FLASH
Délire de @FranceInter : la radio d’Etat compare Nelson Mandela à un terroriste  |  Sondage : une majorité d’Américains pense que Trump peut conserver ses entreprises – les médias ne veulent pas  |  « Donald Trump personne de l’année » pour Time Magazine  |  Le vol Pakistan Airlines #PK661 a été observé plongeant vers le sol – il y a 47 personnes à bord avec l’équipage  |  Un avion de Pakistan Airlines avec 34 personnes à bord a disparu des radars au dessus d’Abbottabad  |  Votez et faites gagnez Sylvia Pinel à la primaire socialiste: elle est créditée de 0% de votes, elle sera parfaite face à la droite  |  Syrie : énorme explosion d’un dépôt de munitions de l’armée à Damas, frappé par l’aviation israélienne durant la nuit  |  Malawi : des milliers de chrétiens manifestent contre l’avortement et le mariage homo  |  L’armée syrienne contrôle maintenant 100% des vieux quartiers est d’Aleppo  |  Pour être réélue, Merkel veut maintenant préserver la culture allemande contre le mode tribal et la sharia des immigrés  |  La Knesset vote pour légaliser 4 000 habitations juives construites sur des terres Arabes à l’abandon depuis des décennies  |  Lors d’une conversation téléphonique, Trump a convaincu Softbank d’investir 50 milliards $ et de créer 50 000 emplois aux Etats-Unis  |  3 électeurs de Floride font un procès en demande de recomptage de l’élection (Trump a 120 000 voix de plus que Clinton)  |  Attaque raciste de CNN qui ne digère pas l’élection de Trump, cette fois contre Ben Carson  |  En réponse à Trump, Boeing indique qu’il a un contrat de 170 millions $ pour « aider à déterminer » les besoins d’Air Force One  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 20 octobre 2008

[LE FIGARO] Originaire de Bourg-en-Bresse, Denise Hamouri est professeur de Français à Jerusalem, où elle est mariée à un Palestinien. Son fils Salah a été arrêté en mars 2005 au motif qu’il serait un militant du FPLP et qu’il aurait été vu rodant autour du domicile d’un rabbin connu pour ses positions radicales sur le dossier palestinien. La famille Hamouri a toujours réfuté ces accusations mais, en détention, Salah Hamouri a usé de la procédure du plaider coupable. «C’était pour accélérer la tenue du procès», disent ses défenseurs. Selon eux, aucune preuve n’a jamais été apportée.

Du côté israélien, on estime l’affaire terminée : après avoir plaidé coupable, le jeune Franco-Palestinien de 23 ans a été jugé et condamné en février 2008 à 7 ans de prison ferme par un tribunal militaire. Il n’a ensuite pas usé de son droit d’appel, fait-on savoir du côté des autorités israéliennes. «Certes, la France a fait état de son cas au plus haut niveau, notamment auprès de Tzipi Livni, ministre des affaires étrangères», reconnaît Nina Ben-ami, porte-parole de l’ambassade d’Israel en France. «Mais nous lui avons répondu qu’il s’agissait d’une décision judiciaire israelienne et qu’Israel est un pays souverain», explique-t-elle.

Jeudi, lors d’une conférence de presse, Hind Khoury, déléguée générale de la Palestine en France, a rappelé la situation particulière faite aux résidents palestiniens de Jerusalem-Est. «Leurs peines de prisons sont incompressibles, les détenus n’ont pas le statut de prisonniers politiques», explique-t-elle.

Le ministère des Affaires étrangères distingue le cas de Gilad Shalit, otage, de celui de Salah Hamouri, détenu en prison, mais affirme travailler sur ce dossier : «nous faisons des démarches, nous lui rendons visite régulièrement, notre méthode ne consiste pas à communiquer en permanence, la discrétion peut nous permettre de trouver une issue satisfaisante. Mais nous agissons. Bernard Kouchner s’est investi, après la condamnation de Salah Hamouri au mois d’avril dernier, pour obtenir des autorités politiques et judiciaires israéliennes la libération de Salah Hamouri, en geste de clémence. Il a écrit le 20 mai 2008 un courrier à Tzipi Livni et à Ehud. Barak. Cette demande a été rappelée à l’occasion des visites en Israël du Président de la République, du 22 au 24 juin 2008, et du ministre, le 5 octobre 2008» indique-t-on au Quai d’Orsay.

Un comité de soutien va voir le jour en France. Il comportera de nombreux parlementaires, comme les ex-ministres socialistes Jack Lang et Catherine Tasca.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz