FLASH
[26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  |  5 habitations de Birmingham ont été fouillées en rapport avec l’attentat de Westminster  |  Les Israéliens nuls en blocus : 746 personnes ont traversé la frontière de Gaza vers Israël hier  |  Cincinnati : tuerie dans un nightclub – 1 mort, 14 blessés, au moins deux agresseurs  |  [25/03/2017] Cuisant échec du meeting Macron à La Réunion : sa porte-parole accuse… « les réseaux russes très bien implantés sur l’île »  |  Egypte, Sinaï : ISIS bombarde l’institut Azhari pour la seconde fois  |  Allemagne, Cologne : l’aéroport a été bouclé, un homme avec un colis suspect a été perdu de vue  |  [24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  |  10 personnes interpellées à Londres dans le cadre de l’enquête anti-terroriste  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 20 janvier 2009

  
  
  

  

Miguel Garroté,  mardi 20 janvier 2009     Encore une analyse économique à verser au dossier portant sur le thème « déficit public et dette publique ».  Personnes fragiles ou nerveuses s’abstenir de lire le texte ci-dessous.

Guido Hülsmann,  Professeur d’économie à l’Université d’Angers,  fait une analyse sans concessions de l’Etat face à l’économie (1) :  (début des extraits de l’analyse de Guido Hülsmann) « Les gouvernements occidentaux ont instigué des ‘politiques de relance’ qui consistent essentiellement à augmenter les dépenses de l’Etat,  financées par une augmentation des dettes publiques.  (…)  la crise découle des politiques monétaires dites de ‘stabilisation’.  En effet,  les agents des marchés financiers,  précisément parce qu’ils étaient sûrs du soutien des banques centrales,  ont minimisé leurs trésoreries et leurs fonds propres,  fragilisant ainsi l’industrie financière ».

« Aujourd’hui,  poursuit Guido Hülsmann,  les erreurs d’investissement commises dans ces industries se manifestent par une crise d’insolvabilité à l’échelle mondiale.  Cette insolvabilité généralisée n’est cependant pas en premier lieu un problème psychologique (‘perte de confiance’) qui saurait être redressé par des dépenses de l’Etat.  Elle signale une pénurie globale de capitaux réels qui menace d’assécher la production et d’appauvrir la société entière.  Les firmes insolvables ont fait des investissements fixes insoutenables.  Ils ont visé une clientèle dont la richesse a été en fin de compte imaginaire,  car résultant de bulles spéculatives ».

« Les ‘politiques de relance’,  ajoute Guido Hülsmann,  sont vouées à l’échec.  Pis,  elles risquent de prolonger et aggraver la crise,  car elles cherchent à conserver les industries actuelles,  tandis qu’il s’agit justement de les remanier.  (…)  A court terme,  les dépenses de l’Etat bénéficient à certaines industries aux dépens du reste de l’économie ;  à moyen et long terme,  elles appauvrissent la société entière.  (…)  Si l’interventionnisme est à l’origine de la crise,  il est logique de chercher la solution dans le sens opposé,  en ôtant la gestion de la crise des mains du gouvernement et des banques centrales pour la confier aux citoyens,  c’est-à-dire aux épargnants et aux entrepreneurs ».

Le résultat du laisser-faire,  continue Guido Hülsmann,  serait une thérapie de choc avec des effets exactement contraires à ceux des politiques actuelles.  A court terme une spirale déflationniste avec effondrement des marchés financiers et banqueroute de ceux qui ont financé leurs investissements largement par la dette.  Puis des ventes d’usines et d’immeubles à bas prix à ceux qui n’ont pas,  ou peu,  de dettes.  Pendant que les nouveaux propriétaires s’installent,  il y aurait un chômage massif,  une chute de la production et donc une réduction des revenus réels de la population.  Après cette tempête,  au bout de deux ou trois ans,  on pourrait cependant s’attendre à une très forte relance de la croissance et à la disparition du chômage,  la déflation ayant purgé l’économie des investissements insoutenables » (fin des extraits de l’analyse de Guido Hülsmann).

(1) http://www.latribune.fr/opinions/20090114trib000331322/relance-entravee-ou-therapie-de-choc-.html


  

  
  
  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz