FLASH
L’homme qui a pris 7 otages lors d’un cambriolage bd Massena à Paris a échappé à la police, et il est armé  |  Des hackers ont dérobé 2 milliards de roubles de la banque centrale de Russie  |  Le monde du deux-roues et de la moto perd une figure qui s’en va à la retraite : François Hollande  |  Merkel au bord de la crise de nerf : la moitié des Allemands réclament un référendum sur un possible GERXIT  |  Le Sénat américain a voté un renforcement des sanctions contre l’Iran – un sénateur a voté contre : Bernie Sanders  |  François Hollande renonce à se représenter à la présidentielle – il aura au moins pris une bonne décision en 5 ans  |  France: la police intercepte un avion avec 100 millions d’euros de Cocaine venant de Colombie à bord  |  A l’ONU, la France vient de voter que le Mont du Temple est un lieu saint pour les seuls musulmans  |  Près de 370 combattants de l’Etat islamique arrêtés en Turquie en novembre, rapporte l’agence officielle turque  |  Plus bas historique : 5% des Américains ont confiance dans les médias, sauf Fox News: 28% lui font confiance  |  Scandaleux : le Parlement européen illustre un débat sur le fascisme par une photo de Marine Le Pen  |  Michael Flynn, le conseiller à la sécurité nationale de Trump accuse la Chine & la Corée du nord d’avoir fait une alliance globale avec l’islam radical  |  Les médias vont manger leur chapeau : le Dow Jones progresse de 76 points à l’annonce des nomimations par Trump aux postes économiques clés  |  Message d’Albert Bertold: Dreuz a perdu 8 abonnés twitter, 46 de la newsletter et gagné 431 lecteurs en 24h  |  2 avions israéliens ont tiré des missiles depuis l’espace aérien libanais vers la capitale syrienne  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 11 juillet 2008

  
Des avions israéliens se trouvent déjà dans les aéroports américains des environs de Bagdad. C’est le dernier scoop que j’ai lu aujourd’hui. Les médias, les sites et les blogues se font apparemment concurrence pour savoir lesquel d’entre eux en sait le plus sur l’éventuelle frappe israélienne contre le nucléaire iranien. Vérité et mensonge cohabitent en toute civilité. Réalité, agitation et propagande s’entremêlent. La quatrième guerre mondiale ressemble toujours plus à la troisème dite « froide ». La guerre des mots acompagne la guerre tout court. L’incertitude rend nerveux. D’aucuns aimeraient que l’on tranche – dans un sens ou dans l’autre – mais une bonne fois pour toute.
  
Miguel Garroté
   
——————————————————————————————————   
   
  

L’arsenal iranien est à la fois folklo et très dangereux…
   
  
Israël montre ses muscles face à l’Iran

 

Le Figaro

 

De notre correspondant à Jérusalem Patrick Saint-Paul

 

10/07/2008 | Mise à jour : 21:04

 

À l’annonce par Téhéran de tirs de missiles lors de manœuvres militaires, Tel-Aviv a réagi jeudi par la présentation de l’Eitam, un avion espion bourré d’électronique qui serait utilisé en cas de frappe aérienne contre l’Iran.

 

Le gouvernement d’Olmert veut faire savoir qu’il se prépare à une opération contre les installations atomiques iraniennes.

 

Officiellement, le timing de la présentation, jeudi, d’un avion espion israélien capable de surveiller l’Iran n’a rien à voir avec les tirs de missiles de longue portée iraniens. Cependant, les images des Shahab 3 mettant l’État hébreu à la portée des mollahs donnent la chair de poule aux Israéliens. Et le message du gouvernement d’Ehoud Olmert à l’adresse du régime de Téhéran est très clair : Israël, qui privilégie pour l’instant l’option diplomatique, ne tolérera pas un Iran nucléaire et se prépare activement à une opération militaire visant les installations atomiques iraniennes.

 

La course à la propagande armée entre Tel-Aviv et Téhéran laisse un arrière-goût de guerre froide. À chaque nouvelle provocation iranienne, Israël, qui possède déjà un solide arsenal atomique lui permettant de vitrifier son adversaire, étoffe sa dissuasion. Ainsi, le Eitam, l’avion espion dévoilé, jeudi, serait une pièce essentielle dans une éventuelle opération de frappes aériennes israéliennes contre l’Iran. Bourrés d’équipements électroniques ultra-sophistiqués, ces appareils fournissent des renseignements et des moyens de communication aux chasseurs et aux bombardiers engagés dans des frappes. Selon une porte-parole de Tsahal, la présentation de l’Eitam ne serait «pas liée aux événements récents» en Iran.

 

Elle tombe néanmoins à pic. L’armée iranienne a procédé, jeudi, à de nouveaux essais de missiles dans le Golfe au troisième jour de manœuvres militaires qui ont fait monter d’un cran la tension entre Téhéran et les pays occidentaux. L’Iran avait annoncé mercredi que neuf missiles de moyenne et longue portée avaient été lancés dans le cadre des manœuvres, notamment un «Shahab 3 équipé d’une charge conventionnelle, d’un poids d’une tonne et d’une portée de 2 000 km», soit deux fois la distance séparant la frontière ouest de l’Iran d’Israël. Cependant, selon des experts, l’une des photographies diffusées par les gardiens de la révolution aurait été retouchée pour rajouter un quatrième missile.

 

Il reste que les menaces iraniennes de rayer l’État hébreu de la carte sont prises très au sérieux en Israël. Selon les estimations des services de renseignements israéliens, l’Iran aura acquis d’ici à un an et demi ou deux ans la capacité de produire une bombe nucléaire. Olmert a affirmé, le mois dernier, qu’il faut «empêcher l’Iran de se doter du nucléaire par tous les moyens». Jeudi, le ministre israélien de la Défense, Ehoud Barak, a rappelé que l’État hébreu continue de privilégier une «diplomatie musclée». Mais il a prévenu qu’«Israël est le pays le plus fort de la région et a prouvé dans le passé qu’il n’a pas peur d’agir lorsque ses intérêts sécuritaires vitaux sont en jeux». En 1981, Israël avait ainsi bombardé la centrale irakienne d’Osirak et en septembre dernier Tsahal avait mené un raid contre des installations suspectes en Syrie.

 

Un récent exercice de l’aviation israélienne a relancé les spéculations sur d’éventuelles frappes israéliennes. Une centaine d’appareils de Tsahal, ravitaillés en vol, avaient effectué une sortie de 1 500 kilomètres au-dessus de la Méditerranée, autant que la distance séparant Israël des installations nucléaires d’Ispahan. L’exercice comprenait des avions équipés de systèmes de brouillage électronique et d’hélicoptères de secours. Les experts occidentaux sont divisés quant aux chances d’une opération israélienne de détruire le programme nucléaire iranien. Le ralentir serait déjà considéré comme un grand succès en Israël.


À l'annonce par Téhéran de tirs de missiles lors de manœuvres militaires, Tel-Aviv a réagi jeudi par la présentation de l'Eitam, un avion espion bourré d'électronique qui serait utilisé en cas de frappe aérienne contre l'Iran. 

——————————————————————————————————

 

Barak : Tsahal saura faire face à l’Iran

 

« israel-infos.net » 11 juillet 2008

 

Alors que la République islamique d’Iran souligne le succès de ses « grandes manœuvres », au cours desquelles des missiles d’une portée de deux mille kilomètres, capables d’atteindre n’importe quel point d’Israël, ont été tirés « à titre d’essai », le ministre de la Défense, Ehud Barak, a lancé un avertissement au régime des mollahs, jeudi soir, dans lequel il a souligné que la crise du nucléaire constitue un « défi non seulement pour l’Etat hébreu, mais également pour l’ensemble du monde libre », avant d’ajouter « La voie qu’il s’agit à présent de suivre est celle des sanctions, des pressions diplomatiques, mais si elle ne mène nulle part, Israël, qui est la plus grande puissance régionale et a démontré, par le passé, que son armée ne recule devant rien lorsqu’il en va des intérêts vitaux du pays, saura faire face à la situation ».
 

Le chef du parti Travailliste, qui s’est exprimé dans le cadre d’une réunion avec les membres de sa formation, a néanmoins affirmé qu’il « s’agit d’évaluer la capacité de réplique de nos ennemis : entre le Hamas, le Hezbollah, la Syrie et l’Iran, il y a une grande effervescence tout autour de nous ». Toujours selon lui, « il existe un potentiel de conflit, tout comme se révèlent, en parallèle, des perspectives politiques, en particulier face à l’Autorité palestinienne et au régime de Damas ».

 

Barak a d’ailleurs qualifié la « quête de la paix » de véritable « impératif moral », qu’il s’agit de conjuguer aux « obligations d’ordre sécuritaire et aux difficultés stratégiques » qui s’imposent à l’Etat juif : « Ce dont nous avons le plus besoin », a-t-il déclaré, « c’est d’une réflexion méthodique, de sang-froid, d’autonomie vis-à-vis de toutes les contingences et des calculs personnels ou électoraux, d’esprit de décision et de fermeté ».

  
  
  

« Frappes » :  des centaines d’avions pendant quinze jours ?
   
  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz