FLASH
Egypte : le bilan de l’attentat musulman à l’église copte après la messe dominicale monte à 20 morts et 35 blessés  |  Le Caire : l’attentat islamiste s’est produit à l’extérieur de la cathédrale copte Saint Marc dans un quartier chrétien  |  Istanbul : le nouveau bilan du double attentat islamiste est de 38 morts  |  Le Caire : nouveau bilan : 5 morts et 10 blessés lors d’un attentat islamiste  |  Le double attentat islamiste d’Istanbul a fait 29 morts dont 27 policiers et 166 blessés  |  Turquie : il viendrait de se produire 2 explosions massives à Istanbul  |  Selon des fuites, Rex Tillerson, PDG d’Exxon, futur Secrétaire d’Etat, en tandem avec John Bolton  |  Syrie : ISIS a recapturé une partie de Palmyre et dit avoir piégé des soldats russes et syriens  |  Londres : un musulman suspecté de préparer un attentat terroriste a été arrêté à son arrivée à l’aéroport de Stansted  |  Ministre de l’Int. Bruno Le Roux a triché dans son CV : il n’est pas 1 ancien HEC et ESSEC – moralité parfaite pour un ministre socialiste  |  Si Trump tient ses promesses, les démocrates risquent fortement de perdre 25 sur 33 sièges au Sénat en 2018 – un tsunami après la défaite présidentielle  |  Lors d’un meeting de Trump, le patron de Dow Chemicals annonce la création d’un centre de R&D dans le Michigan +700 emplois  |  Rotterdam : Le terroriste musulman appréhendé préparait une exécution – saloperie d’islam  |  CNN annonce que 50 000 combattants de l’Etat islamique ont été tués selon l’armée américaine  |  Allemagne : 2 mineurs musulmans suspectés de préparer un attentat ont été arrêtés à #Aschaffenburg  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 2 décembre 2008

  

  

  

  

  

Miguel Garroté     Je verse – ci-dessous – au dossier sur l’islam,  une interview de swissinfo avec l’imam AlSadig Al-Mahdi,  qui nous est présenté comme un réformateur.  Pour ce qui me concerne,  il n’est pas si réformateur que cela.  Je suis même obligé de rire quant on nous présente cet imam comme,  je cite,  « une figure de proue de la pensée islamiste moderniste ».  Islamiste veut dire extrémiste.  Donc,  l’imam AlSadig Al-Mahdi est une figure de proue extrémiste moderniste.  Cela dit,  ce document mérite d’être versé à notre dossier sur l’islam.

Swissinfo commence par écrire (début de l’introduction de swissinfo) :  « Tristement célèbre pour ses lois islamiques ultraconservatrices,  le Soudan est pourtant traversé par des courants modernistes peu connus en Occident.  L’un de ses représentants,  l’imam AlSadig Al-Mahdi,  participait la semaine dernière,  avec d’autres réformistes musulmans,  à un colloque organisé à l’Université de Berne par l’Institut de droit international,  dirigé par Walter Kälin et l’Institut genevois des droits de l’homme.  Les intervenants ont débattu de la compatibilité entre la femme dans l’islam et les droits humains.  L’imam AlSadig Al-Mahdi est le petit-fils du fondateur au Soudan de Al Ansar.  Ce mouvement religieux de la fin du 18e siècle se distingue par son ouverture à l’égard des femmes qui a d’ailleurs influencé celle des islamistes tunisiens.  Lui-même leader religieux et chef d’un des plus grands partis d’opposition au Soudan – le National Umma Party – Al-Mahdi a été Premier ministre de la coalition gouvernementale entre 1986 et 1989,  jusqu’au coup d’Etat mené par l’actuel président Omar Al Bashir (ndmg :  je note que si l’imam AlSadig Al-Mahdi était vraiment réformateur,  il ne pourrait pas vivre librement au Soudan ;  il serait en exil ou dans un cercueil).  Auteur de nombreux livres,  diplômé de Oxford,  membre du comité directeur du Club de Madrid,  il est une figure de proue de la pensée islamiste moderniste (ndmg :  rions) dans le monde aujourd’hui » (fin de l’introduction de swissinfo).

swissinfo (début de l’interview swissinfo, Carole Vann / InfoSud) :  Les droits humains sont-ils compatibles avec le statut de la femme en islam ?

AlSadig Al-Mahdi :  Oui, absolument. Pour cela, il faut revoir de fond en comble les textes religieux et les replacer dans le contexte actuel.  Et non les lire à la lumière d’il y a 1000 ans.  Nous ne sommes pas liés aux opinions des exégèses de l’époque.  Mais attention,  il n’est pas question de laïcisation à l’occidentale.  Il a existé un islam basé sur la rationalité,  l’humanisme,  les sciences,  la pluralité,  un islam où le statut de la femme a été amélioré.  Il n’y a pas de raison que ce statut soit rétrograde aujourd’hui.  Il faut lier ces changements à des sources authentiques.

swissinfo :  Comment vos thèses sont-elles reçues par des régimes comme l’Arabie saoudite ou l’Université religieuse de Al-Azhar en Egypte ?

A. A-M. :  Aujourd’hui l’islam est dominé par des courants conservateurs – Al Qaïda ou les Talibans en sont les formes les plus extrêmes – qui veulent nous lier à un passé idéalisé.  Ce faisant,  ils maintiennent les femmes dans une catégorie inférieure.  Les grandes écoles de loi s’appuient pour cela sur des passages ambivalents du Coran ou autres textes religieux,  en les reprenant littéralement.  Je soutiens qu’il y a la place pour une approche différente (ndmg :  cette affirmation ne répond pas clairement à la question posée).

swissinfo :  Par exemple ?

A. A-M. :  Dans les textes sacrés,  il est écrit que le témoignage de deux femmes équivaut à celui d’un homme.  Si l’on ne place pas ce passage dans son contexte,  on reste prisonnier du passé.  A l’époque,  la plupart des femmes étaient illettrées,  donc leur témoignage était basé sur la mémoire [raison pour laquelle il a été estimé qu’il fallait la confirmation d’une deuxième témoin].  Aujourd’hui, le contexte est complètement différent,  donc ce passage ne devrait plus être pris à la lettre,  et le témoignage d’une femme devrait être considéré au même titre que celui d’un homme.

  

swissinfo :  Le port du voile est bien inscrit dans le Coran ?

A. A-M. :  Là aussi, tout est question d’interprétation.  Le Coran demande une tenue décente aux hommes et aux femmes.  Mais là,  je l’admets,  l’homme est le sexe faible et il est demandé à la femme de l’aider à ne pas craquer… rire…  Là,  hommes et femmes ne sont pas égaux.

swissinfo :  Deux pays, la Tunisie et le Maroc, ont une législation très avancée à propos des femmes. Des voies à suivre?

A. A-M. :  Il y a une différence fondamentale entre les deux approches.  Le code de la famille tunisien a été conçu dans un esprit laïc,  en dehors de l’islam,  tandis que le code marocain,  la moudawana,  développe ces droits sur la base des textes religieux.  Je pense que l’approche marocaine est beaucoup plus légitime pour une société musulmane que celle de la Tunisie (ndmg :  c’est un « islamiste moderniste » qui parle).

  

swissinfo :  Comment, sur le terrain amener des changements concrets ?

A. A-M. :  Dans beaucoup de pays,  les femmes sont intégrées à des comités qui étudient les lois et proposent des changements.  Mais les principaux freins se situent au niveau des coutumes.  Il faut donc travailler sur les lois,  mais aussi sur les changements des mentalités.  Au Soudan,  par exemple,  la femme est reconnue dans ses droits au niveau légal.  Le problème réside dans l’application de la loi.  Et il y a la volonté politique.  Les amendements au Maroc et en Tunisie n’auraient pas vu le jour sans une impulsion présidentielle.

swissinfo :  Vous estimez-vous en danger à cause de vos idées ?

A. A-M. :  Je ne sais pas.  Certains courants nous accusent d’être irrespectueux de la religion.  Mais nos idées sont partagées par d’importants partis en Turquie,  en Malaisie,  au Maroc,  en Indonésie…  Il y a actuellement une course entre différentes pensées pour le futur de l’islam (fin de l’interview swissinfo, Carole Vann / InfoSud).

Je note que dans l’interview ci-dessus,  l’imam AlSadig Al-Mahdi,  en réponse à une question précise,  refuse de classer de façon claire l’Arabie saoudite et l’Université religieuse de Al-Azhar en Egypte dans le camp des conservateurs extrêmes.  Pour l’imam AlSadig Al-Mahdi,  les conservateurs extrêmes sont Al-Qaïda et les Talibans.  En réponse à une autre question dans l’interview ci-dessus,  l’imam AlSadig Al-Mahdi refuse le code de la famille tunisien conçu dans un esprit laïc et lui préfère clairement le code marocain,  la moudawana,  basé sur des textes religieux.  Vous êtes paumé au plan spirituel ?  Devenez un islamiste moderniste !

Copyright 2008 Miguel Garroté http://monde-info.blogspot.com

  

  

  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz