FLASH
L’homme qui a pris 7 otages lors d’un cambriolage bd Massena à Paris a échappé à la police, et il est armé  |  Des hackers ont dérobé 2 milliards de roubles de la banque centrale de Russie  |  Le monde du deux-roues et de la moto perd une figure qui s’en va à la retraite : François Hollande  |  Merkel au bord de la crise de nerf : la moitié des Allemands réclament un référendum sur un possible GERXIT  |  Le Sénat américain a voté un renforcement des sanctions contre l’Iran – un sénateur a voté contre : Bernie Sanders  |  François Hollande renonce à se représenter à la présidentielle – il aura au moins pris une bonne décision en 5 ans  |  France: la police intercepte un avion avec 100 millions d’euros de Cocaine venant de Colombie à bord  |  A l’ONU, la France vient de voter que le Mont du Temple est un lieu saint pour les seuls musulmans  |  Près de 370 combattants de l’Etat islamique arrêtés en Turquie en novembre, rapporte l’agence officielle turque  |  Plus bas historique : 5% des Américains ont confiance dans les médias, sauf Fox News: 28% lui font confiance  |  Scandaleux : le Parlement européen illustre un débat sur le fascisme par une photo de Marine Le Pen  |  Michael Flynn, le conseiller à la sécurité nationale de Trump accuse la Chine & la Corée du nord d’avoir fait une alliance globale avec l’islam radical  |  Les médias vont manger leur chapeau : le Dow Jones progresse de 76 points à l’annonce des nomimations par Trump aux postes économiques clés  |  Message d’Albert Bertold: Dreuz a perdu 8 abonnés twitter, 46 de la newsletter et gagné 431 lecteurs en 24h  |  2 avions israéliens ont tiré des missiles depuis l’espace aérien libanais vers la capitale syrienne  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 11 octobre 2007
La Guerre contre la Terreur souffre indéniablement de l’opacité qui l’entoure. Durant la Deuxième Guerre mondiale, les avancées d’une armée se mesuraient aux villes et villages capturés, et les médias des pays engagés pouvaient remonter le moral des troupes en détaillant la ligne de front. Aujourd’hui, nous faisons face à un conlit protéiforme. L’ennemi totalitaire défile déjà dans nos rues mais personne ne s’en offusque ; l’ennemi tue, mais on ne voit pas de cadavres ; l’ennemi avance, mais sans ligne de front ; l’ennemi dispose de près de 100 millions de soldats, mais pour une large part de l’opinion, il est aussi dangereux que la délinquance quotidienne.

Il n’y a pire guerre que celle qui fait rage sans l’avouer ouvertement. Les islamistes ont étudié les systèmes nazis et communistes – dont leurs chefs étaient souvent membres eux-mêmes. Ils ont ciblé les faiblesses des systèmes. Le nazisme a échoué si vite parce qu’il était trop sectaire : la théorie de « l’homme aryen » condamnait l’idéologie hitlérienne à la défaite totale puisqu’elle ne contenait aucune vision globale du monde. Bons observateurs, les communistes ont préféré développer des slogans unificateurs : « prolétaires », « révolutionnaires » afin de masquer l’individualité de chaque membre. Vous étiez Polonais, Cubain, Vietnamien ? Vous deveniez « communiste ». L’embrigadement commençait sournoisement, mais il entrait rapidement en contradiction avec le fondement même de l’idéologie, à savoir le bonheur. Les communistes promettaient un futur éblouissant à leurs suivants mais la réalité a finalement pris le dessus. Le communisme s’est effondré.

 
L’islamisme utilise tous les ingrédients du nazisme et du communisme, mais y ajoute la religion. Vous vous êtes battu contre l’Occident, vous avez tout perdu et votre société est en ruines ? Mais le bonheur n’est pas terrestre !  Engagez-vous à nouveau !

Forts de ce bagage, les islamistes sont aujourd’hui en mesure de déboulonner patiemment les démocraties occidentales. Avec notre aide.  

Au fil des années, ils ont saisi les contradictions de notre système de pensée : l’Occident a décidé que la démocratie n’était plus le premier système de DEFENSE de la société, mais un système en soi. Combien de militants se réfèrent à la constitution américaine pour appeler à la libération des prisonniers de Guantanamo, malgré la dangerosité de ces criminels ? Comme si le premier but de la Constitution d’un pays n’était pas d’en assurer la SURVIE ! 

Nous avons les principes chevillés au corps plutôt que la volonté de vivre. Nous débattons au lieu de nous battre, nous écoutons ceux qui nous ne nous écoutent pas, nous accueillons ceux qui ne nous accueillent pas et nous accordons le bénéfice du doute à ceux qui nous en privent. La liste est longue. Nous comptons nos morts face à ceux qui envoient leurs propres enfants se faire exploser sur un champ de bataille, nous nous soucions du prix de chaque guerre face à ceux qui sont prêts à réduire leur pays en miettes pour nous anéantir et nous laissons nos médias couvrir l’horreur de la guerre alors que la propagande fait rage dans le camp d’en face. 

Oui, les islamistes l’ont bien compris. On les dit imbéciles, pourtant nul besoin d’avoir inventé le paratonnerre pour comprendre que l’Occident compte dans ses rangs une bonne moitié de « faibles » , et que cette population dite « de gôche » n’a aucune envie de se battre pour défendre son passé, son présent ou son futur. Dans cette masse suitant de médiocrité, on retrouve l’écrasante majorité des « élites », les décisionnaires qui, dans les sociétés saines, devraient conduire leur pays vers des horizons meilleurs, mais qui n’en font rien dans notre cas. Certes, une minorité parmi eux a conscience du danger mais elle se retrouve sous le feu continu des critiques. Cerise sur le gâteau, la démocratie étant ce qu’elle est, on permet à nos ennemis d’influencer un débat démocratique et de fusiller nos officiers au milieu de la bataille. Vous avez dit stupidité ?

 Outre notre système démocratique gentillet, les islamistes jouissent d’un coup de pouce de notre part que leurs ancêtres nazis et communistes n’ont jamais obtenu : la laïcité. En effet, les soldats du jihad utilisent cette idée comme Cheval de Troie. Ils en mesurent l’extraordinaire pouvoir de destruction : la laïcité a plus affaibli l’Occident que les deux guerres mondiales. Rompu aux exploits techniques, aux voyages sur la lune et à l’étude moléculaire, l’homme occidental en a oublié qui il était. 

Il suffit d’être un peu croyant pour comprendre qu’un religieux aura toujours le dessus sur un athée, et qu’il suffit de crier un peu fort pour voir la grande foule des « pro-choix » se replier en toute hâte dans leurs chapelles. La religion offre un support moral et doctrinaire qui n’a jamais été compensé par les athées ; face à un système théologique bien déterminé, et pluriséculaire, les « athées » proposent un magma de valeurs incohérentes qui ne peut gagner. Observez comme les soi-disant « laïcs » fuient aux quatre vents lorsqu’un vrai débat religieux fait rage. 

Les athées ont déjà gagné ! me rétorquera-t-on. Bien sûr que non. Le christianisme s’est effondré de lui-même en cherchant à plaire à une société en pleine révolte contre elle-même, et cette erreur l’a conduit au désastre. Est-ce à dire que les « athées » ont totalement gagné la guerre contre les religions ? Non.

Le christianisme s’est autoflagellé. Les islamistes le savent. Ils ont étudié son  histoire. Ils distinguent aussi, très bien, que le Judaïsme dévale la même pente déclinante. Le « sionisme », soit la volonté du peuple juif de vivre libre sur la seule terre qui fut un jour la sienne, ne rassemble plus. On voit germer des San Francisco à Tel Aviv, des Jimmy Carter à la Knesset, comme il s’en pond des centaines au Congrès ou à Bruxelles. Retirez les références bibliques à Israël, supprimez le « In God we trust » sur les dollars et oubliez la Chrétienté dans la Constitution européenne, et vous verrez que tous les tanks, avions et missiles nucléaires n’empêcheront pas les pays les plus civilisés de notre planète de sombrer lentement dans le Tiers Monde, avec le consentement passif de l’écrasante majorité de leurs populations. Et je ne parle pas d’un « blues cyclique » comme toute société en connaît, je parle de la dévastation totale. Une « Africanisation » galopante. 

Impossible, dites-vous ? Etudiez le passé. Les Visigoths, civilisation arriérée, écrasèrent la grandeur de Rome simplement parce que les barbares voulaient la tête de leurs ennemis quand les Romains souhaitaient la tranquilité universelle. 

Internet, la bourse, la richesse, le système démocratique et l’arme nucléaire ne défendent pas une civilisation. 

Seule la volonté permet à l’homme de survivre.

 

 

 

 

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz