FLASH
Le monde du deux-roues et de la moto perd une figure qui s’en va à la retraite : François Hollande  |  Merkel au bord de la crise de nerf : la moitié des Allemands réclament un référendum sur un possible GERXIT  |  Le Sénat américain a voté un renforcement des sanctions contre l’Iran – un sénateur a voté contre : Bernie Sanders  |  François Hollande renonce à se représenter à la présidentielle – il aura au moins pris une bonne décision en 5 ans  |  France: la police intercepte un avion avec 100 millions d’euros de Cocaine venant de Colombie à bord  |  A l’ONU, la France vient de voter que le Mont du Temple est un lieu saint pour les seuls musulmans  |  Près de 370 combattants de l’Etat islamique arrêtés en Turquie en novembre, rapporte l’agence officielle turque  |  Plus bas historique : 5% des Américains ont confiance dans les médias, sauf Fox News: 28% lui font confiance  |  Scandaleux : le Parlement européen illustre un débat sur le fascisme par une photo de Marine Le Pen  |  Michael Flynn, le conseiller à la sécurité nationale de Trump accuse la Chine & la Corée du nord d’avoir fait une alliance globale avec l’islam radical  |  Les médias vont manger leur chapeau : le Dow Jones progresse de 76 points à l’annonce des nomimations par Trump aux postes économiques clés  |  Message d’Albert Bertold: Dreuz a perdu 8 abonnés twitter, 46 de la newsletter et gagné 431 lecteurs en 24h  |  2 avions israéliens ont tiré des missiles depuis l’espace aérien libanais vers la capitale syrienne  |  Colorado : 3 ans après la légalisation de la Marijuana, les morts sur les routes de consommateurs ont progressé de 62%  |  Colombie : le Sénat approuve à l’unanimité un nouveau plan de paix avec les terroristes communiste FARC  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 3 juin 2007

Par Caroline Glick, rédactrice-en-chef adjointe du Jerusalem Post, 1er juin 2007, traduite par Sentinelle 5767

Le continent européen est en train de se suicider.

Mercredi dernier, la décision de l’UCU (Syndicat des Collèges et Universités de Grande Bretagne) d’appeler au boycott des universités et collèges israéliens n’était pas seulement hypocrite. Elle était suicidaire.

Ce n’est pas seulement que les Britanniques préfèrent boycotter les universités israéliennes que par exemple, les universités palestiniennes, égyptiennes, syriennes, iraniennes, saoudiennes et jordaniennes, où les étudiants sont endoctrinés à rechercher l’annihilation du Peuple juif, et la soumission de la chrétienté par la destruction de la civilisation occidentale.

Ce n’est pas seulement qu’ils ont ignoré les pauvres et braves étudiants iraniens qui, il y a trois semaines, ont été attaqués brutalement par les forces du régime alors qu’ils tentaient de tenir des élections pour leurs organisations pro démocratiques sur le campus.

En appelant au boycott des universités israéliennes, l’Establishment universitaire britannique ne tourne pas seulement le dos à Israël, mais à la Grande Bretagne. Quand le corps professoral britannique rejette le droit d’Israël à l’existence en tant qu’Etat Nation démocratique juif, et glorifie la société palestinienne qui soutient le jihad mondial et la destruction de la civilisation occidentale, ils rejettent l’Etat britannique. 

Ils adhèrent à une culture fondée sur le rejet de la culture et des traditions qui ont constitué la Grande Bretagne depuis que la Grande Charte a été rédigée en 1215. Depuis 800 ans, la Grande Bretagne s’est dressée pour la liberté individuelle, et la liberté d’investigation – au moins au bénéfice des Britanniques eux-mêmes. Dans des universités telles Oxford et Cambridge, c’est cet esprit humaniste et la fierté nationale et culturelle justifiée qu’elle alimentait qui a facilité l’ascension britannique vers la puissance internationale. En boycottant Israël, qui incarne lui-même ces idéaux britanniques, les Britanniques abrogent leurs propres traditions d’ouverture. Par conséquent, ils s’autodétruisent.

Et la Grande Bretagne n’est seule dans l’auto destruction. La course britannique vers l’obscurité fait partie d’un courant plus large qui recouvre toute l’Europe occidentale. Prenez la Suède par exemple.

La Suède est soutenue par des chefs de la Gauche israélienne comme l’ancien ministre des affaires étrangères Shlomo Ben-Ami, (qui se consacre désormais à attaquer les Etats-Unis et Israël depuis son perchoir universitaire à Tolède en Espagne), la ministre de l’éducation Yuli Tamir, le ministre de la défense Amir Peretz, le chef du Meretz Yossi Beilin, et l’ancien président du Parti travailliste Avraham Burg. Ils chantent les louanges de la Suède comme le merveilleux pays démocratique et social, que Israël doit imiter.

Les 12,5% des Suédois sont des immigrants, et environ la moitié des immigrants en Suède sont Musulmans. Les Musulmans vont bientôt composer la majorité de beaucoup de villes de Suède.

Le blogger scandinave intrépide Fjordman a récemment écrit un essai, «Le jihad et l’effondrement du modèle suédois» («Jihad and the collapse of the Swedish model») sur le site Brussel Journal. Il y décrit la signification de la Loi d’Intégration Suédoise de 1997 pour l’auto destruction nationale de la Suède. La Loi proclame officiellement la Suède «société multiculturelle».

Des remarques sur la Loi déclarent: «Du fait qu’un groupe important de population a ses origines dans un autre pays, la population suédoise ne dispose pas d’une histoire commune. La relation à la Suède et le soutien accordé aux valeurs fondamentales de la société comporte donc une plus grande signification pour l’intégration qu’une origine historique commune».

Comme Fjordman l’explique, la Loi n’était rien de moins qu’un suicide national. «Les Suédois d’origine en ont été réduits à un simple autre groupe ethnique en Suède, sans autre revendication sur le pays que les Kurdes ou les Somaliens arrivés jeudi dernier. Les autorités politiques du pays ont détruit la propre histoire et la culture de leur Peuple.»

Fjordman cite les auteurs Jonathan Friedman, Ingrid Bjorkman, Jan Elfverson et Ake Wedin qui ont expliqué dans leur livre paru en 2005 «Exit the People’s Home of Sweden – The Downfall of a Model of Society», [Sortie du Peuple de Suède de son Foyer – la Chute d’un Modèle de Société], que le multiculturalisme, en tant qu’ «idéologie dominante en Suède, qui a été rendue telle par de puissantes méthodes de mise au silence et de répression, est une idéologie totalitaire, où les élites s’opposent au point de vue national de l’Etat nation».

Les auteurs expliquent: «Le problème est que le groupe ethnique… ceux décrits comme Suédois, sont implicitement considérés comme des nationalistes, et donc vus comme des racistes».

Comme les idéologies totalitaires du 20ème siècle, le multiculturalisme identifie les Juifs et les Américains comme ses principaux ennemis. Tous deux doivent être détruits du fait de leur refus de s’autodétruire, et de fusionner dans le courant de pensée post-national. Et comme leurs prédécesseurs du 20ème siècle, les multi culturalistes d’aujourd’hui s’attachent les Musulmans radicaux qui partagent leur rejet du judaïsme et de la culture américaine.

Les multiculturalistes persuadent leurs sociétés d’accepter leur propre destruction en endoctrinant leurs concitoyens, par leur système d’éducation et les médias. Un récent sondage chez des Suédois âgés de 15 à 20 ans a démontré que 90% d’entre eux n’avaient jamais entendu parlé du Goulag soviétique.

Il n’est pas besoin de dire que les conséquences de cet état de faits ne sont pas limitées à l’Europe. Comme elles le pratiquent envers leur peuple, les élites européennes travaillent sans cesse à circonvenir la confiance culturelle américaine et israélienne, et à miner toute action que les deux nations entreprennent pour combattre les forces du jihad mondial. Soit en condamnant l’incarcération par les Américains de jihadistes à Guantanamo Bay, soit en proclamant que le sionisme est un racisme, soit en attaquant la campagne américaine en Irak, soit en finançant des groupes de pression israéliens anti-sionistes et l’Autorité Palestinienne, ou bien en insistant pour négocier avec l’Iran, l’Union Européenne travaille à obliger les USA et Israël à démissionner plutôt qu’à se défendre, et à convaincre les sociétés américaine et israélienne que nous ne valons la peine d’être défendus.(…)

Pendant la guerre froide, protégés
par l’armée américaine, les Européens pouvaient adhérer à un suicide culturel et national sans craindre les conséquences de leurs actes. Désormais, confrontés à ces conséquences, les Européens ont opté pour leur propre destruction plutôt que d’abandonner leur modèle multiculturel, et la conjonction de l’antiaméricanisme et de l’antisionisme.

Israël et les USA n’ont personne d’autre pour les défendre. Et malgré les rodomontades de leurs élites culturelles, médiatiques et universitaires, les Peuples israélien et américain n’ont aucun intérêt à commettre un suicide national. A la lumière de ceci, les deux pays doivent rapidement se secouer pour mettre fin à l’européanisation de leurs cultures et de leur politique.

 

LISEZ LE rapport SUR L’ISLAM

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz