FLASH
Geert Wilders jugé coupable de propos de haine par la Cour  |  Egypte : 8 morts dont 4 policiers lors d’une explosion jihadiste au Caire  |  Nouvel effet Trump : Foxconn Taiwan, qui fabrique les iPhone et d’autres smartphones, déclare au WSJ qu’il envisage de se développer aux USA  |  Le géant de l’acier United States Steel annonce : « maintenant que Trump élu, nous allons investir et réembaucher jusqu’à 10 000 personnes »  |  Viola Desmond, activiste noire engagée dans la défense des droits des noirs, va apparaître sur le dollar canadien, première femme sur un billet de banque  |  Les premiers avions de combat F35i sont en route vers Israël, premier Etat au monde à être livré  |  L’espérance de vie a baissé de 78.9 à 78.8 ans aux Etats-Unis en 2015 (mais progresse régulièrement depuis 1990)  |  Australie : les tapis de prière d’un hôpital de Sydney vont être nettoyés après que du bacon ait été posé dessus  |  L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  |  Fraude fiscale : Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme  |  Grèce : la Cour bloque l’extradition de 2 soldats turcs suspectés de complicité du coup d’Etat  |  Les forces israéliennes ont arrêté une cellule du Hamas qui s’apprêtait, depuis la Judée, à commettre attaques et kidnappings  |  Sondage Gallup: 47% des Américains sont pour le droit à l’avortement, 46% sont pro-vie  |  Où l’on apprend que Trump a eu plus de 30 heures de conversations téléphoniques avec Obama depuis son élection  |  Sondage : le taux de popularité de Donald Trump est monté à 50%, celui des médias est tombé à 6%  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 16 mai 2008

Grâce à David Littman, j’ai pu regarder en primeur le DVD en français consacré à ses exploits au Maroc, durant l’Opération « Mural », 1961.

Le documentaire est remarquable. Il montre combien le jeune Littman, alors tout juste marié à Gisèle (la future Bat Ye’or), s’est retrouvé au coeur d’une opération clandestine montée par le Mossad.

Jeune idéaliste, Littman, alors 27 ans, fraîchement diplômé, était venu s’installer à Lausanne avec sa femme et sa fille qui venait de naître. Choqué par le livre de William Schirer « Le Troisième Reich », qui expliquait comment les pays neutres avaient fermé les yeux sur les massacres nazis, Littman  voulait absolument aider ses frères juifs.

Il tape aux portes des ONG à Genève et finit par être engagé par l’OSE (Oeuvre de secours pour enfant), qui l’envoie au Maroc pour y expatrier, clandestinement, des centaines d’enfants juifs.  L’histoire, désormais, nous la connaissons sur le blog drzz.

Le documentaire nous en apprend bien plus. Les risques, tout d’abord, d’une telle opération. Au Maroc, le Mossad avait recruté Alex Gatmon (nom de code « Armin »), chef de la misgueret, l’armée secrète qui venait en aide aux Juifs en Afrique du Nord, pour l’épauler dans l’opération de sauvetage. Gatmon était un maître espion réputé qui a fait partie des Nokmin, les « vengeurs » qui traquèrent les Nazis à la fin de la guerre, avant de rejoindre Israël…

 Deux mois avant que Littman ne débarque à Casablanca, les services secrets marocains avaient démantelé une des filières du Mossad. Les sayanim  (agent auxiliaire) de l’organisation de Gatmon avaient été jetés en prison et torturés pendant des semaines. Littman ignorait tout de ces évènements.

Il n’imaginait non plus combien l’opération était importante aux yeux des services secrets israéliens.  En effet, le responsable de « Mural », en Israël, se trouvait être Shmuel Toledano, numéro 2 du Mossad. Dans le documentaire, celui-ci  explique clairement combien cette missions était risquée : « David et sa famille n’auraient pas été tués s’ils avaient été découverts, mais ils auraient pu être torturés et pourrir dans une prison marocaine ».

Enfin, « Georges », le contact de Littman à Casablanca, n’avait rien d’un agent de seconde zone. Nous voyons ce retraité s’exprimer pour le documentaire sans apprendre sa véritable importance au sein du Mossad. Comme Littman me l’a affirmé au téléphone, « Georges », homme d’affaire français habitant au Maroc, était en réalité Gad Shahar, agent du Mossad gérant l’antenne de l’Institut à Casablanca.

Un excellent documentaire, qui sera bientôt disponible en Europe.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz