FLASH
[27/03/2017] Plus de 400 jihadistes seraient rentrés au Royaume Uni d’après une source sécuritaire  |  L’Iran classe la CIA et l’Armée américaine comme organisation terroriste  |  L’opposant de Poutine Alexei Navalny condamné à 15 jours de détention après les manifestations anti-corruption d’hier  |  Attentat du Drugstore : réclusion à perpétuité requise contre le monstre Carlos le chacal  |  Egypte : 1 soldat égyptien et 6 militants de l’Etat islamique tués en deux incidents séparés dans le Sinaï  |  Syrie : un drone suspecté d’être américain, bombarde une voiture avec 6 occupants d’al-Qaïda  |  Blocus ? Non, propagande antisémite : 719 camions contenant 25 385 tonnes de biens sont entrés à Gaza par Israël hier  |  [26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  |  5 habitations de Birmingham ont été fouillées en rapport avec l’attentat de Westminster  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 9 juillet 2007
 

   Le moral, c’est bon pour la stratégie 

 

Deux anniversaires de conséquences

 
 
George Weigel
  http://www.eppc.org/programs/catholicstudies/publications/programID.16,pubID.3007/pub_detail.asp

  Le 4 juin 2007 marquait le 65ème anniversaire de la bataille de Midway, date charnière de la bataille du Pacifique durant la seconde guerre mondiale. Un quart de siècle plus tard, le 5 juin 1967, l’armée de l’air israélienne détruisit son alter ego égyptienne par une frappe foudroyante qui rendait ainsi possible une victoire dans la guerre des Six Jours, un événement qui a posé le décor des quarante dernières années de l’histoire du Moyen-Orient. Les deux anniversaires offrent d’importantes leçons morales à méditer.

  Un nouveau livre de Jonathan Parshall et Anthony Tully, Shattered Sword, propose une attachante (peut-être quelquefois trop) histoire révisée de Midway. Contre la version conventionnelle rapportée – selon laquelle les messages du renseignement militaire américain, la perspicacité tactique et stratégique de l’amiral Raymond Spruance, l’hésitation de l’ Amiral Chuichi Nagumo, et l’héroïque sacrifice de trois escadrilles d’avions torpilleurs de l’U.S. Navy furent les facteurs clés de la bataille- Parshall et Tully soulignent les moyens par lesquels les incompétences techniques, stratégiques et de commandement jouèrent un large rôle dans la destruction de quatre porte-avions ennemis par les intrépides bombardiers en piqué de l’ U.S. Navy. Un coup dont les Japonais ne se remirent jamais. Le cliché du David américain qui met à terre le jusqu’ici invincible Goliath japonais n’est pas tout à fait juste suggèrent nos auteurs.
Malgré tout, en cette date anniversaire, il y a quelque chose à garder en mémoire, de l’évocation traditionnelle de Midway.

  C’est l’image de ces trois escadrilles des porte-avions Hornet, Enterprise et Yorktown :Composées d’avions torpilleurs Devastator définitivement dépassés, qui s’obstinant sur leur cible, furent abattus un à un par les Zéros. Mais elles perturbèrent à un point tel les opérations de vol japonaises sur les cibles porte-avions (indemnes) que les attaques suivantes des bombardiers en piqué Dauntless parviendraient du coup à changer le cours de l’histoire en deux engagements d’une durée d’à peu près dix minutes chacun.

La leçon?

  Si la liberté n’est pas gratuite- et elle ne l’est pas- alors les peuples libres devront toujours susciter des hommes capables de repousser le courage au-delà de ses limites, au point d’en payer souvent le prix par le sacrifice ultime. Aujourd’hui peu d’Américains se souviennent des noms des chefs des escadrilles 3 (Capitaine de corvette Lem Massey),  6 (Capitaine de corvette Gene Lindsey), et 8 (Capitaine de corvette John Waldron). Mais nous devrions, avec révérence même. Pareillement pour les noms de leurs camarades d’escadrille.

TPSqdn-8.jpgle 8ème qui s’est sacrifié. Encerclé, le seul rescapé, l’enseigne Gay.

le 3ème
  
                                 Lindsey

  Vingt-cinq ans plus tard, l’Etat d’Israël était en grand péril écrit Michael Oren dans Six Days of War. L’Egypte avait imposé un blocus au port d’Eilat, la seule issue d’Israël au sud. Une campagne de désinformation menée par les Soviétiques affirmait qu’Israël se préparait à attaquer et massait des troupes à la frontière syrienne… au moment où l’Egypte (après avoir renvoyé les observateurs de l’ONU) remilitarisait le Sinaï et concluait une alliance militaire avec la Jordanie, ceinturant ainsi Israël.
Sept autre Etats arabes envoyèrent alors des effectifs vers l’Egypte, la Syrie et la Jordanie, laissant présager qu’aurait lieu un massacre de Juifs à grande échelle et que l’Etat d’Israël serait poussé à la mer jusqu’à perdre toute existence. L’ONU fut inutile, comme à son habitude, et les efforts du président Johnson pour monter une force d’intervention afin d’ouvrir un passage vers Eilat échouèrent.
Seule, Israël prit la décision difficile de frapper en premier…pour écraser en une fois les forces aériennes égyptiennes et rendre ainsi possible une défense efficace contre l’attaque terrestre qui allait certainement avoir lieu. Les Israéliens prièrent Hussein de Jordanie de ne pas intervenir maifaces, peut-être dupé par Nasser, –  il rentra malgré tout dans le conflit…et perdit la West Bank. A la suite de quoi Jérusalem fut réunie sous un drapeau juif pour la première fois depuis deux mille ans. De la perte de la West Bank par la Jordanie il allait résulter beaucoup de choses, y compris, hélas, beaucoup de sang versé.

Hod, commandant l’aviation israélienne

La leçon?

  Quelquefois il est moralement impératif de tirer le premier…pas simplement sage stratégiquement ou tactiquement avantageux, mais moralement impératif. Malgré les implications de l’option militaire, ne pas lancer une attaque préemptive contre l’aviation militaire égyptienne pour équilibrer les chances en faveur de la survie nationale aurait été comparable, de la part du gouvernement israélien, à commettre un acte irresponsable moralement.
On devrait se souvenir de cette bonne décision, de cette guerre juste. Non pas qu’elle fournisse un modèle universel, mais parce que cela pointe un problème moral crucial: 
face à une agression certaine, pour les autorités publiques responsables, il n’y a aucun besoin d’attendre le premier coup de l’agresseur.

traduction: adamastor

un site très détaillé sur Midway: http://perso.orange.fr/ww2/midway.htm

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz