FLASH
[23/03/2017] Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de Chirac, cofondateur de l’UMP soutient Macron : c’était bien un UMPS, ou un PS caché  |  Scotland Yard a arrêté une musulmane de 39 ans à Londres Est qui préparait un attentat  |  Là il a raison ! Benoît Hamon dénonce le ralliement « pas acceptable » de Le Drian à Macron  |  Les alertes à la bombe contre des centres communautaires juifs américains ont été commis par un jeune israélo-américain – motif inconnu  |  Corse : 25 cocktails Molotov ont été lancés cette nuit contre la sous-préfecture de Corte sans faire de blessé  |  Non confirmé : un attentat terroriste aurait été évité ce matin à Anvers  |  Un Français a été enlevé par des musulmans au Tchad  |  « Si l’Islam est une religion de paix, pourquoi dois-je me déplacer partout avec des gardes armés ? » Ayaan Hirsi Ali  |  Sur la page Facebook d’Al Jazeera les arabes ont « réagi avec joie à l’attentat de Londres »  |  Sinaï égyptien : 15 terroristes tués, 7 arrêtés. 500 kg de TNT et des bombes artisanales saisis  |  Blocus ? Non, propagande. 10 ambulances ont transporté des malades de Gaza se faire soigner en Israël hier  |  L’ex député russe Denis Voronenkov qui a fui en Ukraine a été tué dans une rue de Kiev. Tueur appréhendé  |  Guignol : « Le niveau de la menace terroriste extrêmement élevée » – Cazeneuve, qui voulait lever l’état d’urgence il y a 8 jours  |  Blocus de Gaza ? Non, propagande. Le 22 mars, 692 personnes ont été autorisés à entrer en Israël depuis Gaza  |  L’Autriche décide l’interdiction formelle à Erdogan de faire campagne sur son sol  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 9 août 2008

  
  

   
  
Israël met en garde le Liban
  

Marc Henry,  figaro.fr 08/08/2008 au soir
Annotations entre parenthèses, Miguel Garroté
  
L’État hébreu avertit le gouvernement de Fouad Sinoria qu’il le tiendra pour responsable de toute attaque du Hezbollah contre ses intérêts.

  

Les ponts, les routes, les centrales électriques au Liban pourraient devenir des cibles de l’aviation israélienne. Tel est l’avertissement, pour le moment sans frais, transmis ces derniers jours par l’État hébreu à Beyrouth à la suite de l’entrée en force du Hezbollah dans le gouvernement dirigé par Fouad Sinoria. Ce message transmis par l’intermédiaire des États-Unis et de l’Europe reflète un changement des règles du jeu (Note de Miguel Garroté :  « changement » dont le gouvernement libanais est seul responsable).
  

La milice chiite a en effet obtenu un droit de veto au sein du gouvernement et le feu vert pour maintenir ses combattants sur le pied de guerre dans le sud du Liban face à l’armée israélienne. Deux faits qui, selon les responsables israéliens (Note de Miguel Garroté :  c’est la pure vérité,  car cela figure dans la déclaration ministérielle libanaise;  ce n’est donc pas « selon Israël »), permettent de considérer le gouvernement libanais comme responsable de toute attaque ou attentat que pourrait commettre le Hezbollah pour venger notamment Imad Mougnieh. Le chef de l’appareil militaire de l’organisation a été tué en février 2008 lors de la mystérieuse explosion d’une voiture piégée à Damas en Syrie. Le Hezbollah a accusé Israël d’avoir manigancé cette élimination et proclamé bien haut son intention de répliquer. Des menaces prises très au sérieux (Note de Miguel Garroté :  il n’y a aucune preuve quant à la responsabilité d’Israël;  d’autres sont également soupçonnés).

  

En 1992, l’assassinat du précédent chef du Hezbollah, Abbas Moussaoui, par l’aviation israélienne dans le sud du Liban, avait été suivi de deux attentats sanglants à Buenos Aires contre une association caritative juive et l’ambassade d’Israël, qui avaient fait plus de cent morts. Dans la région, les militaires israéliens redoutent des infiltrations de commandos dans le nord d’Israël pour enlever des soldats afin qu’ils servent ensuite de monnaie d’échange.
  

Ce scénario s’était déjà produit durant l’été 2006 lorsque des miliciens du Hezbollah avaient kidnappé deux soldats israéliens dont les corps ont été récemment restitués en échange de cinq prisonniers libanais détenus en Israël. Durant le mois de combat, l’aviation israélienne avait limité au moins dans les prochains jours les attaques contre les infrastructures civiles, à la demande pressante des Américains qui s’inquiétaient d’une possible déstabilisation générale du Liban. Les bombardements massifs censés viser uniquement des cibles liées du Hezbollah dans le sud du Liban et des quartiers chiites de Beyrouth avaient toutefois provoqué de gros dégâts «collatéraux» matériels, mais aussi humains (Note de Miguel Garroté :  il eut été plus vrai de préciser ici que le Hezbollah,  d’une part,  était extrêmement mobile;  et d’autre part,  utilisait les civils libanais comme boucliers humains ce que même Amnesty International a dénoncé).
  

Le regain de tension actuel est également alimenté par la présence supposée (Note de Miguel Garroté :  non pas « supposée » mais imminente) de missiles portables sol-air d’origine russe dont le Hezbollah affirme vouloir s’équiper. Ce matériel mettrait en danger les vols de reconnaissance menés quotidiennement par l’aviation israélienne dans l’espace aérien libanais. À titre de préventif, le cabinet de sécurité israélien a lancé cette semaine une mise en garde adressée à la fois à la milice chiite ainsi qu’à la Syrie par où transitent les armes en provenance d’Iran destinées au Hezbollah. «Nous n’accepterons pas la poursuite de ce trafic», a prévenu Ehoud Barak, le ministre de la Défense. Le ton est d’autant plus dur que le Hezbollah est plus que jamais considéré comme une «tête de pont» de l’Iran, l’ennemi numéro un de l’État hébreu, qui par cette milice interposée est en mesure de menacer le nord d’Israël (Note de Miguel Garroté :  donc le ton est « d’autant plus dur » parce que la menace sur le nord d’Israël est bien réelle).
 
 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz