FLASH
Geert Wilders jugé coupable de propos de haine par la Cour  |  Egypte : 8 morts dont 4 policiers lors d’une explosion jihadiste au Caire  |  Nouvel effet Trump : Foxconn Taiwan, qui fabrique les iPhone et d’autres smartphones, déclare au WSJ qu’il envisage de se développer aux USA  |  Le géant de l’acier United States Steel annonce : « maintenant que Trump élu, nous allons investir et réembaucher jusqu’à 10 000 personnes »  |  Viola Desmond, activiste noire engagée dans la défense des droits des noirs, va apparaître sur le dollar canadien, première femme sur un billet de banque  |  Les premiers avions de combat F35i sont en route vers Israël, premier Etat au monde à être livré  |  L’espérance de vie a baissé de 78.9 à 78.8 ans aux Etats-Unis en 2015 (mais progresse régulièrement depuis 1990)  |  Australie : les tapis de prière d’un hôpital de Sydney vont être nettoyés après que du bacon ait été posé dessus  |  L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  |  Fraude fiscale : Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme  |  Grèce : la Cour bloque l’extradition de 2 soldats turcs suspectés de complicité du coup d’Etat  |  Les forces israéliennes ont arrêté une cellule du Hamas qui s’apprêtait, depuis la Judée, à commettre attaques et kidnappings  |  Sondage Gallup: 47% des Américains sont pour le droit à l’avortement, 46% sont pro-vie  |  Où l’on apprend que Trump a eu plus de 30 heures de conversations téléphoniques avec Obama depuis son élection  |  Sondage : le taux de popularité de Donald Trump est monté à 50%, celui des médias est tombé à 6%  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 27 avril 2007

Good-bye to Western Civilization, par Barry Rubin, The Washington Political Action Committee, 13 avril 2007, trouvé sur le site de l’UPJF

En tant que spécialiste du Moyen-Orient, je survole, chaque jour, du matériau provenant de sources arabes ou islamiques, rempli de menaces à vous faire dresser les cheveux sur la tête, à l’encontre de l’Amérique, d’Israël et de l’Occident, ainsi que des reportages de presse sur d’horribles attentats terroristes. Mais l’article d’un journal britannique, dont il est question ici, contient une phrase qui est peut-être la plus terrifiante que j’aie jamais lue.

Si elle tellement effrayante, c’est qu’elle révèle comment l’institution à laquelle on se fie le plus pour assurer la préservation de la société démocratique et de la civilisation occidentale – le système éducatif – trahit cette confiance. Selon un rapport du Département de l’Education et de l’Orientation du Gouvernement britannique, des écoles d’Angleterre suppriment l’Holocauste des cours d’histoire pour éviter d’offenser les élèves musulmans.   

Et voici la phrase réellement effrayante qui figure dans ce compte-rendu de presse :   

"Certains enseignants hésitent à traiter de ces atrocités, de peur de contrarier des élèves dont les croyances incluent la négation de l’Holocauste."

Vous saisissez ? Leurs parents ou leurs prédicateurs musulmans leur disent que l’Holocauste n’a jamais eu lieu, et, plutôt que de contester cette fausse information, des enseignants se taisent pour ne pas prendre le contre-pied d’une vision des choses, fondée sur des mensonges. 

NEWS : un étudiant britannique qui avait caricaturé la religion musulmane dans le journal de l’Université de Cambridge a dû présenter des excuses et vit caché !    

A LIRE : Islamisme : la lente capitulation, par Henryk M. Broder, Le Monde, 9 avril 2007

NEWS : une école hollandaise a arrêté ses cours sur la vie de la ferme parce qu’entendre parler de "cochon" poussait ses élèves musulmans à démolir la salle de classe !

NEWS : Al-Quaeda remercie le leader démocrate Harry Reid pour son défaitisme !

Dans le même esprit, l’enseignement de l’histoire des Croisades est abandonné, non seulement – bien que ce ne soit pas non plus une bonne excuse – parce que cela pourrait déclencher un conflit de société, mais du fait que "cet enseignement contredit souvent ce qui est enseigné dans les mosquées locales". Qui plus est, selon la presse, des enseignants renoncent à cette matière, "de peur que des élèves musulmans aient des réactions antisémites et anti-israéliennes en classe".   

 

 On fait déjà état de phénomènes similaires en France, où la situation s’est encore davantage détériorée. C’est ainsi que l’on met fin à 500 ans de progrès en matière de liberté de recherche intellectuelle à base de la logique et d’examen des preuves. Plutôt que d’affronter les étudiants, ou de relever les défis qu’ils lancent, on les laisse à leurs préjugés. Outre de plus larges implications, une telle attitude contribue à renforcer le racisme, l’intolérance et la haine, au nom d’une philosophie du politiquement correct, qui est supposée les combattre.

Et – il convient de le noter – ce qui rend la chose encore plus grave, c’est qu’il n’y a eu ni émeutes, ni manifestations de masse pour imposer ce maintien dans l’ignorance. Il ne s’agit pas seulement d’une capitulation, mais d’une reddition volontaire, sans que se soit exercée la moindre pression ou menace.

Jusqu’à maintenant, les sociétés démocratiques modernes ont absorbé avec succès un grand nombre d’immigrés, grâce à un processus d’assimilation ou, de manière plus douce, en pratiquant l’acculturation. L’idée, qui a bien réussi aux États-Unis, était que les immigrants doivent accepter les règles de la société. Ce qui va de soi, puisqu’elle a eu un tel succès ? En effet, la stabilité, la liberté et les avantages matériels offerts furent, en premier lieu, la cause de la venue de ces gens en Occident. De plus, les immigrants étaient libres de conserver la plus grande partie de leur culture et de leur religion.   

Mais aujourd’hui, on exige de la société qui a réussi qu’elle s’adapte aux sociétés moins démocratiques. Où cela s’arrêtera-t-il ? Les écoles peuvent-elles enseigner la démocratie à ceux à qui l’on affirme que c’est une hérésie, parce que seul Dieu peut édicter des lois ? L’évolution, ou même l’idée d’un dessein intelligent, peuvent-elles, ou pourraient-elles susciter des plaintes d’élèves parce qu’elles contredisent ce qui est dit dans les mosquées ? Et qu’en est-il de la valeur de la tolérance elle-même, puisque elle pourrait contrarier ceux à qui l’on a enseigné l’intolérance envers les autres ?   

Cette nouvelle attitude condamne aussi les immigrants musulmans à être sous l’emprise de ceux d’entre eux qui sont des islamistes radicaux. Au lieu de contester l’extrémisme, l’école va le renforcer. On priera les élèves assoiffés de connaissance et de liberté, de se taire et de croire ce que disent leurs mollahs. Aucune étudiante refusant de porter des habits qui cachent son corps ne peut compter sur l’aide ni sur la protection légale de la société française ou britannique. Par contre, elle est condamnée à l’emprisonnement dans un ghetto intellectuel et comportemental.

 
Finalement, il y a, dans ce qui se passe en Europe, un élément plus choquant encore,
le pire de tous peut-être : 

c’est la passivité avec laquelle on excuse et passe sous silence cette révolution contre la liberté. 

D’autres articles sur le même sujet : Eurabia

  Le futur de l’Europe

 

 

L’Europe du XXIe siècle, la nouvelle République de Weimar

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz