans tchétchènes ont attaqué la garde nationale à Naurskaya : tous tués  |  Attentat de Londres nouveau bilan : 50 blessés  |  ‪Attentat islamique de Londres : 9 personnes en garde à vue qui préparaient d’autres attentats‬  |  ‪Le terroriste de Londres Khalid Masood est né Adrian Russell Ajao. Deux personnes centrales ont été arrêtées‬  |  [23/03/2017] Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de Chirac, cofondateur de l’UMP soutient Macron : c’était bien un UMPS, ou un PS caché  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 31 mars 2007

OPERATION

IRANIAN FREEDOM

Le Dr Eldad, un leader politique de la Knesset, craint qu’Israël soit laissé seul à son sort face à la menace iranienne. "Le monde devrait savoir que nous serons prêts à utiliser tout ce qui sera nécessaire pour empêcher l’Iran d’avoir un programme d’enrichissement d’uranium. Ce qui veut dire que nous serons prêts à utiliser des armes non conventionnelles, parce que les armes conventionnelles ne seront pas suffisantes."

Pendant ce temps, deux flottes américaines s’entraînent dans le Golfe persique. Selon un officiel de l’administration Bush, le message est clair : "Ahmadinejad, ne fais pas un seul faux mouvement."

Israël ne laissera pas l’Iran, qui appelle à "le rayer de la carte", obtenir l’arme atomique, même si l’état hébreu est totalement isolé par la communauté internationale, même s’il doit utiliser son arsenal nucléaire pour contrer la menace. Israël ne reculera pas sur ce dossier, où il joue sa survie.

Comme le notait Guy Millière : "Une fuite en avant irrationnelle et désespérée du clan Ahmadinejad n’est pas impossible, quand bien même elle n’apparaît pas comme l’option la plus probable dans la situation présente : elle ne ferait que précipiter les frappes."

A bien des égards, la prise d’otage des marins britanniques semble illustrer cette fuite en avant. Ahmadinejad cherche un prétexte pour ouvrir les hostilités.

Le néoconservateur Kenneth Timmerman note, le 30 mars 2007 :

"Le clan d’Ahmadinejad cherche la guerre."

Dans le National Review du 30 mars 2007, Rich Lowry explique: "L’Iran veut s’affranchir de la commuauté internationale, mais la communauté internationale ne veut pas perdre l’Iran. Quelles que soient ses attaques contre le monde civilisé, sa défiance de l’ONU, ses violations des normes internationales, ses mensonges, l’Iran n’est pas exclue des négociations, du dialogue et de l’art de la persuasion suave. (…) C’est ce qu’il souhaite. Si nous pensons que notre politique actuelle changera fondamentalement celle de l’Iran, le résultat sera entièrement de notre faute."

La presse arabe l’a très bien compris. Le quotidien Al-Watan du Barhein titre : "la guerre est à nos portes". Il explique que l’armée américaine est en effervescence depuis le début décembre 2006, et, surtout, depuis que Bush a annoncé que l’Iran était responsable des attaques en Irak, comme l’avait noté très justement Guy Millière dans son article.

Le quotidien égyptien Al-Masri Al-Yawm renchérit : "La prochaine guerre du Golfe à venir". La presse syrienne : "C’est au tour de l’Iran". Les rédacteurs koweitiens d’ Al-Hayat : "La guerre est certaine".

Il est temps de relire un autre article avec plus d’attention encore :

NEW STATEMANLes opérations militaires pour une guerre conventionnelle d’envergure avec l’Iran pourraient se dérouler d’un jour à l’autre. Elles s’étendent bien au-delà de la destruction d’usines suspectées de fabriquer des armes de destruction massive (ADM) et donneront la possibilité au Président Bush de détruire les infrastructures militaires, politiques et économiques de l’Iran du jour au lendemain en utilisant des armes conventionnelles.

Sous couvert d’anonymat, des sources militaires britanniques ont confié au New Stateman que "(l’appareil) militaire américain a changé de cap en se focalisant sur l’Iran" dès que Saddam Hussein a été chassé de Bagdad. Il a continué sa stratégie, alors même que l’infanterie américaine était dans une impasse en combattant l’insurrection en Irak. L’armée américaine, la marine, l’aviation ont tous préparé des plans de bataille et ont mis quatre ans à construire des bases et à s’entraîner pour "L’Opération Liberté Iranienne" (Operation Iranian Freedom). L’amiral Fallon, nouveau chef du Commandement Central Américain (US Central Command) a hérité des plans mis sur ordinateur sous le nom de TIRANNT (Théâtre des opérations iraniennes presque achevé – Theatre Iran Near Term ). 

L’Administration Bush a médiatisé l’envoi d’un second prote-avions dans le Golfe. Mais ce n’est qu’une infime partie des préparations. Dans l’après 11 septembre, la marine américaine peut mobiliser 6 porte-avions en un mois. Deux porte-avions dans la région, le USS John C Stennis et le USS Dwight D Eisenhower pourraient rapidement être rejoints par trois porte-avions supplémentaires actuellement en mer: le USS Ronald Reagan, le USS Harry S Truman et le USS Theodore Rossevelt ainsi que le USS Nimitz. Chacun d’entre eux peut transporter des centaines de missiles de croisière.   

D’autres articles sur le même sujet : La marche à la guerre contre l’Iran

En 2005, George Bush a déclaré : « Toutes les options sont sur la table. Le recours à la force est la dernière option pour un président et, vous le savez, nous avons recouru à la force récemment pour protéger notre pays. »

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz