FLASH
[24/03/2017] 10 personnes interpellées à Londres dans le cadre de l’enquête anti-terroriste  |  France, scène de la vie ordinaire : une femme voilée armée d’un couteau a tenté d’entrer dans une église de Dijon  |  Grande-Bretagne : université de Bury évacuée, alerte rouge, motif inconnu  |  Tchétchénie: 6 musulmans tchétchènes ont attaqué la garde nationale à Naurskaya : tous tués  |  Attentat de Londres nouveau bilan : 50 blessés  |  ‪Attentat islamique de Londres : 9 personnes en garde à vue qui préparaient d’autres attentats‬  |  ‪Le terroriste de Londres Khalid Masood est né Adrian Russell Ajao. Deux personnes centrales ont été arrêtées‬  |  [23/03/2017] Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de Chirac, cofondateur de l’UMP soutient Macron : c’était bien un UMPS, ou un PS caché  |  Scotland Yard a arrêté une musulmane de 39 ans à Londres Est qui préparait un attentat  |  Là il a raison ! Benoît Hamon dénonce le ralliement « pas acceptable » de Le Drian à Macron  |  Les alertes à la bombe contre des centres communautaires juifs américains ont été commis par un jeune israélo-américain – motif inconnu  |  Corse : 25 cocktails Molotov ont été lancés cette nuit contre la sous-préfecture de Corte sans faire de blessé  |  Non confirmé : un attentat terroriste aurait été évité ce matin à Anvers  |  Un Français a été enlevé par des musulmans au Tchad  |  « Si l’Islam est une religion de paix, pourquoi dois-je me déplacer partout avec des gardes armés ? » Ayaan Hirsi Ali  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 8 décembre 2007

Notre ami Adamastor a décidé de s’atteler à la traduction des grands textes d’analyse publié aux Etats-Unis et repris partout ailleurs… sauf en France. 

Sa première traduction – un boulot immense, 10 pages A4 ! – porte sur les sources de l’islamofascisme et sa corrélation avec l’idéologie hitlérienne. Un texte qui vous sera proposé en plusieurs parties. Merci de tout coeur à adamastor pour son travail.

Par Raymond Ibrahim, auteur  du « Al-Qaeda reader ». Article paru dans le National Review, traduction ADAMASTOR

Un certain nombre de commentateurs ont récemment souligné les similitudes entre Le lecteur d’Al-Qaida (AQR) et Mein Kampf. 

Dans le New York Observer, James Buchan note: »Dans leur [il s’agit de ceux qui écrivent pour Al-Qaïda] brutalité et leur candeur, leurs fulminations contre la démocratie et les morales relâchées, leur obsession du territoire, leur racisme pointilleux et leur mépris absolu des besoins matériels des gens, ces documents ont un étrange écho avec ce qu’Hitler a écrit dans sa prison. » 

Pourtant, dans la revue Slate, Reza Aslan n’est pas d’accord: 

 «La comparaison entre les déclarations éparses d’un chef de culte [Ben Laden] habitant littéralement dans une caverne et le traité politique du commandant en chef de l’une des plus puissantes nations du 20ème siècle [Hitler] n’est peut-être pas pertinente, c’est le moins que l’on puisse dire…Qu’on puisse lire dans un fouillis d’entretiens, de déclarations et d’arguments exégétiques une sorte de manifeste djihadiste est discutable. Par exemple, bien qu’ils rapportent aux lecteurs, page après page, d’obscurs débats juridiques sur le ‘liciteou pas ?’ de l’attentat par bombe humaine, ces écrits ne pénètrent pas vraiment le cœur de ce que veut Al-Qaïda, s’il veut quelque chose. ».

Même si la suggestion selon laquelle Al-Qaïda pourrait « ne rien vouloir du tout » puisse pousser à rejeter l’ensemble de la critique formulée par Aslan comme puérile, ce dernier soulève bien une question importante: dans quelle mesure AQR est-il réellement similaire à Mein Kampf? Inversement, en quoi les deux volumes diffèrent-ils ? 

Avant d’étudier ces questions, il est toutefois impératif de souligner que, contrairement aux  trouvailles historiques d’Aslan, Hitler n’a pas écrit Mein Kampf, alors qu’il était « le commandant en chef de l’une des plus puissantes nations du 20e siècle  » Quand Hitler a écrit son manifeste, il était en fait un prisonnier politique, le chef raté du tristement célèbre « Putsch de la Brasserie » de 1923. Il faudra presque une autre décennie avant qu’il ne parvienne au pouvoir. A vrai dire, les similitudes circonstancielles entourant les écrits d’Hitler et ceux des dirigeants d’Al-Qaïda Oussama Ben Laden et Ayman Zawahiri sont plus importantes que les différences. Hitler était un prisonnier; les dirigeants d’Al-Qaïda sont en fuite. Hitler, bien qu’en prison, était alors une figure populaire, un chef de culte -inondé par le courrier de fans nationalistes. Ben Laden est une icône dans de nombreuses régions du monde islamique. Un monde qui, bien que pauvre, refuse de renoncer à ce « pirate » de sa religion pour cinquante millions de dollars, et qui a fait de « Oussama », prénom arabe auparavant obscur, le deuxième seulement en popularité derrière Mahomet pour les nouveaux-nés musulmans de sexe masculin dans des pays comme le Pakistan. Par conséquent, si l’histoire apporte en quelque manière un enseignement, si un Etat islamiste avec un nouveau califat devait jamais voir le jour dans un proche avenir, ce ne devrait donc pas être une grande surprise si Ben Laden ou Zawahiri – ou, plus probablement, un de leurs innombrables collaborateurs – sortait de leurs trous pour assumer le commandement. 

Mais à la question pressante: « en quoi AQR est-il similaire à Mein Kampf?  »Une simple phrase de l’introduction de l’édition 1999 de Mein Kampf, publiée par Mariner Books, permet clairement de répondre: « Il [Hitler] avait clairement exprimé ses objectifs ultimes dans Mein Kampf dès 1926: le réarmement, l’abolition de la démocratie, l’expansion territoriale, l’eugénisme, l’ »élimination » de la « menace juive » (Mein Kampf, xv). Pourtant dans ses écrits AQR traite- s’il n’en fait pas une obsession ou peu s’en faut – quatre des cinq buts ultimes d’Hitler. Tout sauf l’eugénisme, produit des théories raciales pseudo-scientifiques du 19ème. Mais les textes d’Al Qaïda s’attardent sur : la « menace juive », le renversement de « la religion païenne » de la démocratie, et sur le fait de reprendre les terres militairement, autant pour reconquérir (de la Palestine à l’Andalousie) que pour s’étendre (dans le monde entier) et enfin sur le réarmement. Encore plus révélateur, le ton « fasciste » de Mein Kampf, la dérision et le mépris de la modernité et de la paix, les éloges de l’héroïsme et du martyre, la condamnation de la promiscuité et du laxisme des moeurs – remplit AQR à satiété. En fait, ce qui est très représentatif del’existence de nombreuses similitudes c’est que les mots allemands « Mein kampf » traduisent « djihad -i » – ou, « mon djihad » – en arabe.

L’introduction poursuit: « Mein Kampf » peut avoir été rejeté par l’Occident quand il a été publié pour la première fois – c’est en grande partie un texte théorique auquel il manque un programme identifiable pour l’accomplissement des objectifs qu’il décrit-, néanmoins Hitler y faisait des pas concrets pour réaliser sa vision. Pourtant rien n’a été fait « (Mein Kampf, xiv). Voilà qui rappelle de façon inquiétante la dédaigneuse critique d’Aslan à propos des déclarations et des écrits d’Al-Qaïda, dans laquelle il demande « si un fouillis d’entrevues, de déclarations et d’arguments exégétiques peut être lu comme une sorte de manifeste jihadiste », et qu' »il y a dans ces textes un manque de volonté presque total pour fournir une quelconque solution spécifique ou une politique. « Il en a été de même pour la Weltanschauung (vision du monde ndt) de Mein Kampf, rejetée comme absurde et irréaliste (ou, plus pudiquement, comme un » texte théorique, manquant de programme identifiable pour accomplir les objectifs qu’il décrit « ). Pourtant, qui peut douter de sa terrible influence ultérieurement?

De la même façon, les djihadistes du monde entier prennent des mesures pour réaliser leur vision-aussi trouble qu’elle puisse être, aussi sanglante qu’elle le sera certainement- si elle devait se concrétiser.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz