FLASH
Lors d’une conversation téléphonique, Trump a convaincu Softbank d’investir 50 milliards $ et de créer 50 000 emplois aux Etats-Unis  |  3 électeurs de Floride font un procès en demande de recomptage de l’élection (Trump a 120 000 voix de plus que Clinton)  |  Attaque raciste de CNN qui ne digère pas l’élection de Trump, cette fois contre Ben Carson  |  En réponse à Trump, Boeing indique qu’il a un contrat de 170 millions $ pour « aider à déterminer » les besoins d’Air Force One  |  Belgique : arrestation de 8 jihadistes à Anvers, Bruges, Saint-Nicolas et Schaerbeek qui recrutaient et finançaient ISIS  |  Avec 89.5% des voix, Angela Merkel a été réélue à la tête du CDU  |  Trump : « Boeing construit un nouvel Air Force 1 à 4 milliards $ pour les futurs présidents. C’est bien trop ! il faut annuler la commande !  |  L’ex directeur du Pentagon Leon Panetta soutient la nomination par Trump de « Mattis le chien fou » et recommande aux démocrates de valider sa candidature  |  Devant les membres de son parti, Merkel demande l’interdiction de la burqa et est ovationnée en réponse  |  Bruno Le Roux nommé 1er ministre. Si dans une entreprise on nommait PDG un petit cadre, ce serait la faillite – pareil pour la France  |  Des coups de feu ont été tirés sur un poste de police d’Albertslund au Danemark – 1 policier blessé – motif encore inconnu  |  Bernard Cazeneuve vient d’être nommé premier ministre. Mais sil sont bons à tout c’est qu’ils sont bon à rien disait ma grand-mère  |  Trump a démontré qu’il est le 1er président qui n’a pas besoin des médias, il va les court-circuiter pour parler aux Américains  |  Moscou et Pékin mettent leur veto à une résolution de l’Onu pour une trêve à Alep  |  Hillary Clinton atteint maintenant 2.6 millions de votes de plus que Trump – et ça n’a toujours aucune valeur  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 9 juin 2008



Si un pays concentre actuellement l’attention de la communauté du renseignement , c’est incontestablement la Corée du Nord. Ce pays est non seulement une des rares dictatures communistes encore existantes, mais aussi un pays qui, par son attitude déstabilise la sécurité au niveau international. Par exemple, en fournissant des missiles a la Syrie, ennemi d’Israël. Idem au niveau régional, ou les ambitions nucléaires de la Corée du Nord sont percues comme une menace locale, ajouté a la volonté d’unifier les deux Corées (séparées depuis le cessez le feu de 1953) sous le joug communiste. Les deux Corées se regardent par conséquent en chien de faïence, et comme il est difficile d’obtenir des informations secrètes sur les buts et intentions du régime nord-coréen, restent les informations obtenues par les voies ouvertes.

Ses dernières permettent justement d’idenfier les « étoiles montantes » au sein du régime, et ce selon leur participation aux cérémonies officielles et la place qu’ils y occupent, leurs promotions, les missions qui leur sont confiées. C’est dans ce cadre qu’apparaît une de ses « étoiles montantes », a le tête d’un service de renseignement politique nord-coréen, étoile qui, suite a un scandale, risque néanmoins de redescendre:  Il s’agit de Kim Yang-Gon, le directeur du Département du Front Uni du Travail nord-coréen
 
Comme le rappele le remarquable « Intelligence Online », Kim Yang-Gon , né le 24.04.1938 a Anju, une province du Pyongyan, a toujours travaillé dans les services de renseignement politique dépendant du Comité central du Parti des Travailleurs de Corée.

La galaxie du renseignement de Corée du Nord est composée : Du Ministère de Protection de la Sécurité de l’Etat, sorte de KGB, chargé du renseignement extérieur comme du contre-espionnage interne; du service de renseignement militaire, qui dépend du Ministère de la Défense; et, dépendant du Comité Central du Parti, la 35ème chambre, en fait le Département des Liaisons Internationales, chargé des relations avec les partis politiques « frères », mais aussi le Département du Front Uni du Travail, chargé des contacts avec les « organisations de masses », et la communauté coréenne a l’étranger, permettant par ce biais d’obtenir des informations sur la situation dans un pays donné. C’est ce service que prend en main en 2006 Kim Yang-Gon. Et ce après avoir « monté les marches » au sein du régime: Directeur-adjoint du Département des Liaisons Internationales, DLI, (devenu en 1998 la « 35ème chambre ») de 1986 a 1997, il est parallèlement nommé vice-président de l’association coréenne des affaires étrangères en 1991.Il prend la tête du DLI en 1997, et le dirige jusque 2006. A ce poste, il est entre autres réputé pour avoir noué de bonnes relations avec son homologue chinois du Département des Liaisons Internationales, Zhu Liang. Ce qui n’est pas inutile: Les relations sino-nord coréennes ne sont pas forcément aussi idylliques qu’on pourrait le penser. Le fait que le régime de Pékin ait décidé de se tourner vers le capitalisme, au mépris de l’économie planifiée, sans compter le développement des relations entre la Corée du Sud et la Chine populaire, au grand dam de la République Populaire de Corée, s’accompagne d’une forte augmentation des échanges commerciaux entre ses deux pays. Pyongyang, en tant que ennemi du régime sud-coréen, n’a guère apprécié. Néanmoins, la Chine et la Corée du Nord ont besoin l’un de l’autre: La Corée du Nord pour être protégée en cas d’agression; la Chine pour éviter , dans un contexte international de défiance vis-a-vis de la Chine, que le régime de Pyongyang soit remplacé par un régime moins favorable a Pékin..

En 2006, donc, Kim Yang-Gon prend la tête du DFUT. La mission du DFUT? Entretenir non seulement des relations avec les communautés coréennes a l’étranger, mais aussi contrôler les organisations « de masse » a l’étranger, aussi les syndicats que les organisations religieuses.

Plusieurs indices montrent très clairement sa montée en puissance: En tant que directeur du DFUT, il est chargé des relations avec la Corée du Sud : Il rencontrera a plusieurs reprises des responsables du renseignement sud-coréen, le National Intelligence Service, et, fait exceptionnel et qui mérite d’être souligné, se rend en novembre dernier a Séoul pour négocier avec ses collègues sud-coréens des mesures visant au rapprochement entre les deux Corées, en facilitant le dialogue. Le fait que ce poste, et cette mission, lui aient été confiés, montre la confiance qui lui est accordée. D’autres éléments témoignent de sa montée en puissance: Kim Jong-Il a nommé en 2005 Kim Yang-Gon conseiller a la Commission de Défense Nationale, présidée par Kim Jong-Il, et ce dans un pays ou l’armée, du fait des tensions entre les deux Corées, joue un rôle important (Hwang Jang-Yop, ancien secrétaire du Comité Central du Parti des travailleurs nord-coréen qui fera déféction en 1997, estimera dans une interview que « les militaires sont tout puissant en Corée du Nord »). Dernier indice: Kim Jong-Il est réputé ne se rendre que rarement aux récéptions,hors lors d’une de ses rares présences a une récéption, a l’ambassade de Chine a Pyongyang, en mars 2007, Kim Yang-Gon fait partie des rares personnes qui l’accompagnent, avec le vice-ministre des affaires étrangères du régime.

La boucle est-elle bouclée? Pas sûr. En février dernier , un communiqué de Reuters annonce que le n°2 du DFUT, Choe Sung-Chol (Donc l’adjoint de Kim Yang-Gon) est suspendu , faisant l’objet d’une enquête pour corruption. Selon le NIS, depuis décembre 2007, Choe Sung-Chol était « absent ». Une source de préciser que  « In trouble is not only deputy director Choe but also the entire United Front Department which orchestrates all South Korean affairs ». Sous-entendu, Kim Yang-Gon est aussi visé. Il ne peut être exclu que cette étoile montante du régime nord-coréen ne redescende très vite..A moins que les investigations en cours ne soient que une tempête dans un verre d’eau, ou que le directeur du DFUT réussisse a étouffer l’affaire grâce a ses protections..En tout cas, depuis sa visite en Corée du Sud (du moins a ma connaissance), Kim Yang-Gon n’est pas réapparu en public..

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz