FLASH
Le géant de l’acier United States Steel annonce : « maintenant que Trump élu, nous allons investir et réembaucher jusqu’à 10 000 personnes »  |  Viola Desmond, activiste noire engagée dans la défense des droits des noirs, va apparaître sur le dollar canadien, première femme sur un billet de banque  |  Les premiers avions de combat F35i sont en route vers Israël, premier Etat au monde à être livré  |  L’espérance de vie a baissé de 78.9 à 78.8 ans aux Etats-Unis en 2015 (mais progresse régulièrement depuis 1990)  |  Australie : les tapis de prière d’un hôpital de Sydney vont être nettoyés après que du bacon ait été posé dessus  |  L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  |  Fraude fiscale : Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme  |  Grèce : la Cour bloque l’extradition de 2 soldats turcs suspectés de complicité du coup d’Etat  |  Les forces israéliennes ont arrêté une cellule du Hamas qui s’apprêtait, depuis la Judée, à commettre attaques et kidnappings  |  Sondage Gallup: 47% des Américains sont pour le droit à l’avortement, 46% sont pro-vie  |  Où l’on apprend que Trump a eu plus de 30 heures de conversations téléphoniques avec Obama depuis son élection  |  Sondage : le taux de popularité de Donald Trump est monté à 50%, celui des médias est tombé à 6%  |  Après l’attentat islamique de l’université, le Sénat de l’Ohio autorise le port d’arme pour les étudiants  |  Trump annonce qu’il va chercher à faire baisser le prix des médicaments – la bourse réagit en baisse  |  Trump veut demander avis à Obama en raison de son expérience, pour de futures nominations  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 20 janvier 2009

  
  
  

  

Miguel Garroté,  mardi 20 janvier 2009     Encore une analyse économique à verser au dossier portant sur le thème « déficit public et dette publique ».  Personnes fragiles ou nerveuses s’abstenir de lire le texte ci-dessous.

Guido Hülsmann,  Professeur d’économie à l’Université d’Angers,  fait une analyse sans concessions de l’Etat face à l’économie (1) :  (début des extraits de l’analyse de Guido Hülsmann) « Les gouvernements occidentaux ont instigué des ‘politiques de relance’ qui consistent essentiellement à augmenter les dépenses de l’Etat,  financées par une augmentation des dettes publiques.  (…)  la crise découle des politiques monétaires dites de ‘stabilisation’.  En effet,  les agents des marchés financiers,  précisément parce qu’ils étaient sûrs du soutien des banques centrales,  ont minimisé leurs trésoreries et leurs fonds propres,  fragilisant ainsi l’industrie financière ».

« Aujourd’hui,  poursuit Guido Hülsmann,  les erreurs d’investissement commises dans ces industries se manifestent par une crise d’insolvabilité à l’échelle mondiale.  Cette insolvabilité généralisée n’est cependant pas en premier lieu un problème psychologique (‘perte de confiance’) qui saurait être redressé par des dépenses de l’Etat.  Elle signale une pénurie globale de capitaux réels qui menace d’assécher la production et d’appauvrir la société entière.  Les firmes insolvables ont fait des investissements fixes insoutenables.  Ils ont visé une clientèle dont la richesse a été en fin de compte imaginaire,  car résultant de bulles spéculatives ».

« Les ‘politiques de relance’,  ajoute Guido Hülsmann,  sont vouées à l’échec.  Pis,  elles risquent de prolonger et aggraver la crise,  car elles cherchent à conserver les industries actuelles,  tandis qu’il s’agit justement de les remanier.  (…)  A court terme,  les dépenses de l’Etat bénéficient à certaines industries aux dépens du reste de l’économie ;  à moyen et long terme,  elles appauvrissent la société entière.  (…)  Si l’interventionnisme est à l’origine de la crise,  il est logique de chercher la solution dans le sens opposé,  en ôtant la gestion de la crise des mains du gouvernement et des banques centrales pour la confier aux citoyens,  c’est-à-dire aux épargnants et aux entrepreneurs ».

Le résultat du laisser-faire,  continue Guido Hülsmann,  serait une thérapie de choc avec des effets exactement contraires à ceux des politiques actuelles.  A court terme une spirale déflationniste avec effondrement des marchés financiers et banqueroute de ceux qui ont financé leurs investissements largement par la dette.  Puis des ventes d’usines et d’immeubles à bas prix à ceux qui n’ont pas,  ou peu,  de dettes.  Pendant que les nouveaux propriétaires s’installent,  il y aurait un chômage massif,  une chute de la production et donc une réduction des revenus réels de la population.  Après cette tempête,  au bout de deux ou trois ans,  on pourrait cependant s’attendre à une très forte relance de la croissance et à la disparition du chômage,  la déflation ayant purgé l’économie des investissements insoutenables » (fin des extraits de l’analyse de Guido Hülsmann).

(1) http://www.latribune.fr/opinions/20090114trib000331322/relance-entravee-ou-therapie-de-choc-.html


  

  
  
  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz