FLASH
Premiers sondages en sortie des urnes : Bellen (Vert) 53.6%, Hoffer (FPO) 46.4%  |  Finlande : Le maire et 2 journalistes ont été tués hier soir par un sniper à #Lmatra, le tueur a été arrêté  |  2 tests du sentiment des peuples vis à vis de l’Europe aujourd’hui : référendum italien, présidentielle autrichienne  |  L’incendie d’Oakland, lors d’une soirée dans un entrepôt pourrait faire 40 morts – cause inconnue mais ce quartier est très violent  |  La banque centrale d’Arabie saoudite annonce être bloquée par un virus venu d’Iran  |  L’ancien président de France Télévisions Rémy Pflimlin qui a masqué la vérité de l’affaire al Dura, est mort à l’âge de 62 ans d’un cancer  |  L’homme qui a pris 7 otages lors d’un cambriolage bd Massena à Paris a échappé à la police, et il est armé  |  Des hackers ont dérobé 2 milliards de roubles de la banque centrale de Russie  |  Le monde du deux-roues et de la moto perd une figure qui s’en va à la retraite : François Hollande  |  Merkel au bord de la crise de nerf : la moitié des Allemands réclament un référendum sur un possible GERXIT  |  Le Sénat américain a voté un renforcement des sanctions contre l’Iran – un sénateur a voté contre : Bernie Sanders  |  François Hollande renonce à se représenter à la présidentielle – il aura au moins pris une bonne décision en 5 ans  |  France: la police intercepte un avion avec 100 millions d’euros de Cocaine venant de Colombie à bord  |  A l’ONU, la France vient de voter que le Mont du Temple est un lieu saint pour les seuls musulmans  |  Près de 370 combattants de l’Etat islamique arrêtés en Turquie en novembre, rapporte l’agence officielle turque  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 5 mars 2008
  
BATAILLE NAVALE EN MÉDITERRANÉE ORIENTALE ?

undefined
 
Le léger et discret déploiement naval américain (deux bâtiments de guerre, le croiseur USS Philippine Sea et le destroyer USS Ross qui viennent remplacer le destroyer USS Cole), en Méditerranée orientale, sert de prétexte, à une tempête dans un verre d’eau. Alors que ce déploiement reste, pour l’instant, une affaire plutôt bénigne. Notamment en comparaison de l’occupation du Liban, par la milice légionnaire et mercenaire du mouvement terroriste Hezbollah ; milice au service des mollahs intégristes génocidaires iraniens ; et de leur grimaçante marionnette, l’ineffable président iranien négationniste Ahmedinejad.
  
Et alors que ce déploiement américain reste, pour l’instant, une affaire tout aussi bénigne, en comparaison de la politique impérialiste et terroriste menée au Liban par la Syrie ; plus précisément par son président totalitaire et moustachu (de père en fils)Bachar al-Assad, acheteur de matériel balistique et nucléaire offensif chez son client préféré, le très stalinien et légèrement trisomique président (lui aussi de père en fils) de la Corée du Nord, l’inimitable Kim Jong Il.
  
C’est sûr que les petits navires de Bush en Méditerranée orientale, c’est beaucoup, mais alors vraiment beaucoup plus dangereux, que les joujoux du quartette infernal Hezbollah+Ahmadinejad+Assad+Kim Jong II. Sans oublier que le tsar rouge brun Poutine et son valet de président nommé plus qu’élu renforcent leur flotte militaire dans les ports de Syrie, question de renouer avec les bonnes vielles habitudes de la guerre froide. Et face à tout cela : deux navires américains, un croiseur et un destroyer ; même pas un porte-avions.
  
Cela dit, les deux bâtiments de guerre américains présents en méditerranée orientale, constituent un déploiement bénin certes, mais bénin pour l’instant. Ils ne compensent pas, en tant que tels et pour l’instant, l’hégémonisme de l’Iran, de son allié la Syrie, de sa milice Hezbollah et de leur fournisseur secret et néanmoins démasqué, la Corée du Nord. Le croiseur USS Philippine Sea et le destroyer USS Ross sont venus remplacer le destroyer USS Cole. Bien.
  
Mais cela ne signifie pas que le USS Cole est parti se faire cuire un œuf sur la Planète Mars. En réalité, le croiseur USS Philippine Sea, le destroyer USS Ross et le destroyer USS Cole restent tous les trois, jusqu’à nouvel avis, en Méditerranée et non en Mer de Chine ou dans le Canal de la Manche. Ils complètent les porte-avions américains qui se promènent déjà quelque part entre le Golfe d’Aden, le Golfe d’Oman et le Golfe persique.
  
La présence du USS Philippine Sea et du USS Ross en Méditerranée orientale est perçue par la Syrie et le Hezbollah comme un soutient au gouvernement libanais. Pour un soutient, cela reste un peu léger. Disons que c’est un encouragement pour le Liban indépendant. Et un découragement pour les intrus hezbollïaques, syriens et iraniens dans les affaires internes du Liban.
  
Le président du comité exécutif des Forces libanaises, le chef chrétien Samir Geagea, a critiqué, le 4 mars (1), ceux qui poussent des « coassements de grenouille » au sujet de la présence du destroyer américain USS Cole (maintenant remplacé par les deux autres navires susmentionnés) à proximité des eaux territoriales libanaises. « Le Liban a été occupé trente ans durant par l’armée syrienne, militairement, c’est-à-dire à travers ses chars (…) Cependant, certains n’ont pas vu cette occupation, ne l’ont même pas remarquée (…) Quel est l’impact de ce destroyer sur le Liban ? Qu’a-t-il paralysé ? (…) Quels sont les dégâts occasionnés par un navire américain qui se trouve dans les eaux internationales entre Chypre et le Liban, dans le cadre du grand conflit qui se déroule actuellement au Moyen-Orient ? Nous devons remercier les États-Unis qui imposent à travers cette présence une sorte d’équilibre dans le cas où une partie étrangère déciderait de semer le chaos au Liban (…) Tout ce vacarme autour du destroyer américain est provoqué. (…) L’aide américaine à la révolution du Cèdre, sans laquelle le Liban ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui. (…) Ceux qui sont venus portés sur le dos des gardiens de la révolution iranienne, les pasdaran, sont ceux-là mêmes qui s’en iront avec eux. Nous (les chrétiens) sommes venus au Liban avec saint Jean-Maron (fin du IVème siècle), et nous ne quitterons pas cette terre ».
  
Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, a évoqué (2) une deuxième fois la présence de navires américains en estimant qu’« il ne faudrait pas accorder une importance extrême à cette question, vu que les bâtiments américains sillonnent la Méditerranée depuis belle lurette. Ce développement est un message symbolique adressé à ceux qui envisageaient de mener une opération militaire dans la région (…) La présence (navale américaine) s’inscrit dans le cadre plus large du grand jeu qui se déroule entre le Golfe et Gibraltar ».

undefined
Cela dit, Washington avertit tout de même Damas en déployant ces deux bâtiments de guerre au large des côtes libanaises (3) : « Cette présence militaire américaine au large du Liban vise à affirmer le soutien de Washington au gouvernement du Premier ministre Fouad Siniora, en pleine crise politique. Mardi, la secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice, a également déclaré au Caire que ce déploiement représentait un ‘avertissement à la Syrie’, accusée de bloquer l’élection présidentielle libanaise (…) Washington s’inquiète de la situation au Liban, pays sans président depuis le 23 novembre 2007 ». Bref, en résumé, on donne un coup de pouce au Liban indépendant, mais dans le cadre d’un jeu qui va du Golfe persique au détroit de Gibraltar. Pas bête, Samir Geagea. Il n’est pas candidat aux élections présidentielles libanaises. Dommage.
  
(1) L’Orient Le Jour, 4 mars.
  
(2) L’Orient Le Jour, 5 mars.
  
(3) ESISC, 5 mars.
  
  
Miguel Garroté
  
http://www.monde-info.blogspot.com
  
  
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz