FLASH
83% des Israéliens considèrent que Donald Trump est un pro-israélien. Les juifs gauchistes reçoivent une énorme dégelée  |  Le président italien refuse la démission du Premier ministre Renzi  |  Manuel Valls a informé le président Hollande qu’il se présente à la primaire socialiste – comme si c’était un scoop: Oh! on est tous étonnés!  |  Trump: « si les médias étaient honnêtes et honorables, je n’aurais pas besoin de tweeter. Tristement, je ne sais pas si ça changera »  |  Excédé par la pollution sonore de l’appel du muezzin, un Israélien demande que les imams envoient leurs appels audio par Whatsapp  |  Libye : le gouvernement a repris la ville de #Sirte à l’Etat islamique, dont les combattants se préparent à se mélanger aux migrants  |  Ecosse. Fumer avec un enfant dans la voiture, c’est 119 € d’amende  |  Raciste ? Trump a nommé un noir, Ben Carson, comme Secrétaire au logement et au développement urbain  |  Wisconsin: Les Verts ont dépensé 1 million $ pour demander le recomptage. Sur 2.975 millions, ont été trouvés pour l’instant 349 votes manquants  |  Référendum italien : 56% pour le non, 44% oui. Renzi démissionne – Ce n’est cependant pas ITALXIT  |  Obama vient d’émettre une interdiction de déplacer l’ambassade des Etats Unis de Tel Aviv à Jérusalem : Obama, on vous aime, ça aidera Trump à ne pas hésiter !  |  Premiers sondages en sortie des urnes : Bellen (Vert) 53.6%, Hoffer (FPO) 46.4%  |  Finlande : Le maire et 2 journalistes ont été tués hier soir par un sniper à #Lmatra, le tueur a été arrêté  |  2 tests du sentiment des peuples vis à vis de l’Europe aujourd’hui : référendum italien, présidentielle autrichienne  |  L’incendie d’Oakland, lors d’une soirée dans un entrepôt pourrait faire 40 morts – cause inconnue mais ce quartier est très violent  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 7 juillet 2008

  
Ci-dessous,  des déclarations très éclairantes du moustachu de Damas pour l’avenir à paraître demain matin dans le Figaro.
   
  
Lundi 7 juillet 2008 à 21:55
  

Reuters
  
  

  
  

Le président syrien Bachar al Assad considère sa venue à Paris, le week-end prochain, comme une visite historique susceptible d’ouvrir une nouvelle fenêtre pour son pays sur la scène internationale. Dans un entretien à paraître mardi dans Le Figaro, le chef de l’Etat syrien affirme par ailleurs compter sur la prochaine administration américaine pour parvenir la paix avec Israël. « La France a une position internationale importante. Cela nous ouvre donc une grande porte sur la scène internationale », déclare-t-il dans une longue interview accordée au quotidien français. « Cette visite est pour moi une visite historique: une ouverture vers la France et vers l’Europe », ajoute le président syrien, qui s’entretiendra samedi à l’Elysée avec Nicolas Sarkozy.
  
Il assistera le lendemain, avec une quarantaine d’autres dirigeants dont le Premier ministre israélien Ehud Olmert, au sommet de lancement de l’Union pour la Méditerranée.
Comme tous les autres participants à ce sommet, il a été invité à rester à Paris le 14 juillet pour assister aux cérémonies de la fête nationale française. La venue du président syrien a suscité une vive polémique en France, ou l’on souligne que l’Onu a conclu à l’implication de son régime dans l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri.
  
Les relations entre Damas et Paris, très tendues sous Jacques Chirac, se sont réchauffées depuis l’arrivée de Nicolas Sarkozy au pouvoir.
« Nous assistons à une rupture entre la politique actuelle de la France et la politique du passé. Cette nouvelle politique est plus réaliste et correspond davantage aux intérêts de nos deux pays. C’est une base solide pour renouer une relation saine », estime Bachar al Assad. Le président syrien revient également sur l’état des négociations de paix au Proche-Orient, alors que la Syrie a entamé des discussions indirectes avec Israël par l’intermédiaire de la Turquie.
  

  
A ses yeux, une reprise de négociations directes entre les deux pays n’est pas envisageable avant l’arrivée d’une nouvelle équipe au pouvoir aux Etats-Unis, après l’élection présidentielle de novembre prochain.
« Franchement, nous ne pensons pas que l’administration américaine actuelle soit capable de faire la paix. Elle n’en a ni la volonté, ni la vision, et il ne lui reste plus que quelques mois », dit-il. « Nous misons sur le prochain président américain et son administration. C’est, nous l’espérons, plutôt un avantage d’avoir un changement de président aux Etats-Unis », ajoute le président syrien, pour qui l’Europe, et la France, pourront jouer un rôle « complémentaire » dans ce processus.
  
« La France fait preuve actuellement d’un dynamisme politique très élevé pour pousser en avant le processus de paix », estime-t-il.
Assad juge par ailleurs possible une rencontre à Paris avec le nouveau président libanais Michel Souleïmane, élu le 25 mai dernier après des mois de crise. « Nos relations sont bonnes. Nous l’avons soutenu pour qu’il devienne président et nous le soutenons dans son action politique. Les préparatifs sont en cours pour organiser cette réunion qui aura lieu à Paris », dit-il.
  
Interrogé sur le dossier du nucléaire iranien, Bachar al Assad se dit convaincu que Téhéran n’a aucune velléité militaire, contrairement à ce que pensent les pays occidentaux. « Notre conviction est que l’Iran n’a pas de projet nucléaire militaire. Nous sommes contre l’acquisition de l’arme nucléaire, que ce soit par l’Iran ou par tout autre pays de la région, en particulier Israël », dit-il. « Il n’est pas acceptable qu’Israël possède deux cents têtes nucléaires ».
  
Elizabeth Pineau, édité par Henri-Pierre André

   
 
  
  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz