FLASH
L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  |  Fraude fiscale : Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme  |  Grèce : la Cour bloque l’extradition de 2 soldats turcs suspectés de complicité du coup d’Etat  |  Les forces israéliennes ont arrêté une cellule du Hamas qui s’apprêtait, depuis la Judée, à commettre attaques et kidnappings  |  Sondage Gallup: 47% des Américains sont pour le droit à l’avortement, 46% sont pro-vie  |  Où l’on apprend que Trump a eu plus de 30 heures de conversations téléphoniques avec Obama depuis son élection  |  Sondage : le taux de popularité de Donald Trump est monté à 50%, celui des médias est tombé à 6%  |  Après l’attentat islamique de l’université, le Sénat de l’Ohio autorise le port d’arme pour les étudiants  |  Trump annonce qu’il va chercher à faire baisser le prix des médicaments – la bourse réagit en baisse  |  Trump veut demander avis à Obama en raison de son expérience, pour de futures nominations  |  Sous les pressions des réseaux sociaux, le Premier ministre italien Renzi donnera sa démission ce mercredi 7 décembre  |  Trois jihadistes ont été placés en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur le meurtre du couple de policiers à Magnanville en juin dernier  |  Le député LR Damien Abad à Ségolène Royal : « La castritude aigüe, ça se soigne ! »  |  Délire de @FranceInter : la radio d’Etat compare Nelson Mandela à un terroriste  |  Sondage : une majorité d’Américains pense que Trump peut conserver ses entreprises – les médias ne veulent pas  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 20 novembre 2008

 

PARIS (AFP) — Simone Veil, ancienne ministre et présidente du Parlement européen, a été élue jeudi à l’Académie française, au fauteuil de l’ancien Premier ministre Pierre Messmer, a annoncé l’institution.

Mme Veil, 81 ans, a été élue au premier tour de scrutin, avec 22 voix sur 29 votants, cinq bulletins blancs et deux marqués d’une croix, signifiant le refus de tous les candidats.

Une élection sans bavures pour celle dont le nom circulait depuis plusieurs mois pour rejoindre l’Académie. Elle avait en effet choisi d’attendre l’élection au fauteuil de Pierre Messmer, décédé le 29 août 2007, pour inscrire sa candidature dans la continuité de celles des politiques qui siègent régulièrement sous la Coupole.

Dans un communiqué, le président Nicolas Sarkozy a aussitôt rendu hommage « au nom de la République, à la +femme d’État+ toujours au service de la France et à son perpétuel courage dans ses combats pour la liberté des femmes, pour l’Europe ou pour la mémoire de la Shoah ».

Née Simone Jacob le 13 juillet 1927 à Nice, Mme Veil a été déportée au camp de concentration d’Auschwitz en 1944 avec sa famille.

Entrée en politique en 1974 comme ministre de la Santé dans le gouvernement de Jacques Chirac, elle a fait voter la loi de 1975 qui porte son nom légalisant l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

Pendant plus de 30 ans, Simone Veil a ensuite été une figure majeure de la vie politique française et européenne et l’une des personnalités les plus populaires auprès des Français.

Plusieurs fois ministre, puis ministre d’Etat, de 1974 à 1995, elle a présidé le Parlement européen de 1979 à 1982 et siégé au Conseil constitutionnel de 1998 à 2007. Mme Veil est aujourd’hui présidente d’honneur de la Fondation pour la mémoire de la Shoah. Elle a soutenu en 2007 la candidature de Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle.

Femme politique, Simone Veil a publié en 2007 son autobiographie, « Une vie » (Stock), vendue à plus de 550.000 exemplaires, dans lequel elle raconte son destin de rescapée des camps, son athéisme et son féminisme. « Quand j’avais 20 ans, je n’admirais pas les actrices ou les chanteuses, mais une femme qui a fait voter cette loi de 1975 », a déclaré à l’AFP son éditeur, Jean-Marc Roberts. « Une vie » sera a nouveau en librairie dans les prochains jours avec sur un bandeau l’inscription « A l’Académie française ».

L’élection de Simone Veil, porte à cinq le nombre de femmes élues à l’Académie, où siégeaient déjà l’helléniste Jacqueline de Romilly, élue en 1988, l’historienne Hélène Carrère d’Encausse (1990) et les écrivains Florence Delay (2000) et Assia Djebar (2005).

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz