FLASH
Geert Wilders jugé coupable de propos de haine par la Cour  |  Egypte : 8 morts dont 4 policiers lors d’une explosion jihadiste au Caire  |  Nouvel effet Trump : Foxconn Taiwan, qui fabrique les iPhone et d’autres smartphones, déclare au WSJ qu’il envisage de se développer aux USA  |  Le géant de l’acier United States Steel annonce : « maintenant que Trump élu, nous allons investir et réembaucher jusqu’à 10 000 personnes »  |  Viola Desmond, activiste noire engagée dans la défense des droits des noirs, va apparaître sur le dollar canadien, première femme sur un billet de banque  |  Les premiers avions de combat F35i sont en route vers Israël, premier Etat au monde à être livré  |  L’espérance de vie a baissé de 78.9 à 78.8 ans aux Etats-Unis en 2015 (mais progresse régulièrement depuis 1990)  |  Australie : les tapis de prière d’un hôpital de Sydney vont être nettoyés après que du bacon ait été posé dessus  |  L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  |  Fraude fiscale : Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme  |  Grèce : la Cour bloque l’extradition de 2 soldats turcs suspectés de complicité du coup d’Etat  |  Les forces israéliennes ont arrêté une cellule du Hamas qui s’apprêtait, depuis la Judée, à commettre attaques et kidnappings  |  Sondage Gallup: 47% des Américains sont pour le droit à l’avortement, 46% sont pro-vie  |  Où l’on apprend que Trump a eu plus de 30 heures de conversations téléphoniques avec Obama depuis son élection  |  Sondage : le taux de popularité de Donald Trump est monté à 50%, celui des médias est tombé à 6%  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 15 mai 2008


Yitzhak Benhorin,

Israël News

traduction M. Brzustowski


L’ancien sous-secrétaire à la défense américaine a déclaré à Ynet qu’il n’avait jamais décelé la moindre évidence d’une pression israélienne sur l’Amérique afin qu’elle lance la guerre d’Irak. Il ajoute que, lors des conversations privées, les Israéliens mettaient plutôt en garde contre le fait qu’un échec pourrait saper les efforts contre l’Iran.

                            

 


WASHINGTON – Contrairement à de fréquentes supputations, les responsables israéliens n’ont pas poussé leurs homologues américains à lancer la guerre en Irak., a déclaré l’ancien sous-secrétaire à la défense des Etats-Unis, Douglas Feith, au journal en ligne Ynet, durant un entretien exceptionnel.

 Répondant aux allégations selon lesquelles Israël aurait incité l’Administration américaine à la guerre, Feith déclare : « Je n’ai jamais été témoin de cela ».

« Ce que vous pouviez entendre de la part des responsables israéliens lors des discussions privées, c’était qu’ils n’étaient pas particulièrement centrés sur l’Irak », ajoute Feith. « Leur véritable sujet de préoccupation, c’était l’Iran ».


Lorsqu’on lui demande pourquoi Israël n’a jamais publiquement émis d’objection contre l’action militaire en Irak, il répond que c’était là le résultat d’une relation forte entre les responsables israéliens et l’Administration Bush.

Feith dit encore : « L’alliance entre Bush et Israël était si forte et si cordiale que le gouvernement israélien n’était absolument pas prêt à rejoindre l’Allemagne et la France dans leur opposition aux Etats-Unis ». Mais il ajoute : « ce que vous entendiez de la part des Israéliens ne ressemblait pas du tout à une forme de plaidoyer en faveur de la guerre en Irak ».

Feith raconte qu’il entendait « un argumentaire (israélien) constant insistant sur l’importance du danger iranien », et ajoute qu’Israël était inquiet quant à un éventuel scénario qui finirait par se concrétiser, précisément que « si les Etats-Unis se lançaient dans un conflit militaire en Irak et que cela ne se passait pas bien, cela risquait de rendre moins crédible notre diplomatie face à l’Iran. »

« Les gens cherchaient des solutions permettant d’échapper à la guerre »

 
Feith, dont l’ouvrage récemment publié, Guerre et Décision » a pour but d’exposer la part qu’il a prise dans la guerre d’Irak, a également démenti que l’esprit de l’Administration Bush était focalisé sur une guerre en Irak bien avant les attentats terroristes du 11 septembre.

« Un grand nombre de décisions ont été prises après le 11 septembre », a t-il dit à Ynet, « et je pense qu’une des choses que le livre met en lumière, c’est que l’Irak était un problème majeur avant le 11 septembre – c’était un problème majeur depuis 1990 pour les Etats-Unis, et il existait un débat permanent au sein du gouvernement américain, concernant ce qu’il fallait faire au sujet de l’Irak ».

« Après tout, vous avez eu l’Acte de Libération de l’Irak en 1998, qui dit que la politique américaine a pour objectif un changement de régime, le Sénat a voté cette loi à l’unanimité et le président Clinton l’a contresignée, »nous a t-il expliqué.

« Lorsque je passe en revue les débats au sein de l’Administration au sujet de ce qu’il fallait faire concernant l’Irak, j’insiste surtout sur le fait qu’aucune décision n’était prise », décrit Feith en référence à son livre. « Il y avait des débats concernant le renforcement de la zone interdite au survol, le renforcement des sanctions économiques, et la CIA parlaient de la possibilité de réaliser un coup d’Etat. Il existait également un débat pour savoir si nous pouvions créer une enclave autonome dans le Sud… les gens étaient laborieusement à la recherche de solutions qui permettraient de résoudre le problème sans entrer en guerre. »

Feith rejette également les suggestions selon lesquelles l’Administration Bush a, finalement, choisi de désigner l’Irak, parce que cela semblait l’action la plus facile à l’époque.

« Je ne pense pas que c’était la plus facile », dit-il, « Nous avons regardé tour à tour chacun des Etats qui soutiennent le terrorisme, et nous avons dit que nous devions adopter une politique appropriée concernant chacun d’entre eux. Dans le cas de l’Iran et de la Corée du Nord, il était évident qu’avant que quiconque envisage seulement une quelconque action militaire, il restait un important processus diplomatique qui devait encore être essayé ».

« A l’époque, l’Amérique gérait la situation à l’égard de l’Irak depuis déjà 12 ans », conclut Feith et il ajoute : « les risques liés au fait de laisser Saddam Hussein au pouvoir étaient très sérieux ».

 

                                  http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3542925,00.html

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz