FLASH
[29/03/2017] Washington : la femme qui a foncé sur la police a été mise en prison – il ne s’agit pas d’un attentat  |  Le « ministre de la Santé » de l’Etat islamique a été tué à Mossoul  |  Si c’est vrai bravo madame ! lors de la perquisition au FN, MLP a coincé son smartphone dans son décolleté pour filmer  |  [28/03/2017] Maroc : 14 personnes arrêtées pour avoir incendié un commissariat  |  [27/03/2017] Plus de 400 jihadistes seraient rentrés au Royaume Uni d’après une source sécuritaire  |  L’Iran classe la CIA et l’Armée américaine comme organisation terroriste  |  L’opposant de Poutine Alexei Navalny condamné à 15 jours de détention après les manifestations anti-corruption d’hier  |  Attentat du Drugstore : réclusion à perpétuité requise contre le monstre Carlos le chacal  |  Egypte : 1 soldat égyptien et 6 militants de l’Etat islamique tués en deux incidents séparés dans le Sinaï  |  Syrie : un drone suspecté d’être américain, bombarde une voiture avec 6 occupants d’al-Qaïda  |  Blocus ? Non, propagande antisémite : 719 camions contenant 25 385 tonnes de biens sont entrés à Gaza par Israël hier  |  [26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 23 avril 2008

Le Mossad est extrêmement puissant. Depuis leur création, les services secrets israéliens ont pour but premier la sauvegarde de leur pays, quoiqu’il en coûte. Ils sont considérés comme les meilleurs services secrets du monde et l’actualité l’a démontré, que ce soit à Dar el-Zour , à Damas ou à Isaphan. Néanmoins, leurs dirigeants sont parfois irresponsables: ils n’hésitent pas à infiltrer leurs plus proches alliés, sans se soucier des conséquences.

Durant le début des années 80, Jonathan Pollard, alors jeune employé de confession juive de l’ONI , les services de renseignement la Marine américaine, a donné des renseignements à son agent traitant à Washington.  Les cibles ? Les agents de la CIA en Union Soviétique. Plusieurs d’entre eux ont été exécutés par le KGB lorsqu’Israël a vendu l’information aux Russes. La raison en était, dit-on, que le directeur du Mossad de l’époque, Nahum Admoni, était antiaméricain. Il reprochait à la CIA d’avoir recruté des SS au lendemain de la guerre et d’avoir protégé pendant des années Ali Hassan Salameh, commanditaire du massacre de Münich.

Plus tard, lorsque George Bush père a accédé à la Maison-Blanche, il a durci le ton à l’égard de l’Etat hébreu. Bush, ancien patron de la CIA, n’avait pas digéré la trahison israélienne et comptait bien faire payer Jérusalem. Sans délai.

Personne, au sein du Mossad, ne s’est remis en question depuis. En 2001, le nouveau patron Efraim Halevi a envoyé des centaines de katsas photographier l’Air Force Academy du Colorado et les bases de l’armée américaine en Californie. Interpellés par la police, certains des espions israéliens ont affirmé être étudiants à l’Université de Jérusalem. Problème : l’Université de Jérusalem n’existe pas, la plus proche étant l’Université hébraïque, où aucun d’entre eux n’étaient inscrits. Le directeur du FBI, Robert Mueller, fou de rage, a fait expulser les espions vers Tel-Aviv… sans pour autant freiner les ardeurs de l’Institut. 

En ce 22 avril 2008, le ministère de la Justice américain annonce l’ arrestation d’un espion du Mossad ayant opéré dans un centre spécial de l’armée américaine. On sait que cette affaire est liée à celle de Johnathan Pollard et aux opérations clandestines menées aux Etats-Unis par le célèbre Rafi Eitan, légende des services secrets israéliens. C’est Eitan qui avait déjà infiltré l’usine Numec à la fin des années 70 et rapporté en Israël les barres d’uranium si nécessaires à la centrale de Dimona – et à la création de la première bombe atomique juive. Cette nouvelle arrestation, tardive, rappelle de mauvais souvenirs au FBI.

Selon les informations délivrées au compte-goutte par le Ministère de la Justice, un informateur du nom de Ben Ami Kadish aurait livré des informations confidentielles à Israël, y compris sur des armes nucléaires américaines, entre 1979 et 1985. Prié de s’expliquer sur la lenteur de l’enquête, le Ministère n’a pas tenu à développer.

Réalise-t-on dans le Hadar Dafna de Tel-Aviv, boulevard Roi-Saül, là où travaille le Mossad, combien cette nouvelle peut affecter les relations entre les deux pays ? Qu’Israël, s’il est lâché par son cousin américain, pourrait se retrouver seul face à la menace iranienne ?

Depuis hier, le LAP, le département des relations publiques du Mossad (c’est-à-dire, du contrôle de l’information) multiplie les opérations médias pour faire de Ben Ami Kadish un délinquant isolé, le tout enveloppé dans la même mauvaise foi que pour l’affaire Pollard. Plusieurs médias israéliens, dont nos amis de Guysen, reprennent en choeur. C’est dire si la légèreté des services secrets israéliens embarasse.  

Le Mossad aime jouer avec le feu. Mais lorsque l’on habite dans la poudrière du Moyen Orient, mieux vaut ne pas se muter en pompier pyromane.

  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz