FLASH
Geert Wilders jugé coupable de propos de haine par la Cour  |  Egypte : 8 morts dont 4 policiers lors d’une explosion jihadiste au Caire  |  Nouvel effet Trump : Foxconn Taiwan, qui fabrique les iPhone et d’autres smartphones, déclare au WSJ qu’il envisage de se développer aux USA  |  Le géant de l’acier United States Steel annonce : « maintenant que Trump élu, nous allons investir et réembaucher jusqu’à 10 000 personnes »  |  Viola Desmond, activiste noire engagée dans la défense des droits des noirs, va apparaître sur le dollar canadien, première femme sur un billet de banque  |  Les premiers avions de combat F35i sont en route vers Israël, premier Etat au monde à être livré  |  L’espérance de vie a baissé de 78.9 à 78.8 ans aux Etats-Unis en 2015 (mais progresse régulièrement depuis 1990)  |  Australie : les tapis de prière d’un hôpital de Sydney vont être nettoyés après que du bacon ait été posé dessus  |  L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  |  Fraude fiscale : Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme  |  Grèce : la Cour bloque l’extradition de 2 soldats turcs suspectés de complicité du coup d’Etat  |  Les forces israéliennes ont arrêté une cellule du Hamas qui s’apprêtait, depuis la Judée, à commettre attaques et kidnappings  |  Sondage Gallup: 47% des Américains sont pour le droit à l’avortement, 46% sont pro-vie  |  Où l’on apprend que Trump a eu plus de 30 heures de conversations téléphoniques avec Obama depuis son élection  |  Sondage : le taux de popularité de Donald Trump est monté à 50%, celui des médias est tombé à 6%  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 3 décembre 2008


Cet article, publié par Bill Roggio dans le Weekly Standard, décrit la situation diplomatique inexpugnable entre l’Inde et le Pakistan : ce dernier ne peut livrer ses anciens hommes de main à l’Inde, ennemi héréditaire sans déclencher une crise interne grave ; l’Inde ne peut rester les bras ballants après le défi stratégique majeur porté en plein coeur de Bombay par des affidées pakistanais. Les Etats-Unis, qui n’hésitent pas à user de frappes chirurgicales dans et au-delà des zones tribales, n’ont pas non plus de leçons à donner aux Indiens, visant à épargner un allié qui prend de plus en plus l’apparence d’un semi-Etat terroriste, feignant de ne pouvoir contrôler ceux-là même, devenus puissants et autonomes, qu’il a créé pour nuire à ses voisins et adversaires.

Le défi posé par les semi-Etats terroristes (Liban, Pakistan…) sera, à n’en pas douter, l’enjeu majeur des prochaines années pour la politique étrangère américaine. A tout moment, ils risquent d’entraîner les franges encore saines de ces sociétés dans des conflits majeurs qui ne peuvent même plus être décidés par les gouvernements centraux de ces pays sous influence…

Le Pakistan redoute une frappe indienne sur Muridke

http://www.weeklystandard.com/weblogs/TWSFP/2008/12/pakistan_fears_india_may_strik.asp


Le Gouvernement indien a dépéché hier une protestation au Pakistan par voie diplomatique, exigeant l’extradition de 20 terroristes de premier plan, en réponse aux attaques contre Bombay, la semaine dernière.

 


< En tête de liste se trouvent le chef du Laskhar  e-Taïba, Hafez Saeed,


le leader du Jaish-e-Mohammed, Maulana Massoud Azhar


                                                            >






et le roi de la pègre et du terrorisme, Daoud Ibrahim.>

Comme nous l’avions souligné hier, obtenir des Pakistanais qu’ils procèdent à l’extradition de Saeed et d’autres membres des infrastructures terroristes très bien implantés à l’intérieur du pays apparaît presque impossible 

 


Le Laskhar-e-Taïba est un Etat dans l’Etat ; il est profondément infiltré parmi des éléments de l’armée pakistanaise et des services de renseignements (ISI). Tout comme le Hezbollah au Liban, Laskhar-e-Taiba est bien plus qu’une milice. Il offre des services relatifs à l’éducation et à la santé qui ne sont pas assurés par l’Etat.


Les Pakistanais, sachant déjà qu’extrader Saeed et d’autres en direction de l’Inde honnie conduirait inexorablement à de dangereuses dissensions politiques internes, redoutent désormais que les Indiens se livrent à des frappes transfrontalières à l’intérieur du Pakistan.  Selon le renseignement pakistanais, le complexe très étendu de Muridke se situe au sommet de la liste (des cibles probables) :

 


L’Etat-Major militaire indien essaie de convaincre les décideurs au Congrès et au Gouvernement qu’une attaque aérienne contre les quartiers généraux de Muridke serait parfaitement justifiée, sur le modèle des raids continuels de drones, menés à l’intérieur du territoire pakistanais par les Forces américaines basées en Afghanistan, qui prennent pour cibles les refuges secrets d’Al Qaeda et des Taliban.

 



Les sources pakistanaises affirment que les dirigeants politiques indiens sont littéralement harcelés par le gratin de l’armée (indienne) pour qu’ils déclarent le quartier général du Jamaat-ul-Dawah à Muridke en tant que sanctuaire ennemi [des miliciens du Laskhar-e-Taiba], permettant ainsi de le prendre pour cible légitime.

 


Le Gouvernement américain va connaître des difficultés durant longtemps avant de convaincre les Indiens de ne pas réagir ainsi, du fait même de la campagne aérienne incessante que poursuit l’Amérique dans les zones tribales du Pakistan. Le Gouvernement indien se trouvera alors sous la pression politique interne exigeant qu’il réponde aux attaques de Bombay, d’autant plus si le Pakistan refuse d’extrader Saeed, Azhar, Daoud et les autres. Le véritable défi qu’affronte la politique étrangère US pour le court terme sera de savoir comment empêcher le Pakistan et l’Inde d’en venir à l’éclatement d’un conflit susceptible de déclencher une guerre entre deux puissances nucléaires.

 


Posted by Bill Roggio on December 3, 2008 10:41 AM

MEMRI.ORG

Les talibans et les chefs du Lashkar-e-Taiba se disent prêts à attaquer l´Inde si celle-ci opte pour l´action militaire contre le Pakistan

[De : Tufail Ahmad]

Suite aux attentats meurtriers du 26 novembre à Bombay, l´appréhension augmente au Pakistan face à une éventuelle offensive de l´armée de l´air indienne contre les abris des militants au Pakistan, une offensive qui rappellerait les attaques de missiles américaines contre les havres des talibans et Al-Qaïda dans les districts tribaux du Pakistan et à la frontière entre le Pakistan et l´Afghanistan.

 

Le 2 décembre 2008, le quotidien en urdu à grand tirage Roznama Jang rapporte que l´armée de l´air indienne pourrait attaquer la ville de Muridke, quartier général de l´organisation militante interdite Lashkar-e-Taiba. A Muridke, située à proximité de Lahore, Hafiz Muhammad Saïd, chef du Lashkar-e-Taiba, dirige l´organisation sous le nouveau nom de Jamaatud Dawa.

 

Parallèlement, les commandants talibans, qui s´efforcent actuellement d´éviter les attaques de missiles américaines, s´embourbant dans des combats sanglants contre les forces de sécurité pakistanaises, et espèrent trouver dans les attentats de Bombay l´occasion d´un cessez-le-feu avec l´armée pakistanaise.

Lire : http://www.memri.org/bin/latestnews.cgi?ID=IA47608   

* * * * * * * *

Consulter les derniers rapports de MEMRI : http://www.memri.org/

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz