FLASH
Trump annonce qu’il va chercher à faire baisser le prix des médicaments  |  Trump déclare qu’il va demander avis à Obama en raison de son expérience, pour ses futures nominations  |  Sous les pressions des réseaux sociaux, le Premier ministre italien Renzi donnera sa démission ce mercredi 7 décembre  |  Trois jihadistes ont été placés en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur le meurtre du couple de policiers à Magnanville en juin dernier  |  Le député LR Damien Abad à Ségolène Royal : « La castritude aigüe, ça se soigne ! »  |  Délire de @FranceInter : la radio d’Etat compare Nelson Mandela à un terroriste  |  Sondage : une majorité d’Américains pense que Trump peut conserver ses entreprises – les médias ne veulent pas  |  « Donald Trump personne de l’année » pour Time Magazine  |  Le vol Pakistan Airlines #PK661 a été observé plongeant vers le sol – il y a 47 personnes à bord avec l’équipage  |  Un avion de Pakistan Airlines avec 34 personnes à bord a disparu des radars au dessus d’Abbottabad  |  Votez et faites gagnez Sylvia Pinel à la primaire socialiste: elle est créditée de 0% de votes, elle sera parfaite face à la droite  |  Syrie : énorme explosion d’un dépôt de munitions de l’armée à Damas, frappé par l’aviation israélienne durant la nuit  |  Malawi : des milliers de chrétiens manifestent contre l’avortement et le mariage homo  |  L’armée syrienne contrôle maintenant 100% des vieux quartiers est d’Aleppo  |  Pour être réélue, Merkel veut maintenant préserver la culture allemande contre le mode tribal et la sharia des immigrés  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 11 décembre 2007
  
Il n’y aura pas la paix
  
Mardi 11 décembre 2007
Miguel Garroté, journaliste
http://monde-info.blogspot.com
  
Dans un article, publié dans la Jewish World Review (1), édition du 30 novembre, Caroline Glick, qui est aussi, rédacteur en chef adjoint du Jerusalem Post d’une part ; et membre senior pour le Moyen Orient du Center for Security Policy (Centre pour la Politique de Sécurité) à Washington, d’autre part ; Caroline Glick donc, revient, longuement, sur la Conférence d’Annapolis. J’aimerais, reprendre et commenter, ci-après, l’essentiel de cet article, dont l’auteur, pose sur la table, avec courage, les vrais enjeux, à venir, pour Israël.
  
Le premier point, soulevé par Caroline Glick, est loin d’être anodin. Ce point, relate, les tribulations, de Madame Tzipi Livni, Ministre israélien des Affaires étrangères, lors de la Conférence d’Annapolis. En effet, à cette conférence, les services de Condi Rice ont séparé physiquement les Juifs et les Arabes. Lors de la principale assemblée de la conférence d’Annapolis, en accord avec les Saoudiens, les Américains ont interdit aux Israéliens d’entrer dans le hall par la même porte que les Arabes. Caroline Glick expose les faits : « A la réunion des ministres des affaires étrangères, la ministre Tzipi Livni interpella ses homologues arabes sur leur comportement discriminatoire. ‘Pourquoi personne ne veut-il me serrer la main ? Pourquoi personne ne veut-il être vu discutant avec moi ?’ demanda-t-elle ostensiblement. La ministre des affaires étrangères d’Israël humiliée ne reçut aucun soutien de son homologue américaine. La secrétaire d’Etat Condoleezza Rice, qui passa son enfance dans le Sud américain ségrégationniste, a pris le parti des Arabes. Bien qu’assez polie pour remarquer qu’elle ne soutient pas le massacre des Israéliens, elle ne fit pas mystère du fait que ses vraies sympathies penchent vers les Arabes racistes. Condi Rice le formula ainsi : ‘Je sais ce que c’est que d’entendre que vous ne pouvez pas aller sur une route ou à travers un point de contrôle parce que vous êtes un Palestinien. Je comprends le sentiment d’humiliation et d’impuissance’. Les remarques de Rice montrent clairement que pour la Secrétaire d’Etat, il n’y a pas de différence entre les Israéliens essayant de se défendre eux-mêmes contre une société palestinienne djihadiste qui soutient la destruction de l’Etat juif, et des Sudistes blancs intolérants qui opprimaient les Noirs américains du fait de la couleur de leur peau. Il est vrai qu’Israël a des problèmes de sécurité, mais en ce qui concerne Rice, les Palestiniens sont les victimes innocentes. Ce sont ceux qui sont discriminés et humiliés, pas Livni, qui a été obligée – par Rice – d’entrer à la conférence par la porte de service », conclut Caroline Glick.
  
Certes, quelques médias, ont relaté, avec sobriété, les mêmes faits, mais sans éprouver le moins du monde le besoin de s’en indigner. J’imagine, les mêmes médias, si c’était Israël, qui avait imposé, l’apartheid, aux Arabes, durant la Conférence d’Annapolis.
  
Le deuxième point soulevé par Caroline Glick porte sur le Premier ministre israélien, Ehud Olmert. Caroline Glick écrit : « A Annapolis, les USA se sont joints aux Arabes pour attribuer à Israël la part du lion du blâme pour l’absence de paix entre Israël et les Palestiniens. Mais vous n’entendrez pas cela de la bouche d’Olmert, qui œuvre sans cesse à cacher ce qui est arrivé là-bas. Olmert cache la vérité parce que sa stabilité politique repose entre les mains des partenaires ‘faucons’ de sa coalition, Yisrael Beiteinou (parti de la droite patriotique) et le Shas (parti patriotique des Juifs pieux). En fait, le gouvernement Olmert a fait des concessions massives. La déclaration conjointe Israël – OLP à Annapolis contient une promesse associée «de propager une culture de paix et de non-violence ; de s’opposer au terrorisme et à sa provocation, qu’il soit commis par des Palestiniens ou des Israéliens. Bien qu’Olmert, Lieberman et Yishai aient négligé l’acceptation de l’équivalence morale avec les djihadistes palestiniens comme une concession rhétorique sans signification, la décision du gouvernement est pleine d’implications politiques et légales. La rencontre sans précédent de l’ambassadeur des USA Richard Jones cette semaine, avec la présidente de la Cour Suprême d’Israël Dorit Beinisch a montré clairement que les USA exigent que les Cours israéliennes interprètent le droit d’une manière préjudiciable, de façon à diaboliser les opposants israéliens à un Etat  palestinien, et à l’épuration ethnique des Juifs de Judée et de Samarie. Leur rencontre a aussi donné le signal que les USA attendent d’Israël qu’il traite les activités de construction légales par les Juifs de Judée et de Samarie, et même dans de quartiers de Jérusalem, comme des actes criminels. Puisque le gouvernement Olmert a accepté qu’Israël est moralement indifférencié de l’Autorité palestinienne, il est difficile de prévoir qu’il empêchera la criminalisation de ses opposants politiques. Dorénavant, les Israéliens qui s’opposent aux décisions du gouvernement Olmert peuvent s’attendre à être traités comme les équivalents moraux des terroristes palestiniens« .
  
Sur les chances de voir aboutir la paix, Caroline Glick rappelle que « dans le passé, ‘la substance du processus de paix’, pour l’administration Clinton, était de signer des accords de paix. Ce n’était pas de s’assurer que les Palestiniens soient vraiment intéressés à vivre en paix avec Israël. Quand Rice a déclaré qu’ ‘un échec n’est pas une option’ dans le processus de paix à venir, elle a fait savoir clairement qu’il en est de même pour l’administration Bush aujourd’hui. Elle veut un accord. Que les Palestiniens veuillent sérieusement la paix ou non n’est pas son affaire ».
  
« Sur Jérusalem », écrit Caroline Glick, « le fait est qu’Israël a donné son accord pour négocier le statut de sa capitale en acceptant de discuter toutes les questions importantes. Puisque les Américains veulent un Etat palestinien d’ici un an et qu’ils savent que le président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas ne fera aucune concession sur Jérusalem, on peut s’attendre à ce qu’ils mettent la pression sur Israël pour accepter la position palestinienne ».
  
Quant à moi, j’ajoute, pour conclure, qu’Israël est une démocratie. Que plus dessoldier.jpg deux tiers des Israéliens ne croient pas au miracle annapolique. Que plus de 90% des Israéliens désavouaient Olmert bien avant la Conférence d’Annapolis. Qu’il me paraît étrange que l’on s’obstine à parler de « paix » avant de mettre fin, aux trois guerres anti-israéliennes, menées depuis Gaza par le Hamas ; depuis la Judée Samarie par une dizaine de milices privées incontrôlables ; et depuis le Sud-Liban par la milice iranisée du Hezbollah. Je n’imagine aucune démocratie occidentale prête à lâcher du terrain face à la guerre de la terreur. Avant de parler d’autonomie basque, les Espagnols veulent détruire l’ETA. Avant de parler d’autonomie corse, les Français veulent détruire le FLNC. Mais Israël, avant d’en finir avec le Hezbollah, le Hamas et la dizaine de milices privées incontrôlables de Judée Samarie, Israël donc, doit lâcher cette même Judée Samarie et, en plus, une partie de sa capitale, Jérusalem. Parce qu’une Secrétaire d’Etat américaine, est, soudain, peinée, d’avoir subit, jadis, le racisme anti-black. C’est le sommet du blues.
  
(1)   http://www.jewishworldreview.com/1107/glick113007.php3
   
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz