FLASH
83% des Israéliens considèrent que Donald Trump est un pro-israélien. Les juifs gauchistes reçoivent une énorme dégelée  |  Le président italien refuse la démission du Premier ministre Renzi  |  Manuel Valls a informé le président Hollande qu’il se présente à la primaire socialiste – comme si c’était un scoop: Oh! on est tous étonnés!  |  Trump: « si les médias étaient honnêtes et honorables, je n’aurais pas besoin de tweeter. Tristement, je ne sais pas si ça changera »  |  Excédé par la pollution sonore de l’appel du muezzin, un Israélien demande que les imams envoient leurs appels audio par Whatsapp  |  Libye : le gouvernement a repris la ville de #Sirte à l’Etat islamique, dont les combattants se préparent à se mélanger aux migrants  |  Ecosse. Fumer avec un enfant dans la voiture, c’est 119 € d’amende  |  Raciste ? Trump a nommé un noir, Ben Carson, comme Secrétaire au logement et au développement urbain  |  Wisconsin: Les Verts ont dépensé 1 million $ pour demander le recomptage. Sur 2.975 millions, ont été trouvés pour l’instant 349 votes manquants  |  Référendum italien : 56% pour le non, 44% oui. Renzi démissionne – Ce n’est cependant pas ITALXIT  |  Obama vient d’émettre une interdiction de déplacer l’ambassade des Etats Unis de Tel Aviv à Jérusalem : Obama, on vous aime, ça aidera Trump à ne pas hésiter !  |  Premiers sondages en sortie des urnes : Bellen (Vert) 53.6%, Hoffer (FPO) 46.4%  |  Finlande : Le maire et 2 journalistes ont été tués hier soir par un sniper à #Lmatra, le tueur a été arrêté  |  2 tests du sentiment des peuples vis à vis de l’Europe aujourd’hui : référendum italien, présidentielle autrichienne  |  L’incendie d’Oakland, lors d’une soirée dans un entrepôt pourrait faire 40 morts – cause inconnue mais ce quartier est très violent  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 7 novembre 2008


Le brigadier-général
Ali-Reza Askari (ou Asgari – photo) se présentait comme l’un des hommes forts du pouvoir iranien. Membre des Gardes la Révolution, il avait été successivement adjoint du ministre de la Défense et un ancien membre du cabinet du président Mohammed Khatami.

Père de six enfants, Askari vivait dans le secret absolu depuis son intégration dans l’armée. Comme beaucoup de généraux arabes, son nom et prénom étaient sans doute des pseudonymes, et ses différentes cartes d’identité et certificats (naissance, études, permis de conduire) indiquaient respectivement 46, 57 ou même 63 ans ! Autant dire qu’il vivait tel un fantôme.

Le Mossad, les services secrets extérieurs israéliens, avait entré le nom d’Aaskari sur ses ordinateurs Honeywell (système de stockage informatique à grande capacité) depuis longtemps. Une source israélienne a affirmé au Sunday Times que l’homme était surveillé depuis la fin des années 1980, date à laquelle il servait comme chef des Gardes de la Révolution au Liban. Son profil et ses liens étroits avec le Hezbollah en avaient fait une cible prioritaire pour le Kidon. A terme, il devait être éliminé. Mais l’avenir, toujours aussi imprévisible, allait entraîner Askari dans une toute autre dimension. Reprenons les faits. 

2003 : Les Etats-Unis entrent en guerre contre l’Irak. Au Moyen-Orient, les dictateurs arabes regardent le régime de Saddam Hussein être mis en pièces en quelques semaines, et son leader disparaître dans la nature. A Damas, les Assad préparent leurs valises. A Téhéran, les mollahs ordonnent l’arrêt de leur programme nucléaire. Partout c’est la panique. Les Israéliens en profitent pour recruter des informateurs. Ali-Reza Askari, en voyage d’affaires à l’étranger, est discrètement approché par un inconnu. Celui-ci se présente comme Américain, officier supérieur de la CIA. On ignore bien sûr la teneur de leur échange, mais il paraît évident que l’essentiel fut : « l’Iran est le prochain sur notre liste, préparez votre avenir si vous ne voulez pas le vivre en prison. » A l’été 2003, un tel argument achève de convaincre Askari, qui propose ses services à la CIA. Il ignore que son correspondant, à l’accent américain si parfait, est en réalité un immigrant juif américain devenu Israélien. Le Mossad tient son informateur. 

2005 : Mahmoud Ahmadinejad, maire de Téhéran, remporte les élections. Son arrivée chamboule les ministères iraniens qui connaissent une purge historique. Parmi les malheureux laissés sur la touche figure Askari. Il paie sa loyauté envers l’ancien président iranien Khatami. L’homme est plus enclin encore à vendre des informations à l’ennemi. « Une vraie mine d’or » dira un officiel du Ministère de la Défense israélien.  Il apporte des cartes et des documents secrets, concernant les liens entre l’Iran et le Hezbollah, le Hamas et le Jihad islamique et même des informations sur les attentats qui ont ensanglanté le Liban à l’époque où lui-même dirigeait les Gardiens de la Révolution. A son agent traitant, il explique , longuement, que les Iraniens tentent d’enrichir de l’uranium dans leur complexe de Natanz à l’aide d’une combinaison de lasers de de produits chimiques, dont il détaille le fonctionnement.

Au troisiéme étage du QG du Mossad, à Tel Aviv, les analystes travaillent sans relâche sur les informations d’Askari. Selon le quotidien koweitien  Al-Jareeda, la taupe iranienne aurait livré des détails concernant un réacteur nucléaire en construction au bord de l’Euphrate, en Syrie. Ces informations permettront aux Israéliens de bombarder l’édifice une année plus tard, le 6 septembre 2007, à la surprise du monde arabe et en dépit de l’acquisition par les Syriens de systèmes de défense antiaériens vendus par les mollahs. En réalité, cette vente était supervisée par… Askari lui-même ! 

Mais la situation se détériore à l’été 2006. L’échec israélien durant la guerre du Liban renforce l’Iran et ses alliés. Le VEVAK, la police secrète iranienne, mène alors de vastes opérations de contre-espionnage qui se rapprochent chaque jour d’avantage d’Askari. En janvier 2007, l’homme part retrouver sa famille, qu’il a fait installer à Damas alors qu’il développe sa vente d’huile d’olive. Là, il appelle  un ami, le Dr. Amir Farshaad Erbrahimi, militant des droits de l’homme et dissident iranien établi en Allemagne. Les deux hommes se sont connus à Beyrouth, vingt ans plus tôt. Selon Erbrahimi lui-même, Askari lui explique qu’il a un visa expirant dans les deux jours et qu’il refuse de rentrer en Iran, car le VEVAK est sur le point de l’arrêter. Il lui demande conseil. Erbrahimi lui recommande de laisser sa famille à Damas et de rouler jusqu’en Turquie. Nul ne sait jusqu’à quel point Erbrahimi travaille pour le Mossad, ou même s’il connaît son employeur (peut-être pensait-il oeuvrer pour la CIA, ou même pour une organisation des droits de l’homme ?), toujours est-il que l’enquête turque y verra l’action de l’antenne du Mossad à Istanbul. Le New York Post en a conclu, lui, que les groupes d’opposition iraniens ont aidé« le renseignement occidental » à évacuer leur si précieuse source.  

Askari accepte la proposition de son contact, et passe la frontière clandestinement après avoir corrompu un douanier avec 150 $. Il arrive en Turquie le 7 février 2007. Le 9, il disparaît de la circulation.  

Pour brouiller les pistes, le LAP (service de mystification du Mossad) multiplie les fausses pistes. Il réserve de faux hôtels, fait payer des sièges vides dans des avions en partance pour la Turquie… Durant leur enquête, le contre-espionnage turc, fâché de n’avoir pas été informé, pense qu’Askari est venu en Turquie par avion et a réservé une chambre à l’hôtel « Ghilan ». En réalité, celui-ci n’existe pas, le plus proche étant le « Dilan ». De plus amples investigations montrent alors que deux inconnus ont réservé une chambre au nom d’Askari, mais dans un troisième hôtel, le « Ceylan ». L’enquête piétine. La couverture israélienne est si bien montée que les Turcs en concluent que la CIA est derrière ce qu’ils qualifient d' »enlèvement », et qu’Askari se trouve enfermé dans une base de l’OTAN en Europe ! 

L’homme a purement et simplement disparu. Sans doute vit-il sous une nouvelle identité quelque part aux Etats-Unis. Le Mossad aurait en effet fait passer aux Américains des documents livrés par son informateur expliquant les liens entre l’Iran et l’armée du Mehdi. Ces données auraient conduit au raid de Kerbala, en Irak, durant lequel plusieurs haut gardés des Gardiens de la Révolution furent tués et capturés par les forces américaines (20 janvier 2007).   

Avec l’affaire Askari, le Mossad a vraiment décroché le jackpot. Et infiltré l’ennemi de la plus belle manière qui soit. 
 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz