FLASH
Excédé par la pollution sonore de l’appel du muezzin, un Israélien demande que les imams envoient leurs appels audio par Whatsapp  |  Libye : le gouvernement a repris la ville de #Sirte à l’Etat islamique, dont les combattants se préparent à se mélanger aux migrants  |  Ecosse. Fumer avec un enfant dans la voiture, c’est 119 € d’amende  |  Raciste ? Trump a nommé un noir, Ben Carson, comme Secrétaire au logement et au développement urbain  |  Wisconsin: Les Verts ont dépensé 1 million $ pour demander le recomptage. Sur 2.975 millions, ont été trouvés pour l’instant 349 votes manquants  |  Référendum italien : 56% pour le non, 44% oui. Renzi démissionne – Ce n’est cependant pas ITALXIT  |  Obama vient d’émettre une interdiction de déplacer l’ambassade des Etats Unis de Tel Aviv à Jérusalem : Obama, on vous aime, ça aidera Trump à ne pas hésiter !  |  Premiers sondages en sortie des urnes : Bellen (Vert) 53.6%, Hoffer (FPO) 46.4%  |  Finlande : Le maire et 2 journalistes ont été tués hier soir par un sniper à #Lmatra, le tueur a été arrêté  |  2 tests du sentiment des peuples vis à vis de l’Europe aujourd’hui : référendum italien, présidentielle autrichienne  |  L’incendie d’Oakland, lors d’une soirée dans un entrepôt pourrait faire 40 morts – cause inconnue mais ce quartier est très violent  |  La banque centrale d’Arabie saoudite annonce être bloquée par un virus venu d’Iran  |  L’ancien président de France Télévisions Rémy Pflimlin qui a masqué la vérité de l’affaire al Dura, est mort à l’âge de 62 ans d’un cancer  |  L’homme qui a pris 7 otages lors d’un cambriolage bd Massena à Paris a échappé à la police, et il est armé  |  Des hackers ont dérobé 2 milliards de roubles de la banque centrale de Russie  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 27 juin 2007

  Secret History of the Iraq War

Dans la série « comment on enterre l’Histoire dérangeante », quelques sources supplémentaires qui confirment l’existence de liens très étroits entre le régime de Saddam Hussein et la nébuleuse d’Oussama Ben Laden.

Un ouvrage écrit par l’ex-président de la Task Force sur le terrorisme et la guerre non-conventionnelle pour le Congrès, Yossef Bodansky, et paru en 2004, détaille le soutien du dictateur au terrorisme en général et à Al-Qaeda en particulier. Son livre, très documenté, explique aussi comment les ADM irakiennes ont été déménagées en Syrie et au Liban, un point déjà largement évoqué sur ce blog.

Un autre ouvrage, intitulé « côte à côte dans la même tranchée » détaille les liens entre l’islamiste et le régime de Saddam Hussein. Les auteurs sont très bien placés pour en parler : Ray Robinson est un officier vétéran de l’US Army, et l’un des inspecteurs principaux de l’Iraq Survey Group (le groupe chargé par le Congrès de découvrir des ADM en Irak), Richard Dunaway est un vétéran des renseignements américains, spécialisé dans la sécurité intérieure, et Sammi Hal-Adir, dont la biographie est secrète pour des raisons de sécurité, est probablement un ex-officier des renseignements irakiens.

S’appuyant sur des sources de première main, à savoir les documents mis en ligne par le gouvernement américain (base de données HARMONY et archives irakiennes mises au frais à Fort Leavenworth), ils démontrent ce qui a souvent été dit sur ce blog, à savoir que Saddam Hussein était le bailleur de fonds de l’organisation, et l’Irak l’état qui a financé tous les attentats majeurs contre des cibles américaines durant les quinze dernières années. 

Une surprise ? Le 19 janvier 1991, le président du comité sur le renseignement, le sénateur démocrate David L. Boren, avait dit au Washington Post que «Saddam a mis en place un réseau incluant certaines des organisations terroristes les plus sophistiquées du monde.»

Parmi les frappes qui ont réussi, les auteurs de l’ouvrage cite l’attentat de 1993 contre le World Trade Center de New York (Ramzi Yousef est entré aux Etats-Unis avec un passeport irakien),  les attaques contre les militaires américains à Mogadiscio en 1993, l’attentat de 1995 à Oklahoma City (le meilleur ami de Thimoty Mc Veigh était un ex-officier de la Garde Républicaine – i.e. un agent irakien), l’attentat de 1996 contre les tours Khobar en Arabie Saoudite, l’attentat de 1998 contre les ambassades du Kenya et de Tanzanie, l’attentat contre le USS Cole. 

Précisons que les liens entre l’Irak et ces attentats, y compris Oklahoma City, sont évoqués depuis très longetemps.

Au total, dans la période précédant le 11 septembre, l’alliance entre les islamistes et leur bailleur de fonds irakien a tué plus de 430 personnes, dont près de 250 Américains, et blessé près de 2’500. 

On comprend   mieux la discrétion des autorités américaines sur ces activités et sur la faiblesse de la riposte… 

Ajoutez-y le 11 septembre et le meurtre du diplomate Folley en 2002, et le compte monte à 3’500 morts et 6’000 blessés. Un désastre.

« Un homme faisant allégeance au président irakien Saddam Hussein  a tenté de détourner un vol entre Djibouti et le Sana’a, avec à son bord l’ambassadeur américain au Yémen et des conseillers spéciaux du gouvernement américain. » BBC, 24 février 2001

Saddam Hussein signait ses crimes. Chaque attentat d’envergure sur le sol des Etats-unis correspond à une date majeure, comme si les attaques lavaient une humiliation faite au dictateur. Jugez-en plutôt : 

1. Attentat contre le World Trade Center, 6 morts, 1’042 blessés
26 février 1993 : deux ans jour pour jour après le début du 
retrait  des troupes irakiennes du Koweit, le 26 février 1991

2. Attentat d’Oklahoma City, 168 morts, plus de 800 blessés
19 avril 1995 : quatre ans, jour pour jour, après la 
création des commissions de désarmement de l’ONU pour l’Irak, le 19 avril 1991

3. Attentat contre les tours Khobar, 20 morts, 372 blessés
25 juin 1996 : trois ans jour, pour jour, après l’attaque par l’USAF du quartier-général des services secrets irakiens (en riposte à la tentative d’assassinat par les Irakiens du Président Bush), le 25 juin 1993 

4. Attentat du 11 septembre : 2’970 morts, plus de 3’500 blessés
11 septembre 2001 : onze ans, jour pour jour, après le discours
majeur de George H.W. Bush au Congrès le 11 septembre 1990 déclarant l’occupation du Koweit illégale, un discours qui a mené à la Guerre du Golfe 

CNN.com« Le président irakien Saddam Hussein a offert l’asile à Oussam Ben Laden, qui soutient ouvertement les attentats contre les Occidentaux. » CNN, 13 février 1999

A noter que le Vice-Président Dick Cheney maintient que le régime de Saddam Hussein avait des liens avec Al-Qaeda, et qui sait lire comprend que Cheney, qui avait pris ses distances avec la Commission du 11 septembre en 2004, sait très bien que le régime irakien est derrière ces attaques :

WASHINGTON – Blaming what he called « lazy » reporters for blurring the distinction, Vice President Dick Cheney said that while « overwhelming » evidence shows a past relationship between Saddam Hussein and al-Qaida, the Bush administration never accused Saddam of helping with the Sept. 11 attacks. 

« We have never been able to prove that there was a connection there on 9/11, » he said in the CNBC interview that aired on NBC’s « Today » show Friday.
Cheney, however, insisted the case was not closed into whether there was an Iraq connection to the Sept. 11 attacks. « We don’t know. »
(…)

But Cheney declined to disagree outright with the report’s conclusion that no evidence exists to connect Saddam to Sept. 11 — saying instead that, « I disagree with the way their findings have been portrayed. There has been enormous confusion. »

Au cas où vous seriez, comme l’establishment américain, soudain frappé d’amnésie, consultez les extraits vidéos, particulièrement ce flash de CBS annonçant qu’un membre des Frères musulmans égyptiens a suivi un entraînement terroriste en Irak, ou celui de la BBC , en avril 2003, déclarant avoir découvert des documents liant Al-Qaeda et l’Irak. 

Consultez également le dossier accablant du blog drzz. Il serait bon d’apprendre, à l’âge du terrorisme de masse, que n’importe quel idiot embrassant la cause islamiste ne peut pas organiser quatre détournements d’avions avec quatre équipes de cinq terroristes (Moussaoui inclus)  dans une tranche d’une demi-heure depuis trois aéroports différents, à l’étranger, et les jeter contre des cibles de haute valeur désignées à l’avance, dans un angle précis et étudié, de manière à provoquer le plus de dégâts possible, puis lancer parallèlement une attaque biologique depuis plusieurs lieux sélectionnés. Cela demande l’entraînement et les capacités d’un service de renseignement d’un Etat, comme l’a noté justement le président pakistanais Pervez Musharraf. Et cet Etat n’est certainement pas celui, médiéval, des Talibans. C’est un Etat moderne, capable d’offrir des entraînements en situation réelle (Boeing à Salman Pak), des modèles informatiques, des moyens financiers, de faux passeports… Il faut un Etat isolé, qui n’a plus rien à perdre.

Inutile de préciser que tout le monde, à Washington, le sait.

« Si des agents de Saddam Hussein se sont servis d’islamistes manipulables pour faire exploser le World Trade Center, il est prudent de penser qu’ils sont capables de le refaire. » Boston Globe , 18 janvier 1995

« L’Irak continue de d’organiser et financer le terrorisme international en 1999. Si Bagdad se consacre principalement aux groupes d’opposition, il continue à accueillir et financer des groupes terroristes. » Rapport sur le terrorisme d’Etat, Département d’Etat des Etats-Unis, 2000

« Le Président Saddam Hussein, dont le pays a été bombardé quatre jours durant, va chercher à se venger des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne en coopérant avec l’opposant saoudien Oussama Ben Laden, que les Etats-Unis considèrent comme étant la personne la plus recherchée du monde. » Le quotidien  Al-Quds Al-Arabic, 1998, cité par la Cour fédérale de New York, 2002 

Feith sacrifié par le SSCI

Les secrets de Saddam 

La piste irakienne  

Message de Laurie Mylroie 

Le dossier s’étoffe 
  

LISEZ LE rapport SUR L’IRAK

 

  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz