FLASH
[25/06/2017] Grande-bretagne, Newcastle : il s’agirait d’un accident et non d’une attaque contre des gens près d’une mosquée  |  Grande-bretagne, Newcastle : une voiture a foncé sur une foule apparement musulmane – 5 blessés  |  Newcastle : une voiture fonce sur des piétons, 5 blessés  |  [24/06/2017] Un député La République en marche favorable à l’intégration de l’enseignement de l’islam à l’école en Alsace-Moselle  |  [23/06/2017] Canicule : Veolia annonce que la situation est critique : 1 085 bouches d’eau ont été ouvertes  |  Mathieu Gallet, PDG de Radio France, devant le tribunal correctionnel pour soupçons de favoritisme lorsqu’il était à l’INA  |  Une source habituellement fiable nous indique que Mahmoud Abbas serait décédé – aucune confirmation officielle, peut-être un hoax  |  Sadiq Kahn étrillé pour avoir refusé de condamner le Hezbollah  |  « Bayrou ment » affirme un ex-assistant parlementaire témoin d’emplois fictifs au Modem  |  [22/06/2017] Les dernières volontés d’Helmut Kohl : que Viktor Orbán et non Merkel parlent lors de ses funérailles – REFUSÉ –  |  Trump prépare une loi qui interdit aux réfugiés toute aide de l’Etat avant 5 ans dans le pays  |  [21/06/2017] Michigan – Attentat terroriste : un musulman d’origine canadienne s’est jeté sur un policier, l’a poignardé en hurlant allahu akbar  |  Bayrou, Ferrand, Goulard et Sarnez : 4 ministres sur 18 éjectés du gouvernement pour soupçon d’emplois fictifs  |  Sondage : l’identité française menacée pour 70% des Français – qui ne font rien pour que ça change  |  De mieux en mieux : le terroriste des Champs-Elysées était également fiché par Interpol et recherché par la Tunisie pour terrorisme  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 20 janvier 2009

  
  
  

  

Miguel Garroté,  mardi 20 janvier 2009     Encore une analyse économique à verser au dossier portant sur le thème « déficit public et dette publique ».  Personnes fragiles ou nerveuses s’abstenir de lire le texte ci-dessous.

Guido Hülsmann,  Professeur d’économie à l’Université d’Angers,  fait une analyse sans concessions de l’Etat face à l’économie (1) :  (début des extraits de l’analyse de Guido Hülsmann) « Les gouvernements occidentaux ont instigué des ‘politiques de relance’ qui consistent essentiellement à augmenter les dépenses de l’Etat,  financées par une augmentation des dettes publiques.  (…)  la crise découle des politiques monétaires dites de ‘stabilisation’.  En effet,  les agents des marchés financiers,  précisément parce qu’ils étaient sûrs du soutien des banques centrales,  ont minimisé leurs trésoreries et leurs fonds propres,  fragilisant ainsi l’industrie financière ».

« Aujourd’hui,  poursuit Guido Hülsmann,  les erreurs d’investissement commises dans ces industries se manifestent par une crise d’insolvabilité à l’échelle mondiale.  Cette insolvabilité généralisée n’est cependant pas en premier lieu un problème psychologique (‘perte de confiance’) qui saurait être redressé par des dépenses de l’Etat.  Elle signale une pénurie globale de capitaux réels qui menace d’assécher la production et d’appauvrir la société entière.  Les firmes insolvables ont fait des investissements fixes insoutenables.  Ils ont visé une clientèle dont la richesse a été en fin de compte imaginaire,  car résultant de bulles spéculatives ».

« Les ‘politiques de relance’,  ajoute Guido Hülsmann,  sont vouées à l’échec.  Pis,  elles risquent de prolonger et aggraver la crise,  car elles cherchent à conserver les industries actuelles,  tandis qu’il s’agit justement de les remanier.  (…)  A court terme,  les dépenses de l’Etat bénéficient à certaines industries aux dépens du reste de l’économie ;  à moyen et long terme,  elles appauvrissent la société entière.  (…)  Si l’interventionnisme est à l’origine de la crise,  il est logique de chercher la solution dans le sens opposé,  en ôtant la gestion de la crise des mains du gouvernement et des banques centrales pour la confier aux citoyens,  c’est-à-dire aux épargnants et aux entrepreneurs ».

Le résultat du laisser-faire,  continue Guido Hülsmann,  serait une thérapie de choc avec des effets exactement contraires à ceux des politiques actuelles.  A court terme une spirale déflationniste avec effondrement des marchés financiers et banqueroute de ceux qui ont financé leurs investissements largement par la dette.  Puis des ventes d’usines et d’immeubles à bas prix à ceux qui n’ont pas,  ou peu,  de dettes.  Pendant que les nouveaux propriétaires s’installent,  il y aurait un chômage massif,  une chute de la production et donc une réduction des revenus réels de la population.  Après cette tempête,  au bout de deux ou trois ans,  on pourrait cependant s’attendre à une très forte relance de la croissance et à la disparition du chômage,  la déflation ayant purgé l’économie des investissements insoutenables » (fin des extraits de l’analyse de Guido Hülsmann).

(1) http://www.latribune.fr/opinions/20090114trib000331322/relance-entravee-ou-therapie-de-choc-.html


  

  
  
  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz