FLASH
Turquie : il viendrait de se produire 2 explosions massives à Istanbul  |  Selon des fuites, Rex Tillerson, PDG d’Exxon, futur Secrétaire d’Etat, en tandem avec John Bolton  |  Syrie : ISIS a recapturé une partie de Palmyre et dit avoir piégé des soldats russes et syriens  |  Londres : un musulman suspecté de préparer un attentat terroriste a été arrêté à son arrivée à l’aéroport de Stansted  |  Ministre de l’Int. Bruno Le Roux a triché dans son CV : il n’est pas 1 ancien HEC et ESSEC – moralité parfaite pour un ministre socialiste  |  Si Trump tient ses promesses, les démocrates risquent fortement de perdre 25 sur 33 sièges au Sénat en 2018 – un tsunami après la défaite présidentielle  |  Lors d’un meeting de Trump, le patron de Dow Chemicals annonce la création d’un centre de R&D dans le Michigan +700 emplois  |  Rotterdam : Le terroriste musulman appréhendé préparait une exécution – saloperie d’islam  |  CNN annonce que 50 000 combattants de l’Etat islamique ont été tués selon l’armée américaine  |  Allemagne : 2 mineurs musulmans suspectés de préparer un attentat ont été arrêtés à #Aschaffenburg  |  Rotterdam : 4 boîtes d’explosifs, 1 drapeau d’ISIS découverts durant l’arrestation de terroristes musulmans  |  Syrie : la coalition occidentale a bombardé et détruit 168 camions-citerne près de Palmyre  |  Nigeria : double attentat « suicide » à #Madagali : 30 morts 57 blessés – saloperie d’islam  |  Geert Wilders jugé coupable de propos de haine par la Cour  |  Egypte : 8 morts dont 4 policiers lors d’une explosion jihadiste au Caire  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 7 janvier 2009


NOM

Ishmael Jones
(pseudonyme)


CV

Agent des services de renseignement extérieur des Etats-Unis d’Amérique.

Agent de la Central Intelligence Agency entre 1987 et 2006.

 L’identité d’Ishmael Jones et son appartenance à l’Agence ont été confirmées par le Congressionnal Quarterly , premier organe de presse du Congrès américain.

Ishmael Jones a passé sa carrière sur le terrain, en tant que NOC (non official cover, agent sans couverture diplomatique). Il travaillait dans le DO, le Directorate of Operations, devenu en 2005 le NCS, National Clandestine Service. Il était donc membre de l’élite du renseignement américain.

 

Ancien officier dans le corps des Marines, Ishmael Jones a été recruté par le service « action » de la CIA à la fin des années 80.  

 

 Pendant dix-neuf ans, il a été commando et officier traitant dans plus de quinze pays, y compris des « Etats hostiles », avant de démissionner en bons termes en 2006. Il était spécialisé dans le contre-terrorisme et la contre-prolifération d’armes non conventionnelles. Aucun détail n’est divulgué sur ses différentes affectations, mais nous savons que Jones, qui parle couramment l’arabe, était rattaché à l’antenne de la CIA de Bagdad en 2006.  

 

En juillet 2008, Ishmael Jones a publié un livre, « The Human Factor«  (Encounter Books, 2008) , qui a provoqué une vive polémique. 

L’Agence a laissé entendre qu’elle pourrait renforcer son système juridique pour prévenir ce genre de publications à l’avenir.

 

  Dans son ouvrage, Ishmael Jones appelle à une réforme en profondeur de la CIA. Il a depuis été publié par de nombreux médias outre-atlantique, dont Frontpage Magazine et The American Thinker.

Cet entretien s’est déroulé par correspondance. Dévoiler l’identité d’un membre du « service action » de l’Agence est un délit aux Etats-Unis. Les NOC bénéficient de la confidentialité la plus stricte. Il est hors de question de leur téléphoner ou d’obtenir leur adresse postale.

drzz.info
a pu s’entretenir avec Ishmael Jones sur recommandation de 
Michael Ross, lui-même vétéran de la division clandestine du Mossad.

Ishmael Jones est le premier deep cover officer à s’exprimer de l’histoire de la CIA. Son témoignage, qui a fait trembler le monde du renseignement aux Etats-Unis, éclaire d’un jour nouveau les structures et le fonctionnement de Langley.

En exclusivité, sur drzz.info


 

LIRE LA PREMIERE PARTIE

DRZZ : Le premier reproche adressé au renseignement américain est son utilisation massive de la SIGINT  [renseignement d’origine électronique] en lieu et place de l’HUMINT [renseignement d’origine humaine]. Y’a-t-il eu évolution en la matière au sein de la CIA ? 

JONES : Pas vraiment. Les professionnels du renseignement jugent que la SIGINT est aussi nécessaire que l’HUMINT. La SIGINT est plus facile à estimer, et le matériel auquel j’ai eu accès pendant ma carrière était globalement de bonne qualité.

A l’opposé, l’HUMINT représente une tâche ardue aux résultats aléatoires. Le recrutement de sources humaines équivaut dans la réalité à des rencontres dans des chambres d’hôtel miteuses, souvent dans des pays instables et dangereux. Dès lors, beaucoup d’officiers de la CIA évitent de devenir officier traitant pour préférer des carrières au quartier-général ou à l’intérieur des ambassades.   

DRZZ : Le 11 septembre a créé le DNI [Directorate of National Intelligence] qui est hiérarchiquement supérieure à la CIA. Comment cette révolution a-t-elle affecté l’Agence ?

JONES : La branche clandestine de la CIA contrôle toujours la collecte d’informations d’origine humaine et, par son système d’ambassades, les opérations menées de par le monde sous couvert diplomatique. Le DNI a simplement ajouté des bureaucrates au-dessus des bureaucrates de la CIA. A Washington DC, le DNI et la CIA se livrent une lutte de pouvoir.

Encore une fois, c’est triste de voir tout ce personnel compétent graviter autour des bureaux de Washington alors qu’il pourrait collecter des renseignements sur le terrain. Les fonctionnaires sont des fonctionnaires. Qu’ils soient de la CIA ou du DNI ne change rien au problème.

DRZZ : L’année passée, le monde du renseignement a été choqué par la NIE  [rapport d’évaluation des services secrets américains] sur l’Iran, où il était dit que le régime avait stoppé son programme nucléaire en 2003. Cette évaluation a été rejetée par les Français, les Anglais et les Israéliens, et même par l’Agence Internationale de l’Energie Atomique. Je pense que la NIE était politique, et cherchait à éviter une guerre contre l’Iran voulue par l’administration Bush et le gouvernement israélien. Votre avis ?

JONES : Ce rapport était dangereux parce qu’il ne s’appuyait pas sur des sources humaines de qualité. C’est le cœur de mon combat pour la réforme. Nous ne recrutons pas de bons contacts. La NIE était fondée sur l’opinion de rédacteurs opposés à Bush, mais pas seulement. La CIA cherchait à éviter les critiques qui ont suivi la guerre en Irak, avec l’affaire des armes de destruction massive. Plutôt que de déterminer si l’Iran était une menace ou non, elle a préféré tuer le débat en déclarant le régime inoffensif.

Mauvaise stratégie : ce rapport a tout de même été violemment critiqué. 


DRZZ : Quelles sont, en résumé, les grandes lignes de votre proposition de réforme ?

JONES : Je serai heureux de voir plus de personnel engagé à l’étranger sous les ordres d’une hiérarchie directe, une réduction drastique de la bureaucratie, particulièrement au sommet de la pyramide, et des audits réguliers sur la gestion du budget. Je pense cependant que la CIA combattra ces réformes de toutes ces forces. Si celles-ci finissaient par être adoptées, ce serait un grand pas en avant pour le renseignement américain.

Hélas, je ne pense pas que ce soit réalisable avec l’Agence telle qu’elle fonctionne aujourd’hui. A la limite, la seule réforme possible serait de dissoudre la CIA, placer sa branche clandestine sous commandement de l’armée, son programme d’espionnage aux Etats-Unis* sous contrôle du FBI et son organe de liaison avec l’étranger sous la direction du Département d’Etat.

[*note : ce qui est illégal, la CIA n’ayant pas le droit de monter des opérations sur le territoire américain]


DRZZ : Que pensez-vous des menaces actuelles, je pense à Al-Qaeda en particulier ?  

JONES : La première menace pour le monde libre reste l’armée nucléaire. La technologie nucléaire remonte aux années 30 et deviendra de plus en plus accessible. Nous avons une réelle inquiétude de perdre une ville américaine, européenne ou alliée, dans une attaque nucléaire initiée par des terroristes.

Le risque d’un attentat d’armes conventionnelles ou biologiques/chimiques est plus ténu, dans le sens où ces engins sont difficiles à déployer et leurs capacités létales restent limitées. 


En ce qui concerne Al-Qaeda, la nébuleuse est en mesure de répéter une attaque de l’ampleur du 11 septembre, mais elle ne tuera que quelques milliers de personnes. Nous devons les empêcher de tuer des centaines de milliers de gens. La contre-prolifération d’armes nucléaires figure donc en tête de liste de nos priorités.

Si Ben Laden est toujours vivant, nous allons le capturer ou le tuer. La CIA possède des profils très agressifs et compétents qui sauront persévérer jusqu’à ce que la mission soit accomplie, à condition d’être libérés de la bureaucratie.  


DRZZ : Comment pensez-vous que la présidence Obama affectera le travail de la CIA ?

JONES : Je suis inquiet que les Démocrates voient dans la CIA un allié politique et ne se soucient pas du danger que représente une agence de renseignement aussi faible. La CIA a fourni une multitude d’informations anti-Bush aux Démocrates durant ces dernières années. Elle a, presque a elle seule, démoli l’administration Bush avec l’affaire des armes de destruction massive et le cas [Valerie] Plame.  

Par gratitude, beaucoup de Démocrates refusent de réformer l’Agence. Voyez-vous, la CIA est l’idéalisation d’une organisation socialiste : hauts salaires, beaux bureaux, sécurité sociale. Tout le monde est patron de quelque chose. Cela plaît à la gauche. Le temps où la CIA était dirigée par une cabale de types de droite bien décidés à renverser des régimes communistes n’est plus, s’il a une fois existé.  

Cela dit, il reste peut-être de l’espoir, car les élections présidentielles sont terminées. Maintenant qu’Obama a gagné le pouvoir, il doit le garder. Il n’a plus besoin de la CIA pour lui procurer des informations anti-Bush ; il doit désormais protéger les Etats-Unis. Si le peuple américain réalise ce qu’est réellement la CIA, et qu’une attaque nucléaire finit par toucher l’Amérique ou ses alliés, Obama ne sera pas réélu.   
 

DRZZ : Finalement, à votre avis, quelles sont les priorités de la CIA pour les cinq ans à venir?

JONES : La prolifération nucléaire doit être notre premier sujet d’investigation. Les Etats illégaux et les terroristes s’adaptent vite, et gagnent en connaissances technologiques. Avec son champ de vision planétaire et son immense budget, la CIA peut prévenir la prolifération nucléaire.   

Nous devons éviter les opérations d’espionnage de seconde zone car elles détournent les agents de leurs vraies missions. Je parle ici du renseignement économique ou des négociations commerciales. Ce sont des questions relevant du Département d’Etat, pas de la CIA.

Il y a également nécessité de renforcer les liens avec nos partenaires. Par exemple, si des agents de la CIA sont repérés en Inde alors qu’ils cherchent des terroristes, ni le peuple américain ni le peuple indien ne devraient réagir, puisque nous combattons le même mal.


Finalement, la CIA doit faire le travail pour lequel elle a été créée : évoluer dans les tous les coins sombres de la planète et recueillir des informations pour préserver le monde libre des nouvelles menaces.  

 

A VOIR EGALEMENT

   

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz