FLASH
Egypte : le bilan de l’attentat musulman à l’église copte après la messe dominicale monte à 20 morts et 35 blessés  |  Le Caire : l’attentat islamiste s’est produit à l’extérieur de la cathédrale copte Saint Marc dans un quartier chrétien  |  Istanbul : le nouveau bilan du double attentat islamiste est de 38 morts  |  Le Caire : nouveau bilan : 5 morts et 10 blessés lors d’un attentat islamiste  |  Le double attentat islamiste d’Istanbul a fait 29 morts dont 27 policiers et 166 blessés  |  Turquie : il viendrait de se produire 2 explosions massives à Istanbul  |  Selon des fuites, Rex Tillerson, PDG d’Exxon, futur Secrétaire d’Etat, en tandem avec John Bolton  |  Syrie : ISIS a recapturé une partie de Palmyre et dit avoir piégé des soldats russes et syriens  |  Londres : un musulman suspecté de préparer un attentat terroriste a été arrêté à son arrivée à l’aéroport de Stansted  |  Ministre de l’Int. Bruno Le Roux a triché dans son CV : il n’est pas 1 ancien HEC et ESSEC – moralité parfaite pour un ministre socialiste  |  Si Trump tient ses promesses, les démocrates risquent fortement de perdre 25 sur 33 sièges au Sénat en 2018 – un tsunami après la défaite présidentielle  |  Lors d’un meeting de Trump, le patron de Dow Chemicals annonce la création d’un centre de R&D dans le Michigan +700 emplois  |  Rotterdam : Le terroriste musulman appréhendé préparait une exécution – saloperie d’islam  |  CNN annonce que 50 000 combattants de l’Etat islamique ont été tués selon l’armée américaine  |  Allemagne : 2 mineurs musulmans suspectés de préparer un attentat ont été arrêtés à #Aschaffenburg  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 1 octobre 2008

  
  

« à redécouvrir ce patrimoine,  à le faire sortir de l’oubli  et  à le raviver »
   
  

Interview du frère de Benoît XVI

Exclusif :  Georg Ratzinger – le frère du pape – parle.

Miguel Garroté – Je publie ci-dessous quelques extraits que j’ai sélectionnés dans une longue interview menée par Andrea Tornielli pour  ilgiornale avec Georg Ratzinger, le frère de Benoît XVI. La clarté, tant des questions posées par Andrea Tornielli et que des réponses données par Georg Ratzinger contribuent – selon moi – au débat permanent sur l’Eglise. Je me souviens avoir lu et entendu Caroline Glick, du Jerusalem Post et François Célier, pasteur protestant faire l’éloge de Benoît XVI. Cela ne m’a pas laissé indifférent. Sur la question spécifique de l’amitié judéo-chrétienne, j’ai quant à moi écrit le 15 septembre dernier un article intitulé Benoît XVI et le Judaïsme, article publié sur leblogdrzz, monde-info, juif.org et israel-infos.net. Aujourd’hui, je soumets l’interview ci-dessous, illustrée par mes soins, à votre bienveillant esprit critique.

 

 

Andrea Tornielli pour ilgiornale – Pouvez-vous nous dire quelque chose sur votre vie familiale et sur vos parents ?

 

Georg Ratzinger – « Nous étions une famille très unie. Notre père était commissaire de police, il provenait d’une vieille famille d’agriculteurs de la Basse Bavière. Ma mère était fille d’artisans, et avant de se marier, elle avait travaillé comme cuisinière. Lorsque c’était possible nous, les enfants, nous allions à la messe chaque jour. On prenait le petit déjeuner à la maison. Ensuite on se voyait de nouveau à déjeuner. Selon la tradition bavaroise nous mangions d’abord une soupe et ensuite le plat principal. L’après-midi nous vaquions à nos occupations, et ensuite avec mon frère nous allions nous promener en ville. Ensuite on dînait ensemble. À l’époque il n’y avait ni radio ni télévision, et le soir notre père jouait de la cithare et chantait des chansons. Ensuite on allait tout de suite au lit ».
  

  

 

 

Quelle opinion avait votre père du nazisme ?

 

« Dès le début, il a été un farouche opposant du nazisme. Il a vite compris que le national-socialisme serait une catastrophe et qu’il n’était pas seulement un grand ennemi de l’Église mais plus généralement de toute foi et de toute vie humaine ».

 

 

Vous et Joseph, avez-vous été obligés de vous engager dans les Hitlerjugend, la Jeunesse hitlérienne ?

 

« L’État avait décidé que tous les garçons des écoles, selon leur âge, devaient s’inscrire à des groupes de jeunes déterminés. Lorsque cela devint obligatoire, nous fûmes inscrits en bloc. Il n’y avait pas de liberté de choix et ne pas se présenter aurait certainement eu des conséquences fâcheuses. Mon frère, cependant, ne fréquentait pas ces rassemblements et il ne se présentait pas aux appels. Ce qui impliqua un dommage économique pour ma famille puisqu’elle ne bénéficia plus de l’escompte sur les taxes scolaires ».

 

 

Est-il vrai qu’un membre de votre famille finit tué dans l’Aktion T4, le projet nazi d’euthanasie ?

 

« C’était notre cousin, le fils d’une soeur de ma mère. C’était un enfant beau et gai, mais il souffrait de troubles mentaux. Il n’était pas en mesure de dialoguer correctement ou de participer aux conversations. Je ne peux rien dire de plus précis sur sa maladie. Ce n’est que beaucoup plus tard que nous découvrîmes que les nazis étaient venus le chercher chez lui, et qu’il avait été tué dans un camp d’extermination ». 
  
  

Le séminaire de Traunstein
  

 

 

En 1935 vous êtes entrés au séminaire diocésain de Traunstein. Joseph a écrit dans son autobiographie : « Je suivis ses traces ». Comment naquit la vocation de Joseph ?

 

« Mon frère et moi, nous étions tous les deux enfants de choeur, et nous servions la messe. Ce fut très vite clair, d’abord pour moi et ensuite pour lui, que notre vie serait au service de l’Église ».

 

 

Comment la seconde guerre mondiale a-t-elle pesé sur votre vie et sur la vie de votre frère ?

 

« La guerre nous a éprouvés profondément, même lorsque nous étions à maison : la nourriture suffisait à peine. Nous avions un billet pour l’approvisionnement mensuel en nourriture, avec lequel on pouvait acheter seulement certains types d’aliments comme le sucre, le beurre, la matière grasse et un peu de viande. Le soir il fallait obscurcir les fenêtres pour ne pas laisser sortir la lumière et ne pas se faire voir des avions des alliés. J’ai été appelé d’abord au service du travail et ensuite au service militaire. Mon frère a été appelé quelque temps après moi. Nous avions des objectifs et des idéaux qui étaient opposés à ceux d’Hitler, mais nous étions soldats malgré tout. Il nous tardait qu’arrive le jour où la guerre serait finie ».
  
  

  
  

 

 

Joseph Ratzinger, que ce soit comme cardinal, ou comme Pape, a parlé des racines communes qui lient hébraïsme et christianisme. Aviez-vous des contacts avec des juifs dans votre famille ?

 

« C’est une donnée théologique que les juifs sont le peuple choisi par Dieu et que de ce peuple naquit Jésus, engendré par la Vierge Marie. Mais je dois admettre qu’à l’époque nous savions qu’il existait des juifs seulement par l’enseignement de la religion. Dans notre région, il n’y en avait pas, c’est la raison pour laquelle nous n’avions ni contact ni expérience vécue avec eux. Nous ne savions rien non plus des pogroms contre les juifs et des injustices commises dans leurs relations avec les nazis. Nous étions dans l’ignorance de tout ».

 

 

Votre frère, au temps de Concile, fut défini comme un « teenager de la théologie », un théologien de la mouvance progressiste, et il était le conseiller du cardinal Frings. Quels souvenirs avez-vous de ces évènements ?

 

« Je ne sais pas qui a forgé l’expression « teenager de la théologie » en se référant à mon frère. Dans cette période je n’étais pas à Rome: je n’y suis allé qu’une fois, avec Joseph et plusieurs professeurs allemands qui remplissaient un rôle d’experts au concile. Il était clair qu’il y avait la nécessité d’une ouverture, d’un développement théologique. Mon frère a contribué à la réalisation de tout cela, avec toute son intensité spirituelle et je crois qu’une partie du mérite de l’introduction de quelques idées nouvelles, qui étaient partie intégrante de nos convictions et de notre foi catholique, doit lui être attribuée ».

 

 

A l’époque post-conciliaire, le professeur Ratzinger s’est retrouvé à Tübingen, dans une faculté théologique transformée en « centre idéologique » du marxisme. Votre frère a-t-il changé au cours de ces années ?

 

« Non, il n’a pas changé. Les jeunes, en Allemagne vivaient un état de trouble. La poussée vers le changement qui avait eu lieu dans le Concile, se manifestait avec plus de force parmi les laïques. Les jeunes allemands et des autres pays vivaient dans un climat instable, sans contrôle. L’idée dominante était que tout devait changer, il fallait introduire des nouveautés: mon frère approuvait celles qui étaient bonnes mais il rejetait celles qui étaient inconciliables avec la foi. L’idée que le Concile ne devait apporter que la nouveauté n’était pas correcte, puisque le but était celui de présenter d’une manière adaptée aux temps la foi catholique de toujours ».
  
  

  

 

 

De qui s’inspirait votre frère quand il était professeur ?

 

« Dans ses cours, il s’inspirait de quelques théologiens français, il avait comme modèles surtout Henri de Lubac et le théologien suisse Hans Urs von Balthasar. Au centre de son travail, il y avait la Sainte Écriture et les écrits des pères de l’Église. Pendant ses études universitaires il avait cherché à redécouvrir ce patrimoine, à le faire sortir de l’oubli et à le raviver ».

 

 

Quelle signification a la liturgie pour les frères Ratzinger ?

 

« La liturgie, la messe, représente le coeur de notre foi et de notre action, elle est la rencontre personnelle avec Dieu. Ceci naturellement est à la première place. Nous ne pourrions pas imaginer un jour sans la messe, sans la liturgie, ce serait un jour pauvre, privé de l’essentiel… ».

 

 

Pourquoi Benoît XVI a-t-il voulu libéraliser l’ancienne liturgie pré-conciliaire avec le Motu Proprio « Summorum Pontificum » ?

 

« À l’époque de la réforme liturgique, le changement se produisit rapidement et il ne fut pas facile pour tous à accepter. D’un jour à l’autre l’ancienne liturgie fut remplacée par la nouvelle, à laquelle nous sommes maintenant attachés et avec laquelle nous célébrons la messe avec une participation intérieure pleine de joie. Il y eut, cependant, certains dans l’Église qui n’acceptèrent pas complètement ce « saut », puisque la perte de l’ancienne liturgie les avait privés de quelque chose et avait bouleversé leur foi. Pour ne pas laisser ces personnes seules, pour les réintégrer pleinement dans la communauté ecclésiale, mon frère a décidé de libérer l’ancienne liturgie pré-conciliaire».
  
  

  

 

 

Pouvez-vous nous raconter comment vous avez passé ensemble, cette année, les vacances d’été à Bressanone (photo). On dit que vous vous promeniez ensemble et qu’on vous voyait souvent sourire ?

 

« Nous avons passé beaucoup de périodes de congé à Bressanone et avons vécu dans le séminaire, celui-là même où nous avons été cette année. Les autres fois, cependant, nous pouvions sortir, nous promener tranquillement en ville et visiter les églises. A présent que mon frère est le Pape tout cela n’est plus possible. Ainsi nous avons dû rester à l’intérieur et faire les promenades dans le jardin du séminaire. Ces promenades ont été belles malgré tout, même si j’ai des problèmes à me promener. J’ai des gros problèmes avec la vue et avec les jambes ».

 

 

Votre frère s’est-il habitué à être le Pape ?

 

« Oui, il s’est habitué rapidement à sa nouvelle condition. Il doit simplement accepter ce nouvel ordre des choses. Il le vit comme la volonté de Dieu et s’engage avec toutes ses capacités ».

 

 

Les mots que Benoît XVI répète le plus souvent sont « joie », « amour » et « beauté ». Ils contrastent avec l’image du « panzerkardinal » avec lequel il a été décrit pendant des années ?

 

« Oui, je pense que cette image le décrit mal et ne correspond pas à la réalité. Il n’a jamais été un homme brusque, avec l’intention d’offenser les autres. Il a eu toujours beaucoup de respect de l’opinion d’autrui. Souvent les media créent des images fausses des gens ».

Interview menée par Andrea Tornielli pour  ilgiornale


  

Reconnaître avec gratitude qu’Il est Créateur de l’Univers
   
  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz