FLASH
Egypte : le bilan de l’attentat musulman à l’église copte après la messe dominicale monte à 20 morts et 35 blessés  |  Le Caire : l’attentat islamiste s’est produit à l’extérieur de la cathédrale copte Saint Marc dans un quartier chrétien  |  Istanbul : le nouveau bilan du double attentat islamiste est de 38 morts  |  Le Caire : nouveau bilan : 5 morts et 10 blessés lors d’un attentat islamiste  |  Le double attentat islamiste d’Istanbul a fait 29 morts dont 27 policiers et 166 blessés  |  Turquie : il viendrait de se produire 2 explosions massives à Istanbul  |  Selon des fuites, Rex Tillerson, PDG d’Exxon, futur Secrétaire d’Etat, en tandem avec John Bolton  |  Syrie : ISIS a recapturé une partie de Palmyre et dit avoir piégé des soldats russes et syriens  |  Londres : un musulman suspecté de préparer un attentat terroriste a été arrêté à son arrivée à l’aéroport de Stansted  |  Ministre de l’Int. Bruno Le Roux a triché dans son CV : il n’est pas 1 ancien HEC et ESSEC – moralité parfaite pour un ministre socialiste  |  Si Trump tient ses promesses, les démocrates risquent fortement de perdre 25 sur 33 sièges au Sénat en 2018 – un tsunami après la défaite présidentielle  |  Lors d’un meeting de Trump, le patron de Dow Chemicals annonce la création d’un centre de R&D dans le Michigan +700 emplois  |  Rotterdam : Le terroriste musulman appréhendé préparait une exécution – saloperie d’islam  |  CNN annonce que 50 000 combattants de l’Etat islamique ont été tués selon l’armée américaine  |  Allemagne : 2 mineurs musulmans suspectés de préparer un attentat ont été arrêtés à #Aschaffenburg  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 18 janvier 2009

Les moutons des familles bédouines d’Aschkelon qui, jusqu’à il y a peu, paissaient tranquillement à quelques centaines de mètres de « chez nous ». Ils ont été les premières « victimes » des tirs de Grad, les Bédouins les ayant alors transplantés plus loin, de l’autre côté de la ville.

A l’heure où les valises ne sont pas encore débouclées, le Gouvernement Olmert-Livni-Barak annonce un cessez-le-feu sans doute plus tactique qu’effectif sur un terrain où le Hamas peine à reconnaître sa défaite. Là où il n’a pas encore décrypté le sens de ce message : il s’agit purement et simplement de l’exclure de toute négociation future sur le devenir de Gaza et de la Région, à la demande de l’Egypte et de plusieurs puissances occidentales.

Il ne s’agit pas d’un « accord avec le Hamas », mais bien d’un accord international « contre le Hamas », selon les propos de Tsipi Livni, qui vise à le laminer autant sur le plan militaire que politique.On pourra y revenir, mais la victoire ne peut se solder que sur les deux tableaux et sur le très long terme de l’infini.


La « solidarité de la rue arabe » fonctionne bien mieux à Paris, parmi les incultes et casseurs de banlieue qu’au Caire ou à Ramallah, où les foules manipulées par l’Iran, la Syrie et le Hezbollah se sont vues confronter à la résolution des Régimes peu enclins à composer avec le Hamas.


8 années que cela dure, soit plus que tous les anniversaires de cette petite dans les bras de sa mère après une Azaka, suite à la chute d’un Grad d’1 mètre 80, de la taille d’un adulte-kamikaze projeté avec sa charge jusqu’à 45 kms (Aschkelon se situe à 11 kms de Aza)

Ce Cessez-le-feu hypothétique reste à haut risque, le Hamas ne devant pas manquer cette occasion de prouver qu’il existe encore, malgré les revers cinglants qu’il a enregistré sur le terrain : ses fiers miliciens spécialement formés à Téhéran, la « division iranienne » du Hamas, composée d’une centaine d’hommes, a été décimée en très peu de temps, jeudi, sans parvenir à tuer le moindre soldat de Tsahal, à Tel Al-Hawa. Ses derniers survivants ont été faits prisonniers,

« L’élite » des groupes formés spécialement en Iran, les « forces spéciales » du Hamas façon Hezbollah, balayées en quelques heures! (images d’archives).

lesquels ne tarderont pas à dévoiler au Shin Beth des informations cruciales sur les desseins  de leurs chefs, si ce n’est sur la façon dont l’Iran comptait sur eux pour assurer on ne sait quelle guerre asymétrique de bien courte haleine.


  Les Milouims à l’exercice dans Tzéélim, base où j’étais stationné il y a deux ans et qu’on a abondamment vu à la télé française ou israélienne : un « little-Gaza » y a été reproduit rue par rue pour permettre que Tsahal étudie toutes les conditions de combat de rue, maison par maison…  Celui qui croit que cette opération a été planifiée la semaine dernière est un naïf. A jouer avec le feu, le Hamas n’a fait que ramasser son dû.

Son « Ministre de l’Intérieur », Saïd Sayyam, son frère, ainsi que plusieurs responsables stratégiques des brigades Ez-Zeddin-Al-Qassam ont été éliminés jeudi dans l’après-midi, avant une réunion « secrète » qui n’aura pas échappée aux services de renseignements d’Israël. Ce qui démontre encore la maîtrise détenue par Israël sur les moindres mouvements et soubressauts que tenteraient de mener les dirigeants du Hamas.

En direct, tous les réservistes tiennent le même discours : libérer le Sud de la pression du Hamas, finir le travail..

Ce qui arrivera, dès que le Hamas tentera d’exploiter cette accalmie provisoire, devant permettre l’acheminement de vivres et de soins pour la population gazaouïe prise en otage par les séides de Téhéran, on peut, d’ores et déjà, s’en douter : Israël ne se laissera voler sa victoire par aucune instance internationale et traquera sans répit les dernières poches de « résistance », consistant surtout en atteintes criminelles de guerre contre la population du Sud israélien. Il les frappera du Yod d’une main puissante, jusqu’à remonter au coeur de cette fourmillière exportée du Bazar téhéranais.


Population shimshonite dont on ne dira jamais assez la résilience, le resh de sa détermination et le sang-froid sans faille tout au long de cette épreuve de 8 années pleines, trouées par l’écho des alertes et le boom sonique des grads-katiouchas, roquettes qassams et autres artifices destructeurs de cette chienlit pour qui sonne le glas des canons.

 C’est parmi elle,

-par l’entremise du chaleureux accueil d’Aschkele et de son mari le Rabbi Meyer que je ne remercierai jamais assez pour leurs inlassables gestes témoignant, à chaque seconde intensément vécue, de la force de l’enracinement de leur présence sur cette Terre, –

qu’on aura souhaité passer les dix derniers jours de cette offensive terrestre, durant les nuits troublées par le vrombissement des drones (de légères modifications techniques devraient permettre, un jour d’en atténuer le signalement sonore, quoi qu’ils restent invisibles au regard, sur le modèle du F 117 américain amélioré par les services de l’A.I.A!), le passage deux par deux des hélicoptères apache, des F 16 franchissant le mur du son…

Tout Israël,et particulièrement le Sud, est, jour et nuit, avec son armée qui se mêle à elle par la présence à tous les coins de rue, dans ses bus, ses centres d’échange, de jeunes hayalim en armes, bérêts de toutes les couleurs coincés dans l’épaulette, dont le bérêt orange de l’armée du front intérieur (protection civile), renforcée depuis plusieurs semaines, rappelle qu’aucun projectile iranien d’origine russe ne saurait l’ébranler. Aschkelon est une ville guerrière, à l’image de Samson, son héros toranique. Et par la rage de vaincre de ses habitants, on peut sentir les pilliers de Gaza trembler avant de s’effondrer pour mordre la poussière du désert qui ne tardera pas à recouvrir jusqu’au souvenir du nom « Hamas », rayé des listes des ennemis innombrables d’Israël.

  J’aurai l’occasion de revenir sur quelques scènes traversées durant ce périple, nous permettant de rendre hommage au peuple-monde, au peuple en armes toujours aussi solide et exigeant en ce qui concerne la capacité de dissuasion de sa société armée, face aux tentatives de destruction proférées par des tyrans bien au chaud, ou des leaders locaux planqués dans les tunnels de Gaza ou sous l’hôpital Shifa, peut-être avant un dernier sursaut de désespoir visant à le faire sauter? Les opinions publiques si promptes à condamner unilatéralement Israël feraient peut-être bien de s’en alerter, à leur tour!


Que la paix vous reviennent vite, mes amis!

 Israël est bien vivant, et vous attend de pied ferme!

Am Israël Haï!

Gad, de retour d’Aschkelon, 21 Tevet 5769.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz