FLASH
[28/03/2017] Maroc : 14 personnes arrêtées pour avoir incendié un commissariat  |  [27/03/2017] Plus de 400 jihadistes seraient rentrés au Royaume Uni d’après une source sécuritaire  |  L’Iran classe la CIA et l’Armée américaine comme organisation terroriste  |  L’opposant de Poutine Alexei Navalny condamné à 15 jours de détention après les manifestations anti-corruption d’hier  |  Attentat du Drugstore : réclusion à perpétuité requise contre le monstre Carlos le chacal  |  Egypte : 1 soldat égyptien et 6 militants de l’Etat islamique tués en deux incidents séparés dans le Sinaï  |  Syrie : un drone suspecté d’être américain, bombarde une voiture avec 6 occupants d’al-Qaïda  |  Blocus ? Non, propagande antisémite : 719 camions contenant 25 385 tonnes de biens sont entrés à Gaza par Israël hier  |  [26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 24 août 2007

DSC00493-copie-1.JPG

Pour le sixième anniversaire du 11 septembre, une petite chronique en deux parties sur New York, visitée en pleine campagne présidentielle américaine, et durant les commémorations du 11 septembre 2004.

Je suis allé pour la première fois à New York en 1999. Je me souviens très bien de la statue de la Liberté, du Metropolitan Museum et, surtout, du World Trade Center. Nous étions parvenus jusqu’à la place au pied des jumelles depuis Wall Street et sa folie boursière. Tout n’était qu’extravagance à Wall Street : même le Mac Donald’s du coin avait son pianiste qui jouait la sérénade !

 
Le World Trade Center et ses 420 mètres de haut surgissait depuis la place où trônait une sculpture d’un globe terrestre. Je n’ai jamais visité les sous-sols du WTC, mais je me souviens avoir acheté des tickets pour la comédie musicale en vogue à Broadway au guichet du rez-de-chaussée, plus accessibles que les points de vente de Times Square. J’avais décroché un sésame pour Miss Saïgon, ou l’histoire d’une jeune Vietnamienne tombée amoureuse d’un GI au milieu de la guerre. Là aussi, Broadway assumait sa réputation : un hélicoptère descendait du plafond (sans les hélices, vous m’avez compris, la carlingue…) pour participer à une scène d’anthologie.
 
J’avais donc pris les billets pour Miss Saïgon au guichet du World Trade Center. Empruntant l’ascenseur qui faisait siffler les oreilles, j’avais débouché au sommet, sur le toit de la Tour sud. Sur les photos, on voit bien l’antenne de la jumelle nord, tristement célèbre depuis. La vue sur New York était à couper le souffle : on apercevait bien l’Empire State Building, soudain petit vu d’en haut, tous les quartiers de New York, puis la baie de l’Hudson et la statue de la Liberté. Je n’oublierai jamais cette vision.DSC00472.JPG
 
A l’intérieur de la tour, plusieurs magasins de souvenirs et une salle de cinéma divertissaient les touristes. Une attraction classique emmenait le visiteur dans un voyage virtuel – et mouvementé – au-dessus de la Grande Pomme. Coïncidence tragique, l’un des « jeux » du parcours était de foncer dans le World Trade Center et l’éviter au dernier moment, pour la plus grande joie du public…
 
Le retour au bout de New York, en ce 3 septembre 2004, était pénible. Dès l’arrivée à l’aéroport de Newark, je me suis rué vers le port et ait embarqué dans un Ferry qui longea le downtown jusqu’au port de Brooklyn. La ligne d’horizon, privée de sa double fierté, offrait un spectacle douloureux.
 
Arrivé au lendemain de la convention républicaine qui avait porté Bush à la tête du GOP – et des sondages, il venait de gagner 10 points d’avance ! –, j’ai assisté au débat enragé qui existait à New York. « Débat » avec guillemets, puisque la Grande Pomme me sembla aussi ouverte d’esprit que Paris – c’est-à-dire sectaire, renfermée : de gauche. Certains commentateurs n’avaient-ils pas lancé, après le 11 septembre, que New York était désormais américaine, laissant entendre que les citoyens lambda la méprisaient jusqu’alors ?
 
Certaines militantes – mal habillées, masculinisées, les cheveux noirs pas coiffés enrobés dans un serre-tête de couleur foncée, le pull difforme, les petites lunettes prétentieuses et le jeans – les intellectuello-satisfo-débilitaires, les gauchistes quoi, tentaient de remporter « mon vote ». Hé oui, parce que drzz, qui avait bien enfilé un T-Shirt « New York » en plein milieu de Nazareth qui fourmillait d’antisémites (j’eus des difficultés à trouver un taxi pour rentrer à Tel Aviv !), avait ici décoré son polo d’un superbe pin’s « George Bush » au centre de Park Avenue, ce qui me valut bon nombre de sourires DSC00428.JPGcomplices, certes, mais surtout une avalanche de regards haineux. On ne se refait pas.
 
C’est dans un parc new-yorkais que j’appris la nouvelle qui fit rire l’Amérique entière, à savoir le faux rapport sur les faits et gestes de Bush dans la Garde Nationale, qui traîna CBS dans des démêlés monstrueux et se termina par le licenciement de plusieurs personnalités célèbres de la chaîne. A l’époque, le New York Post s’en donnait à cœur joie pour descendre Dan Rather, le présentateur coupable.
 
J’eus la chance de voir le maire de New York lui-même, au cours d’un carnaval populaire à Brooklyn qui se déroulait le 6 septembre. Encore un épisode à rattacher aux deux folies citées ci-dessus. En effet, je n’avais pas noté que le « Carnaval des Caraïbes » était en réalité une fête essentiellement pour Noirs. On parle souvent du communautarisme américain, je concède que ce carnaval de Brooklyn ne rend guère hommage au melting pot des Etats-Unis. On m’a bien fait comprendre que je m’étais trompé de ligne de métro : sur deux millions de participants, dans une foule énorme qui s’étalait sur plusieurs kilomètres autour des chars, entourée de 5’000 policiers – la méthode éprouvée de Guliani –, il y avait moins de cinq Blancs, exceptés les flics de la NYPD. Cinq, sur deux millions ! Dont moi-même… et le maire de New York, Michael Bloomberg ! J’ai d’ailleurs pu lui serrer la main, je ne devais pas être difficile à repérer. Il m’a lancé un how are you guy très sympathique. Hélas, hélas, la preuve de cet échange a disparu des photos à cause d’une confusion stupide. Bloomberg portait un brassard « First marshall ». Croyant avoir photographié le chef de la police au lieu du maire, ne connaissant le maire que de nom, et n’ayant qu’un nombre limité de photos, j’ai fini par éliminer la preuve, avant de réaliser mon erreur devant la manchette du Time Magazine, où Bloomberg affichait le même sourire qu’il m’avait fait, et en se déclarant très fier d’être le commandant honorifique de la police de New York ! Tant pis. DSC00528.JPG
 
Empiffré de Donuts et de Chesse Cakes tous les matins, affalé sur les rochers du lac de Central Park, mes journées dans la Grande Pomme se révélèrent merveilleuses. New York était aussi la ville chérie d’Hollywood sur la côte est. Malheureusement, je ne vis que des stars de bas étage, genre Paris Hilton et sa sœur, Marylin Manson, Anna Nicole-Smith, Carmen Electra, Rod Stewart et j’ai même fait une photo avec l’une des actrices de la série puritaine ultra naze « Sept à la maison ». Je suis conservateur, certes, mais pas sadomasochiste ! Ladite actrice avait son portrait en poster géantissime sur Times Square, alors qu’en réalité elle mesurait dans les un mètre cinquante. Célébrité, quand tu nous grandis… 
 
Si je peux vous donner un conseil, ne manquez pas les comédies musicales lorsque vous visitez New York. Trop de touristes passent à côté de ces merveilles qui font passer « Notre Dame de Paris » pour du théâtre de boulevard. Les productions Disney sont souvent les plus ambitieuses et originales, réputation oblige. A l’époque, le « Roi Lion » faisait un carton, et valais bien son prix : le spectacle était somptueux. 
Puis vinrent les commémorations du 11 septembre 2004… 

drzz en Israël 

drzz au Texas

drzz en Pennsylvanie 

 

Mon appareil était une antiquité à l’époque… Reste le son ! Le carnaval des Caraïbes à Brooklyn

DSC00402.JPG
DSC00464.JPG
DSC00427.JPG
DSC00557.JPG

DSC00622.JPG
DSC00514.JPG

DSC00473.JPG

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz