FLASH
[28/02/2017] Allemagne : un conducteur lance sa voiture et tue 2 policiers à Oder-Spree. On va nous faire le coup « il était ivre, où il est fou » ?  |  Mauritanie : les musulmans exigent l’expulsion de l’ambassadeur de France parce qu’il a assisté à un événement juif  |  Allemagne : un réfugié armé d’un couteau est retranché dans un centre d’accueil à #Hammerbrook. Les forces spéciales sont sur place. L’immigration va bien  |  Nablus : Tsahal a blessé un colon arabe palestien qui s’approchait de façon suspecte d’un groupe de soldats  |  [27/02/2017] Trump propose une hausse de 54 milliards de dépense pour la Défense « atteindre la paix en montrant notre force »  |  Les services du renseignement israélien affirment que Trump a créé une nouvelle voie vers la paix  |  Axelle Le Maire, secrétaire d’État chargée du numérique, démissionne du gouvernement  |  Sondage : 51% des Américains pensent que les médias sont acharnés contre Trump  |  USA : alerte à la bombe contre des centres communautaires juifs dans 3 Etats  |  Les humanistes contre la peine de mort @SophiaAram @ruquierofficiel @florenceforesti appellent à tuer Trump  |  Belgique: Fouad K aurait commis jusqu’à 230 viols  |  L’Etat islamique revendique les attentats contre des commissariats en Algérie  |  Algerie, Tébessa – 3 individus suspectés de soutenir le terrorisme ont été arrêtés  |  Un ex-conseiller de Le Pen en 2012 (passé LR) dit avoir bénéficié d’un emploi fictif et dénonce « un système de corruption »  |  Turquie : 18 terroristes tués en une semaine dans une opération de contre-terrorisme  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 27 février 2008

Iran Resist

Les Moudjahidines du Peuple « sous-traitent » des informations précises sur le nucléaire iranien, à la veille du rapport « inquiétant » de l’AIEA

2e partie (1ère partie)

Par Marc Brzustowski, http://lessakele.over-blog.fr

A propos d’Iran-resist.org, depuis un certain temps, nous le constatons quel que soit le sujet, la ligne éditoriale de ce site fait des « zigzags » a priori incompréhensibles. Quelques exemples récents :

http://www.iran-resist.org/article4126  : Iran : Les mollahs amputent 5 chefs de guerre liés à Washington
http://www.iran-resist.org/article4016  : Iran : Arrestation de 11 membres de la branche iranienne du PKK

Dans le dernier article, Iran-Resist.org, salue, du moins constate la délation dont auraient été victimes ces pseudos-« agents infiltrés », de la part des locaux, qui, à le suivre, ferait la preuve par neuf de leur impopularité et, par conséquent, de la relative légitimité des Pasdaran aux yeux de la population. L’article précise encore que le peuple n’aimerait guère les Gardiens de la Révolution, mais les « préfèrerait » encore aux manigances des « Yankees ». Rien ne prouve, hormis la rhétorique insistante des Mollahs sur laquelle se cale, ici, Iran-Resist.org, que ces pauvres « soldats perdus » étaient liés à Washington, bien que l’autonomie accordée au Kurdistan irakien depuis l’invasion américaine fasse des émules de l’autre côté de la frontière et fasse réfléchir, aussi bien des militants engagés, que des intellectuels ou de simples villageois.

D’autre part, la cause kurde demeure protéiforme, partagée entre diverses tendances favorables à des options encore disparates : les uns prônent le « séparatisme », d’autres ce qu’ils appellent le « gradualisme ». D’autres encore ne s’embarrassent pas de telles subtilités et se sont jetés à corps perdu au service de l’axe Iran-Syrie : c’est notamment le cas du chef du PKK turc, Abdullah Ocalan, qui a récemment fait totale allégeance aux Mollahs et à la Syrie, déclarant qu’il réunirait « 100 000 combattants » pour se battre contre les Américains aux côtés des Mollahs et de Bachar- Al-Assad… Il ne reconnaît pas plus le Kurdistan d’Irak, première expérience d’autonomie depuis fort longtemps et qui répond à certaines aspirations kurdes. Car, pour lui, il ne peut être qu’une émanation des mêmes USA (d’où le fait que le PKK essaie d’attirer les bombardements et incursions turcs sur cette région du nord de l’Irak). Ce qui tend à prouver que les représentations kurdes restent divisées et sujettes à des tentatives de manipulation, à part égale, qu’elles sont partie intégrante du bras de fer se jouant actuellement. Ce qui veut encore dire que les Mollahs sont tout prêts à soutenir le PKK tant qu’il sert leurs intérêts, en semant le trouble chez les autres, mais ô combien pas chez soi! Il est donc plausible que les forces spéciales d’autres pays coalisés en Irak fassent de même, répliquant à la « bergère » de Téhéran et lui intimant de mieux garder ses moutons… Quoi qu’il en soit, ne pas décrire les enjeux objectifs qui alimentent ces tensions et se draper unilatéralement plutôt du côté des Gardiens de la Révolution que des intérêts à terme du peuple qu’ils oppriment, c’est accepter une position proche d’une forme de collaboration avec ces oppresseurs, qu’on essaiera ensuite d’expliquer aux Occidentaux.

D’autre part, les bouillonnements sporadiques qui agitent ces régions n’émanent pas uniquement de la lutte armée, mais relèvent, à certaines périodes, de l’insurrection populaire. Elles mettent en branle plusieurs régions-clés de l’Iran (jusqu’en Azerbadjian iranien), à travers des agissements aussi légitimes que la grève générale, qu’on s’attendrait à voir soutenue par un véritable site d’opposition. Que nenni, les « Kurdes » (avec eux et dans le même sac : les Azeris, les Baloutches, etc.) et toute action à laquelle ils participeraient, sont jugés suspects et a priori dangereux pour la continuité historique de l’Iran. Pas une seconde, il ne vient à l’esprit des rédacteurs que ces mouvements déstabilisent le Régime et réclament un autre type de gouvernance, qu’à ce titre, ils méritent examen et respect. Preuve d’une revendication effective qu’Iran-Resist.org préfèrera continuer de masquer, ignorer, voire d’étouffer :

http://www.strato-analyse.org/fr/spip.php?auteur10

Dans un autre article, ce site ne craint pas de sous-entendre que les Pasdaran sont devenus en fait, un équivalent de l’armée iranienne supplétive, depuis l’affaiblissement de celle-ci durant la guerre Iran-Irak. Et, de fait, qu’on les aime ou pas, les seuls garants de l’unité du pays contre ces supposées « influences étrangères » qui se satisferaient des tensions internes à l’Iran. Il oublie de mentionner que cette guerre visait l’expansion de la révolution shi’ite iranienne (ou de contrer celle-ci), raison pour laquelle l’Occident s’est rangée du côté de Saddam Hussein, en l’armant et en le finançant, avant que les Etats-Unis ne limitent son pouvoir (sur le Koweit en 91), puis destituent ce dictateur (en 2003)… L’OMPI ou actuel CNRI, quant à lui, avait suivi le même chemin et depuis, s’est trouvé réfugié en Irak, avant de tomber sous la houlette des forces américaines après l’invasion de ce pays…

Ceci au risque d’écorner son image de site d’opposition, trouvera t-il peut-être qu’il était plus honorable de faire corps avec les Gardiens de la Révolution, envoyant des enfants-soldats de 12 ans, attiffés en bombes humaines, avec les « clés du paradis » à leur cou? Dans sa stratégie à géométrie variable, il lui arrive donc, premier point, de se montrer complaisant à l’égard des Pasdaran, surtout s’il s’agit du sort des minorités et, deuxième point, systématiquement minimaliste en matière nucléaire, ce que l’on peut à la fois « comprendre » (éviter tout recours à la force, parier sur la seule rhétorique anxiogène des Mollahs sans intention réelle de produire une bombe, quel qu’en soit l’usage -« dissuasif » ou de chantage à la terreur, par la suite -?-) et réévaluer. A condition, alors, d’être favorable à des sanctions économiques, par exemple, ou encore à d’autres formes d’opposition nationale. Là encore on s’interroge :

troisième point, ce site joue également un jeu subtil en se tenant à la marge critique à l’égard d’autres groupes d’opposants qu’il s’emploie généralement à dénoncer comme étant de « faux opposants ». Et certains le sont assurément, comme dans toute tentative de cet acabit. Mais ce qui rend ces autres, suspects aux yeux d’Iran-Resist.org est qu’ils seraient (tous, sauf lui) animés de vélléités « fédéralistes » (prônées par M.Leeden de l’American Entreprise Institute, c’est-à-dire, selon lui : « séparatistes »), sous la houlette de stratèges comme le journaliste Kenneth Timmerman, qui travaille, précisément, à unifier les différents courants d’opposition iranienne, dans un projet de « monarchie constitutionnelle » rassembleuse ou « gaulliste », qu’incarnerait le fils du Shah, Reza Pahlavi. L’OMPI, globalement détestée, ne fait évidemment pas partie de cette opposition « légaliste ».

Le projet d’unification reste, certes, fragile, également travaillé par d’autres tendances, mais il vaut pour une option ou alternative de reconstruction, là où on se contenterait de critiquer les bras croisés. Iran-Solidarité est née de cette volonté, prenant exemple sur les Polonais de Solidarnösc. Iran-Resist.org le décrit comme « le Plan B Timmerman-Bolton », qui viserait, en fait, à dissoudre l’actuelle Iran, et pas – comme annoncé sur le « flacon »-, à renverser le Régime islamiste pour lui substituer un autre type de pouvoir dans lequel les oppositions d’aujourd’hui seraient susceptibles de se reconnaître, de fusionner et d’agir dans un même sens. Les Kurdes, pour reprendre cet exemple, reconnaissent la filiation des Pahlavi comme étant des leurs, ce qui pourrait permettre de surmonter bien des différences et de trouver un terrain d’entente…

L’écrivain(e) Shahdortt Djavann, quoique laïque et républicaine, s’est prononcée pour le soutien à cette troisième voie constitutionnelle, et, à l’époque (nouvelle contradiction dont il faudrait reprendre la chronologie), Iran-resist.org se ralliait à son « panache » blanc, ne tarissant pas d’éloge pour la justesse de vue de l’égérie iranienne -rappel : elle fut très présente lors de la Commission Stasi sur le « port du voile à l’école » avant la Loi sur la Laïcité promulguée sous J. Chirac- :

http://www.iran-resist.org/article3580

http://www.iran-resist.org/article3815

Mais, ensuite, on comparera le sens des deux textes suivants, l’un de l’opposition constituée, l’autre d’Iran-Resist.org, qui démollit complètement le frêle édifice constitutionnel ainsi créé, comme à la solde des « Yankees ». Question : que s’est-il passé entretemps? :

http://www.nuitdorient.com/n2641.htm  , intitulé : SOLIDARITE IRAN

http://www.iran-resist.org/article3546  : l’Amérique et ses 3 solutions (où un listing dénonciateur des personnalités présentes à la réunion parisienne apparaît).

Au risque courant de noyautage dans tout mouvement d’opposition, on répondra que la Stasi ou la police secrète polonaise avait infiltré Solidarnösc ou les manifestations en RDA avant la chute du Mur, cela n’empêchant pas ce dernier de s’effondrer. Qu’à l’instar des évènements d’Europe de l’Est, il peut aussi exister des gens, à l’intérieur de ce courant, susceptibles de jouer un double-jeu et de se décider au dernier moment pour savoir dans quel sens souffle le vent de l’Histoire…

Bref, il serait plus économique, pour I-R, de se réfugier dans une posture de l’anarchiste lucide quant à la corruption de tous les pouvoirs et de toutes les influences. L’autre détail éminemment dérangeant, pour un site « résistant », est cette propension à la délation, qui intervient encore une fois, sous couvert du « noyautage » en question. Certains anciens membres ou soutiens du Régime l’ont, par la suite, rejeté. Avec quel degré d’authenticité? Il ne nous appartient pas de le dire. Toujours est-il que si jamais, ces éventuels « agents doubles » ne s’étaient pas montrés suffisamment opérationnels, voilà qui pourvoit à cette lacune!

Notons encore, concernant ce site sujet à caution, qu’il n’a eu de cesse, contre toutes les sources réunies, arabes (koweitiennes, marocaines ou libanaises), américaines, israéliennes, etc., d’affirmer que Mughniyeh était un pauvre type à la retraite, « victime de la Raison d’Etat » (http://www.iran-resist.org/article4224 ). On ne pouvait imputer qu’aux Mollahs la liquidation d’un « témoin gênant » (en cas de Tribunal international contre Rasfandjani). C’était oublier totalement ou passer volontairement sous silence que le Terroriste n°1 après Ben Laden, âgé de 46 ans (pas encore gâteux), était sur tous les fronts des prochaines opérations anti-israéliennes, anti-américaines et anti-arabes réputés « modérés »… La Syrie, depuis, accuse régulièrement l’Arabie Saoudite, la Jordanie, les Libanais anti-syriens (W. Joumblatt, Siniora…) d’avoir prêté main forte et leurs services concrets au Mossad…

Ce site se trouve donc largement « déficient » en matière analytique et informative, voire délibérément désinformant sur les points cruciaux de cette confrontation à la stratégie des Mollahs (Terrorisme, nucléaire, statut et répression des minorités, opposition à l’opposition…), pour des raisons qui restent à comprendre, même si on ne peut pas douter de « la bonne foi » originelle de ses correspondants.

Sa crainte majeure, en ces temps agités, reste celle de l’éclatement de l’intégrité de l’Iran, à cause de l’agitation de certaines provinces (Kodestan, Azerbadjan iranien, 2005, Baloutchistan, etc.) qu’il attribue, au diapason avec l’actuel pouvoir aux commandes à Téhéran, à des « manipulations » de services étrangers (comprenne qui veut)… De fait, depuis un temps certain, il met l’accent sur /et stigmatise régulièrement les manoeuvres américaines ou israéliennes dans la Région, les sanctions économiques qui répondent au chantage mollachique, les « rumeurs » de guerre… tout en affirmant qu’il s’agit d’une quête d’entente avec eux.

Faut-il pousser l’analyse jusqu’à détecter que, finalement, l’alliance russo-iranienne verrouillant l’Asie Centrale lui apparaîtrait (le mano en la mano avec le régime autoritaire de Vlad. Poutine), peut-être, comme une garantie temporaire ou le bouclier de protection de ladite « intégrité » contre les risques de « Balkanisation »? : ce projet est présent dans la théorie Brzezinski, ou les recommandations du Général Ralph Peters (OTAN), mais effectivement déjoué en Irak par les alliances inter-confessionnellles contre Al Qaeda : il faut donc faire la part des choses entre théorie et pratiques effectives sur le terrain, alliances locales, etc. Raisonner ainsi, n’est-ce pas également, se prêter à un utre type « d’anxiogénéité »? Sans se trouver toujours être une sorte « d’allié objectif par défaut » des Mollahs, ce site vit intensément la crise en cours, se contentant de « dénoncer » des adversaires désignés, enfermé dans une sorte de rhétorique/quadrature du cercle, qui, finalement paralyserait, intimiderait, réduirait à la vacuité et à la pure vanité toute opposition réelle (militaire, para-militaire, insurrectionnelle et populaire, économique, financière, diplomatique, quelle qu’en soit la source…) au Régime en place à Téhéran. Il risquerait alors fort d’y rester encore longtemps. Il ne s’agit pas là de rédiger un rapport à charge, mais d’attirer l’attention sur les contradictions internes qui mineraient et videraient de sa substance une expérience qui nous était apparue, au départ, intéressante…

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz