FLASH
[28/03/2017] Maroc : 14 personnes arrêtées pour avoir incendié un commissariat  |  [27/03/2017] Plus de 400 jihadistes seraient rentrés au Royaume Uni d’après une source sécuritaire  |  L’Iran classe la CIA et l’Armée américaine comme organisation terroriste  |  L’opposant de Poutine Alexei Navalny condamné à 15 jours de détention après les manifestations anti-corruption d’hier  |  Attentat du Drugstore : réclusion à perpétuité requise contre le monstre Carlos le chacal  |  Egypte : 1 soldat égyptien et 6 militants de l’Etat islamique tués en deux incidents séparés dans le Sinaï  |  Syrie : un drone suspecté d’être américain, bombarde une voiture avec 6 occupants d’al-Qaïda  |  Blocus ? Non, propagande antisémite : 719 camions contenant 25 385 tonnes de biens sont entrés à Gaza par Israël hier  |  [26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 25 mai 2007

Cela fait plus de quatre mois que j’ai lu ce livre, mais je n’arrête pas d’y revenir. 

Un regard sur le Seconde Guerre mondiale nous apprend que les grands intellectuels de l’époque ont chacun, à leur manière, tiré la sonnette d’alarme, à leurs risques et périls.

Au tour de Maurice G. Dantec de prendre le maquis. Quelques perles d’un chef-d’oeuvre à lire sans modération :

Il n’existe aucun hasard dans l’Histoire : les raclures nazies, la racaille gauchiste et les ordures islamistes sont déjà en train de s’allier contre le dernier pôle de souveraineté politique occidental – les Etats-Unis – comme le premier d’entre nous – le royaume d’Israël. (p. 241)

« Entre Dieu et les Français, il y a l’astuce » – disait Cioran. On se doit de rajouter : mais entre les Français et l’astuce, il y a Dieu. (p. 262) 

Selon Nelly Kaprielan, « chroniqueuse littéraire » aux Inrocks, j’aurais fort méchamment essayé d’insinuer que tout « antisioniste » était un « antisémite » qui, dans le meilleur des cas, s’ignore. Ô scandales des scandales, quel affreux mensonge. Je me dois de rectifier. On sait bien, en effet, qu’un antisioniste n’est rien d’autre qu’un antisémite qui se déballonne. (p. 245)

Une religion qui punit de mort l’eventuel apostat est une religion qui me semble très peu sûre d’elle-même. (p. 263)

Israël renaquit après 1878 années de diaspora. L’Europe, elle aussi un jour, dans vingt ou trente siècles, viendra enfin à renaître (p. 271)

L’Islam, ce communisme du désert. (p. 279)

Il suffit de lire la presse franchouille ou de capter les émissions de Téléchirakie, on sent derrière chaque annonce quotidienne d’un soldat américain tué quelque part en Irak, comme l’expression obscène, cachée, honteuse, hypocrite à la vendeur-de-juifs, d’un contentement pervers et corrélatif au ressentiment – acide comme un vitriol – de savoir qu’on vient définitivement de sortir de l’Histoire. 
Cela ne vous rendra pas votre honneur depuis longtemps perdu, ordures. (p. 276)

J’ai dit un jour que tout Européen qui se respecte doit se tenir prêt à défendre Jérusalem. 
Le problème réside en ceci que ce sont peut-être les Israéliens qui viendront un jour nous aider à défendre Paris. (p. 313)

Reste-t-il une chance pour que la France ne connaisse pas le sort de l’ex-Yougoslavie, entraînant toute l’Europe dans le mur, une guerre moyenâgeuse qui se réglera à coups d’armes automatiques et de missiles sol-air ?
Je serais tenté de dire : je ne sais pas. 
Sans doute parce que quelque chose m’empêche de parler clair. 
Je ne dois pas alarmer mes concitoyens, c’est mal.
Ya-t-il une issue pour la France du Jacobinisme parisien et pour l’Europe des Bureaucrates bruxellois ?
Y’a-t-il une sortie vers le haut pour cette nation qui s’efforce par tous les moyens à sa dispositions de rejoindre la bonde d’éjection des eaux usées de l’Histoire ?
Subsiste-t-il une chance que survivent les peuples qui inventèrent la civilisation occidentale et chrétienne ?
Il est inutile de spéculer, « ou » ou « non » ne sont pas vraiment des réponses.
En ce qui me concerne, il n’en existe plus qu’une, rouge comme les crépuscules des civilisations, rouge comme le signe du Dieu Mars, rouge comme le soleil qui perpétue sa course métahistorique : 
OUEST. (p. 690)

 
L’un des plus grands auteurs français du 20e siècle

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz