FLASH
[25/03/2017] Cuisant échec du meeting Macron à La Réunion : sa porte-parole accuse… « les réseaux russes très bien implantés sur l’île »  |  Egypte, Sinaï : ISIS bombarde l’institut Azhari pour la seconde fois  |  Allemagne, Cologne : l’aéroport a été bouclé, un homme avec un colis suspect a été perdu de vue  |  [24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  |  10 personnes interpellées à Londres dans le cadre de l’enquête anti-terroriste  |  France, scène de la vie ordinaire : une femme voilée armée d’un couteau a tenté d’entrer dans une église de Dijon  |  Grande-Bretagne : université de Bury évacuée, alerte rouge, motif inconnu  |  Tchétchénie: 6 musulmans tchétchènes ont attaqué la garde nationale à Naurskaya : tous tués  |  Attentat de Londres nouveau bilan : 50 blessés  |  ‪Attentat islamique de Londres : 9 personnes en garde à vue qui préparaient d’autres attentats‬  |  ‪Le terroriste de Londres Khalid Masood est né Adrian Russell Ajao. Deux personnes centrales ont été arrêtées‬  |  [23/03/2017] Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de Chirac, cofondateur de l’UMP soutient Macron : c’était bien un UMPS, ou un PS caché  |  Scotland Yard a arrêté une musulmane de 39 ans à Londres Est qui préparait un attentat  |  Là il a raison ! Benoît Hamon dénonce le ralliement « pas acceptable » de Le Drian à Macron  |  Les alertes à la bombe contre des centres communautaires juifs américains ont été commis par un jeune israélo-américain – motif inconnu  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 30 juillet 2008

 

 En septembre 2004, Guy Millière publiait « pourquoi Bush sera réélu », ouvrage fascinant qui trouvait sa confirmation deux mois plus tard. Il récidive dans un nouvel ouvrage à paraître en septembre 2008, prédisant la défaite de Barack Obama.

Par Guy Millière4Vérités

« Un nouveau Kennedy », dit-on ici. Un charisme supérieur à celui de Martin Luther King, ajoute-t-on là-bas. Et puis qu’il est beau ! C’est ce que précise, extatique, la rédactrice en chef d’un magazine féminin.

Un comité de soutien s’est trouvé formé où on retrouve tout ce qui compte à Saint-Germain des Prés : Sonia Rykiel, le mari d’Arielle Dombasle, l’ex-compagnon d’Yves Saint-Laurent…

Lorsque, fin août en 2004, j’avais publié un ouvrage expliquant « Pourquoi Bush sera réélu  », des gens qui ne connaissent les États-Unis que pour avoir séjourné à Manhattan ou à Beverly Hills avaient dédaigné mes analyses avant de s’apercevoir, trop tard, que j’avais raison.

Cela m’a valu de solides inimitiés qui durent jusqu’à ce jour, et une rupture avec mon éditeur d’alors qui, pourtant, aurait pu se réjouir de ma perspicacité.

J’ai choisi, cette année, un livre plus vaste qui s’appellera « L’Amérique et le monde après Bush », et qui paraîtra début septembre.

J’y ai ajouté une postface qui aurait pu prendre les dimensions d’un ouvrage entier, et je l’ai intitulée : « Pourquoi Barack Obama ne sera pas Président des États-Unis ». Et je me tiens à ce que j’ai écrit dans cette postface.

Barack Obama, c’est bien davantage que de l’inexpérience, c’est du vide. Une fois les téléprompteurs et les oreillettes éteints, le discours se grippe et les arguments s’épuisent.
Ou alors, il ne reste que quelques formules, où surnagent les mots « espoir » et « changement », à moins que ce ne soit une combinaison des deux, « l’espoir du changement » qui, bien sûr, implique un « changement dans l’espoir »…

Quand on enlève les téléprompteurs, les oreillettes, le discours des speechwriters, la prestance de gravure de mode teintée d’un zeste de trucs de prêcheur et d’hypnose collective, il reste le contenu du programme, et celui-ci est d’un vide consternant et d’une vacuité socialiste qui trahit le manque d’imagination et l’illusion qu’avec des vieilles recettes moisies, on peut inventer un avenir tout neuf.

Cela plaît aux jeunes gens qui n’ont pas connu les années Carter et la stagflation, mais cela ne peut résister à l’examen pour des membres des classes moyennes qui ne tiennent pas à perdre leur emploi ou à voir confisquer leur épargne, aux fins qu’elle soit gaspillée dans des programmes fumeux où se croisent des éoliennes à n’en plus finir et des emplois publics par tombereaux entiers.

Cela peut plaire aussi à la population noire qui, en l’occurrence, se tourne vers Barack parce qu’il a la peau sombre. Cela peut plaire à la gauche universitaire et aux bobos qui, en votant Barack, peuvent se dire qu’ils font preuve d’une ouverture d’esprit extraordinaire et qui flattent ainsi leur narcissisme et leur certitude absolue d’être antiracistes et de n’avoir rien à voir avec les gens de l’Amérique profonde – ceux que Barack a décrit comme « crispés sur leur Bible et sur leur fusil »…

Pour la politique étrangère, Barack flatte les pacifistes et les compagnons de route du terrorisme et, quand on lui dit qu’il est allé trop loin, il rectifie un peu et propose de bombarder le Pakistan.

Comme si cela ne suffisait pas, il y a les fréquentations de Barack : un pasteur raciste, gauchiste et antisémite dont il vient tout juste de se séparer, Jeremiah Wright ; un ancien terroriste, Bill Ayers ; un islamiste palestinien mal repenti, Rachid Khalidi ; un promoteur véreux qui passe en ce moment devant la justice, Tony Rezko.

Et je n’en ai cité que quelques-uns. Si on se tourne vers les conseillers, c’est à peine mieux. Non, Barack Obama ne peut pas être Président des États-Unis ! Ou alors, le pire serait à craindre…

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz