FLASH
[24/06/2017] Un député La République en marche favorable à l’intégration de l’enseignement de l’islam à l’école en Alsace-Moselle  |  [23/06/2017] Canicule : Veolia annonce que la situation est critique : 1 085 bouches d’eau ont été ouvertes  |  Mathieu Gallet, PDG de Radio France, devant le tribunal correctionnel pour soupçons de favoritisme lorsqu’il était à l’INA  |  Une source habituellement fiable nous indique que Mahmoud Abbas serait décédé – aucune confirmation officielle, peut-être un hoax  |  Sadiq Kahn étrillé pour avoir refusé de condamner le Hezbollah  |  « Bayrou ment » affirme un ex-assistant parlementaire témoin d’emplois fictifs au Modem  |  [22/06/2017] Les dernières volontés d’Helmut Kohl : que Viktor Orbán et non Merkel parlent lors de ses funérailles – REFUSÉ –  |  Trump prépare une loi qui interdit aux réfugiés toute aide de l’Etat avant 5 ans dans le pays  |  [21/06/2017] Michigan – Attentat terroriste : un musulman d’origine canadienne s’est jeté sur un policier, l’a poignardé en hurlant allahu akbar  |  Bayrou, Ferrand, Goulard et Sarnez : 4 ministres sur 18 éjectés du gouvernement pour soupçon d’emplois fictifs  |  Sondage : l’identité française menacée pour 70% des Français – qui ne font rien pour que ça change  |  De mieux en mieux : le terroriste des Champs-Elysées était également fiché par Interpol et recherché par la Tunisie pour terrorisme  |  Attaque terroriste à Bruxelles: perquisition à Molenbeek  |  30% des Russes disent être musulmans  |  Anvers : les habitants sont barricadés chez eux. Les forces spéciales sont entrées dans une habitation  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 20 octobre 2008

[LE FIGARO] Originaire de Bourg-en-Bresse, Denise Hamouri est professeur de Français à Jerusalem, où elle est mariée à un Palestinien. Son fils Salah a été arrêté en mars 2005 au motif qu’il serait un militant du FPLP et qu’il aurait été vu rodant autour du domicile d’un rabbin connu pour ses positions radicales sur le dossier palestinien. La famille Hamouri a toujours réfuté ces accusations mais, en détention, Salah Hamouri a usé de la procédure du plaider coupable. «C’était pour accélérer la tenue du procès», disent ses défenseurs. Selon eux, aucune preuve n’a jamais été apportée.

Du côté israélien, on estime l’affaire terminée : après avoir plaidé coupable, le jeune Franco-Palestinien de 23 ans a été jugé et condamné en février 2008 à 7 ans de prison ferme par un tribunal militaire. Il n’a ensuite pas usé de son droit d’appel, fait-on savoir du côté des autorités israéliennes. «Certes, la France a fait état de son cas au plus haut niveau, notamment auprès de Tzipi Livni, ministre des affaires étrangères», reconnaît Nina Ben-ami, porte-parole de l’ambassade d’Israel en France. «Mais nous lui avons répondu qu’il s’agissait d’une décision judiciaire israelienne et qu’Israel est un pays souverain», explique-t-elle.

Jeudi, lors d’une conférence de presse, Hind Khoury, déléguée générale de la Palestine en France, a rappelé la situation particulière faite aux résidents palestiniens de Jerusalem-Est. «Leurs peines de prisons sont incompressibles, les détenus n’ont pas le statut de prisonniers politiques», explique-t-elle.

Le ministère des Affaires étrangères distingue le cas de Gilad Shalit, otage, de celui de Salah Hamouri, détenu en prison, mais affirme travailler sur ce dossier : «nous faisons des démarches, nous lui rendons visite régulièrement, notre méthode ne consiste pas à communiquer en permanence, la discrétion peut nous permettre de trouver une issue satisfaisante. Mais nous agissons. Bernard Kouchner s’est investi, après la condamnation de Salah Hamouri au mois d’avril dernier, pour obtenir des autorités politiques et judiciaires israéliennes la libération de Salah Hamouri, en geste de clémence. Il a écrit le 20 mai 2008 un courrier à Tzipi Livni et à Ehud. Barak. Cette demande a été rappelée à l’occasion des visites en Israël du Président de la République, du 22 au 24 juin 2008, et du ministre, le 5 octobre 2008» indique-t-on au Quai d’Orsay.

Un comité de soutien va voir le jour en France. Il comportera de nombreux parlementaires, comme les ex-ministres socialistes Jack Lang et Catherine Tasca.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz