FLASH
[26/03/2017] Les Israéliens nuls en blocus : 746 personnes ont traversé la frontière de Gaza vers Israël hier  |  Cincinnati : tuerie dans un nightclub – 1 mort, 14 blessés, au moins deux agresseurs  |  [25/03/2017] Cuisant échec du meeting Macron à La Réunion : sa porte-parole accuse… « les réseaux russes très bien implantés sur l’île »  |  Egypte, Sinaï : ISIS bombarde l’institut Azhari pour la seconde fois  |  Allemagne, Cologne : l’aéroport a été bouclé, un homme avec un colis suspect a été perdu de vue  |  [24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  |  10 personnes interpellées à Londres dans le cadre de l’enquête anti-terroriste  |  France, scène de la vie ordinaire : une femme voilée armée d’un couteau a tenté d’entrer dans une église de Dijon  |  Grande-Bretagne : université de Bury évacuée, alerte rouge, motif inconnu  |  Tchétchénie: 6 musulmans tchétchènes ont attaqué la garde nationale à Naurskaya : tous tués  |  Attentat de Londres nouveau bilan : 50 blessés  |  ‪Attentat islamique de Londres : 9 personnes en garde à vue qui préparaient d’autres attentats‬  |  ‪Le terroriste de Londres Khalid Masood est né Adrian Russell Ajao. Deux personnes centrales ont été arrêtées‬  |  [23/03/2017] Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de Chirac, cofondateur de l’UMP soutient Macron : c’était bien un UMPS, ou un PS caché  |  Scotland Yard a arrêté une musulmane de 39 ans à Londres Est qui préparait un attentat  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 27 mai 2007

Si vous êtes un lecteur expérimenté du blog drzz, vous savez sans doute que les preuves de liens très forts entre le régime baasiste et le terrorisme islamiste abondent. Les arguments couramment avancés pour nier l’implication de Saddam Hussein dans le terrorisme international ne tiennent pas face à l’analyse la plus sommaire.  

La commission du 11 septembre a déclaré qu’il y avait eu des contacts entre le régime baasiste et la nébuleuse islamiste. Deux ans plus tard, un rapport du Sénat est venu faire le grand nettoyage pour s’offrir en tremplin à la commission Baker-Hamilton : pas de liens entre Saddam et Al-Quada, ni avec le terrorisme islamiste. Ces affirmations n’ont aucune valeur historique. En déconnectant l’Irak de la guerre contre le terrorisme, les Démocrates espèrent seulement accélérer la défaite américaine et la déroute des Républicains en vue des échéances de 2008. Torpiller les recherches sérieuses sur l’Irak d’avant-guerre devient alors aussi nécessaire que désinformer le public américain.

Saddam était-il laïc ? Cette assomption est ridicule. En plus de faire ajouter « Allah est grand » sur le drapeau national et écrire une version du Coran avec son propre sang, le dictateur mégalomanique avait ordonné au parti Baas de s’islamiser et de célébrer la culture musulmane de l’Irak. « Avec Saddam, l’Irak a sombré dans le tribalisme et le fanatisme religieux comme jamais auparavant » a déclaré Hanaa Edwar, une citoyenne irakienne au reporter Steven Vincent (In the Red Zone, Spence Publishings, Dallas, 2004, p. 152).  

Qu’en est-il du terrorisme ? Des memos  du renseignement irakien publiés par la presse, en tout une quarantaine de pages, détaillent les liens entre le régime de Saddam Hussein et des organisations fondamentalistes, de 1993 à 2000. On y parle notamment d’un « camp à martyrs » accueillant des terroristes soudanais, palestiniens, égyptiens et pakistanais.

 

En page 41 d’un memo du 6 septembre 2000, un tableau résume les achats du régime en anthrax et en équipement relatif à l’utilisation de cet agent biologique. Curieuse cette acquisition d’une Arme de Destruction Massive de la part d’un régime qui, si l’on en croit nos médias, n’en avait pas !

L’ancien inspecteur Richard Spertzel avait expliqué dans un article que l’Iraq Survey Group – dont il faisait partie – avait mis à jour des laboratoires du Mukhabarat (services secrets irakiens) où l’on s’essayait à mettre du gaz nerveux dans des bouteilles de parfum à destination de l’Europe et des Etats-Unis.  Cette nouvelle ne devrait en être une pour personne, puisqu’elle a été incluse dans le rapport officiel remis au Congrès par l’ISG, l’organe créé par le gouvernement américain pour chercher les ADM en Irak. Mais c’est l’AFP qui a lu le rapport pour vous, et l’AFP vous relate ce que l’Elysée veut bien que vous lisiez. C’est-à-dire une vision pro-saddam, anti-bush et pro-islamique.

Le 1er avril 2007, la revue internationale du renseignement et du contre-espionnage a publié un article consacré aux attaques d’anthrax qui ont frappé les Etats-Unis entre septembre et octobre 2001, et qui restent pour l’heure inexpliquées. Des lettres avaient été jointes à l’arme biologique, datées du 11 septembre 2001. Selon le FBI, la graphologie démontrait que leurs auteurs ne devaient pas être anglophones. On y lisait :

« Vous ne pouvez pas nous arrêter. Nous avons cet anthrax. Mourrez maintenant. Avez-vous peur ? Mort à l’Amérique, mort à Israël, Allah est grand. »

La revue scientifique conclut qu’un laboratoire militaire étranger est à l’origine des attaques (p. 92). Parmi les suspects, l’Irak de Saddam Hussein, qui avait acquis auprès des Russes et des Allemands de l’anthrax ayant les mêmes propriétés que ceux relevés en 2001.

L’ex- inspecteur de l’ONU Richard Spertzelécrit à la chercheuse Laurie Mylroie le 7 avril 2007 . « J’ai toujours été convaincu que les attaques d’anthrax (de septembre-octobre 2001, aux Etats-Unis) étaient une opération des services secrets irakiens et syriens. » L’origine exacte des stocks d’anthrax que possédaient l’Irak de Saddam est encore un mystère. En 1988, l’Irak en a acquis auprès de l’Allemagne (les bombes qui ont massacré les habitants kurdes d’Halbja étaient allemandes). L’Institut Pasteur de Paris lui a aussi fourni plusieurs échantillons, dont un seul a été identifié par les inspecteurs de l’ONU (le Pasteur A15).  

En 1996, l’un des deux laboratoires irakiens permettant d’obtenir de l’anthrax militaire a été détruit par les inspecteurs à Al Hakam. L’autre a été démonté par le régime en 1998 – au nez et à la barbe de l’ONU -, et a sans doute été déménagé en Syrie en 2003. 

Le trajet des échantillons du Moyen Orient aux Etats-Unis reste inconnu. La seule piste valable est une ordonnance retrouvée par le FBI dans un motel de Floride et signée en juin 2001 par le docteur Christos Tsonas , de l’Hôpital Sainte-Croix de Fort Lauderdale (FL). Interloqué par la blessure de l’un de ses patients, une bûlure extrêmement forte au niveau de la jambe gauche, le médecin en question a délivré des calmants sur ordonnance. Plus tard, Tsonas a reçu des photos de blessures par l’anthrax d’un institut spécialisé et en a conclu que son patient avait montré les symptômes d’une infection de l’épiderme face à des spores d’anthrax.

Son patient s’appelait Ahmed Ibrahim Al-Haznawi. Avec trois complices, c’est lui qui a détourné le vol 93 qui s’est écrasé en Pennsylvanie le 11 septembre 2001.

LISEZ LE rapport SUR L’IRAK  

——————————————————————————————————————————————-

1999 : documentaire d’ABC News. Quelques années avant que les Démocrates ne se mettent à réécrire l’Histoire… 

« ABC News a appris qu’en décembre 1998, Faruq Hijazi, l’actuel amabassadeur irakien en Turquie, a voyagé secrètement en Afghanistan pour rencontrer Ben Laden. Trois agences du renseignement ont dit à ABC News qu’elles ne savent pas précisément ce qui a été dit durant cet entretien mais ont la quasi certitude que Ben Laden a été informé qu’il serait accueilli à bras ouverts à Bagdad. »
 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz