FLASH
Ministre de l’Int. Bruno Le Roux a triché dans son CV : il n’est pas 1 ancien HEC et ESSEC – moralité parfaite pour un ministre socialiste  |  Si Trump tient ses promesses, les démocrates risquent fortement de perdre 25 sur 33 sièges au Sénat en 2018 – un tsunami après la défaite présidentielle  |  Lors d’un meeting de Trump, le patron de Dow Chemicals annonce la création d’un centre de R&D dans le Michigan +700 emplois  |  Rotterdam : Le terroriste musulman appréhendé préparait une exécution – saloperie d’islam  |  CNN annonce que 50 000 combattants de l’Etat islamique ont été tués selon l’armée américaine  |  Allemagne : 2 mineurs musulmans suspectés de préparer un attentat ont été arrêtés à #Aschaffenburg  |  Rotterdam : 4 boîtes d’explosifs, 1 drapeau d’ISIS découverts durant l’arrestation de terroristes musulmans  |  Syrie : la coalition occidentale a bombardé et détruit 168 camions-citerne près de Palmyre  |  Nigeria : double attentat « suicide » à #Madagali : 30 morts 57 blessés – saloperie d’islam  |  Geert Wilders jugé coupable de propos de haine par la Cour  |  Egypte : 8 morts dont 4 policiers lors d’une explosion jihadiste au Caire  |  Nouvel effet Trump : Foxconn Taiwan, qui fabrique les iPhone et d’autres smartphones, déclare au WSJ qu’il envisage de se développer aux USA  |  Le géant de l’acier United States Steel annonce : « maintenant que Trump élu, nous allons investir et réembaucher jusqu’à 10 000 personnes »  |  Viola Desmond, activiste noire engagée dans la défense des droits des noirs, va apparaître sur le dollar canadien, première femme sur un billet de banque  |  Les premiers avions de combat F35i sont en route vers Israël, premier Etat au monde à être livré  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 21 mai 2008

Par Claude MONIQUET, Président de l’ESISC

Depuis plusieurs semaines maintenant, la répression fait rage au Tibet. Les émeutes ont-elles fait 19 morts (18 civils et un policier) comme l’affirme Pékin ? Ou alors 140 comme le soutient le Premier ministre du gouvernement en exil ? Mystère, puisque, en l’absence de témoins neutres (journalistes, diplomates ou membres d’ONG) on en est réduit à commenter des images volées et des chiffres officiels. A ce jour, la demande d’Amnesty International de permettre la mise en place d’une Commission d’enquête indépendante sous l’égide de l’ONU est restée lettre morte.

Au-delà des faits tragiques qui se sont déroulés depuis le début du mois de mars, on se permettra simplement de rappeler que le Tibet est occupé par la Chine depuis 1950. Une occupation qui pèse son poids de larmes et de sang : entre 1956 et 1959, plusieurs révoltes se traduisirent par des dizaines de milliers de morts et l’exil d’environ 100 000 Tibétains, essentiellement vers l’Inde (le gouvernement en exil estime que plus d’un million de Tibétains seraient morts des suites de l’occupation entre 1950 et 1979) ; selon Amnesty International, plus de 214 manifestations pour l’indépendance ont été réprimées et des centaines de participants condamnés au camp de travail depuis 1987 ; lorsque Hu Jintao était responsable du Tibet, en 1989, au moins 400 personnes furent tuées dans une seule de ces manifestations ; la Chine se livre à une politique de peuplement visant à installer le maximum de Han (ethnie chinoise majoritaire) au Tibet pour y minoriser les Tibétains de souche, ce qui s’assimiler à une forme d’épuration ethnique.

Mais il n’y a pas qu’au Tibet que le régime communiste chinois illustre ce qu’il entend par « respect des Droits de l’homme ».

Au moins cent journaliste et internautes sont actuellement détenus pour avoir simplement exercé leur droit à la liberté d’expression. Plusieurs milliers d’autres citoyens sont victimes de brimades, d’arrestations et de condamnations arbitraires pour avoir manifesté leur opposition à la politique du régime ou souhaité exercer leur foi sans contrainte et sans adhérer à une « église officielle ». Les croyants de l’Eglise catholique reconnaissant le Vatican et la « secte » Fa Lun Gong, ainsi que ceux de nombreuses églises protestantes sont particulièrement visés.

Pour diverses causes – allant du « comportement asocial » à de petits délits – , plusieurs centaines de milliers de personnes de personnes sont astreintes à « la rééducation par le travail » dans des camps où ils sont envoyés sur simple décision administrative, sans inculpation et donc sans jugement et sans condamnation. Cette méthode semble entre autres être employée de manière massive pour « nettoyer » Beijing à l’approche des Jeux olympiques. Les suspects de « déviance » politique ou « morale » sont systématiquement victimes de harcèlement policier et, une fois arrêtés, de tortures et de traitements dégradants et inhumains.

Le « miracle économique » chinois, lui, se bâtit sur les cadavres de milliers de mineurs et d’ouvriers qui décèdent chaque année d’accidents du travail.
Et bien entendu, aucune liberté syndicale n’existe et aucune organisation reconnue ne peut défendre ces victimes anonymes. Enfin, chaque année, plusieurs dizaines de milliers d’émeutes (chiffres officiels diffusés par la presse d’Etat) éclatent, justifiées par la corruption des dirigeants locaux.

A l’extérieur, faut-il vraiment le rappeler, la Chine menace toujours la petite île de Taiwan et soutient à bout de bras le régime génocidaire du Soudan.

Ce pourtant ce pays qui, l’été prochain, accueillera les Jeux olympiques.

Nous ne souhaitons pas le boycott des Jeux : nous sommes – sauf exception – hostiles au principe du boycott des relations culturelles, scientifiques, sportives et économiques, mais nous pensons que l’Europe s’honorerait en envoyant à Beijing un signal fort et en refusant de se rouler dans la boue en participant à la cérémonie d’ouverture des Jeux, qui sera, pour le régime communiste en place, une sorte de consécration.

Les cyniques et autres « réalistes » nous objecteront que la Chine est un « immense marché » qui impose d’oublier nos convictions. La réponse à ce triste argument est simple : les trois principaux fournisseurs et partenaires de Beijing sont Taiwan, les Etats-Unis et le Japon, trois pays qui n’ont jamais ménagé leurs critiques par rapport au système et à ses abus. Les dirigeants de Beijing, en effet, sont pragmatiques : ils ont autant besoin de nous que nos économies ont besoin de la Chine. Sachons tirer de cette réalité la conclusion qui s’impose !

Article à voir sur le blog Une Vision Néoconservatrice.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz