FLASH
[18/02/2017] Marine Le Pen toujours en tête à 26%. Fillon et Macron à 18,5%  |  [16/02/2017] Bobigny : début d’émeute, un hélicoptère survole la ville  |  Attentat revendiqué par ISIS au Pakistan : 60 morts 140 blessés  |  La loi de privation de la liberté d’expression définitivement adoptée contre les sites anti entrave à l’IVG  |  Le parquet financier annonce qu’il va poursuivre son enquête: il n’a pas de quoi poursuivre il s’acharne  |  [15/02/2017] Pakistan : attentat suicide : 5 morts 3 blessés, l’islam toujours l’islam  |  [14/02/2017] Emeutes : 245 arrestations depuis le début de l’affaire Théo – 245 arrestations pour rien, ils seront relâchés avec les félicitations des juges  |  Israël a rappelé discrètement son ambassadeur en Egypte en raison de risques sécuritaires  |  Le frère du dictateur coréen Kim Jong Un a été assassiné par deux femmes (aiguilles empoisonnées) en Malaisie  |  [13/02/2017] Le Figaro : 50 attaques dans 30 communes la nuit dernière (confidentiel intérieur pas si confidentiel)  |  Houston Texas : avalanche d’appels à la police (911) suite à odeurs suspectes  |  La Corée du nord a lancé un nouvelle missile balistique  |  France, guérilla urbaine qui ne dit pas son nom: policiers pris dans un guet-apens hier soir à Mantes-la-jolie  |  Attentat déjoué : c’est à la Tour Eiffel ou près de militaires que le couple de Français musulman voulait se faire exploser  |  Egypte : double attentat de l’Etat islamique près du passage de Rafah avec Gaza  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 25 février 2009

  
  
  

Mgr Williamson  –  cette nuit    à l’aéroport international d’Ezeiza
  

Michel Garroté – Mercredi 25 février 2009

http://monde-info.blogspot.com

C’est l’histoire d’une cavale épiscopale.  L’évêque traditionaliste et négationniste britannique Mgr Williamson nie la Shoah,  en novembre 2008,  dans une interview,  diffusée,  en janvier 2009,  par la télévision suédoise.  Il est démis au début de ce mois de février 2009 de ses fonctions    de directeur du séminaire argentin de la Reja    par la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X à laquelle il appartient.  L’évêque traditionaliste quitte l’Argentine le mercredi 25 février 2009 Greenwich Meridien Time (mardi heure de Buenos Aires).  Il quitte l’Argentine parce que le ministre argentin de l’Intérieur,  Florencio Randazzo,  l’a sommé,  jeudi 19 février,  de quitter le pays,  où il réside depuis six ans,  dans un délai de dix jours,  sous peine d’être expulsé,  en raison de ses propos négationnistes sur la Shoah.  Le supérieur de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X en Amérique latine,  l’abbé Christian Bouchacourt,  allègue de son côté que les responsables de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X « ont opportunément décidé que Mgr Richard Williamson devait sortir de la juridiction du territoire de la nation argentine »…

Cette nuit,  en Argentine,  Mgr Williamson arrive   accompagné de deux hommes    à l’aéroport international d’Ezeiza et traverse le hall rapidement afin d’éviter la presse,  flanqué de lunettes noires et d’une casquette noire (photo ci-dessus),  comme le montrent les images de la chaîne d’informations en continu TN.  L’évêque traditionaliste et négationniste britannique arrive ainsi le mercredi 25 février 2009 au matin à l’aéroport londonien de Heathrow.  Mgr Williamson arrive très exactement à 06:58 Greenwich Meridien Time,  sur le vol 246 de la British Airways au terminal 5 de l’aéroport d’Heathrow à Londres.  L’évêque négationniste fait surface   plus d’une heure après son arrivée   dans le hall de sortie où   pas de chance !   l’attendaient de nombreux journalistes.  Affublé d’une simple soutane,  l’apparence plutôt calme et presque souriante,  Mgr Williamson est escorté par des policiers vers la sortie de l’aéroport.  Il n’adresse aucune déclaration à la presse qui faisait le pied de grue.

On apprend par ailleurs que Mgr Williamson pourrait être exclu de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X.  L’exclusion serait effective à la fin de ce mois de février,  s’il ne se rétracte pas à propos de ses déclarations négationnistes,  selon l’abbé Gaudron,  de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X,  interrogé par la télévision allemande ZDF.

On le voit,  la cavale de l’évêque négationniste est loin d’être terminée…  Du reste,  cet évêque,  n’a pas   à ce stade   de mission au sens du droit canon.  Il est encore en situation d’irrégularité.  Lui et les trois autres évêques de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X,  évêques dont l’excommunication a été levée,  sont toujours restreints dans leur droits ce qui implique notamment qu’ils ne peuvent toujours pas exercer leur fonction d’évêques.  Les quatre évêques,  en terme d’enseignement de l’Église et de magistère de l’Eglise,  ne sont pas encore en communion avec le Pape.  Et rien ne prouve   à ce stade   qu’ils le seront un jour.  Ainsi,  interrogé lundi 16 février par le quotidien Le Nouvelliste sur la question de savoir si un accord doctrinal aboutirait avec Benoît XVI,  Mgr Fellay,  Supérieur général de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X a estimé    en toute modestie bien sûr    que « cela semble difficile »…

L’Église condamne   évidemment   la négation de la Shoah,  mais l’Eglise n’en fait pas un article de foi,  un article de droit canon ou un dogme,  comme elle le fait par exemple pour le « Je crois en Dieu »,  c’est à dire le Credo.  Cela dit,  le canon 754 permet de condamner une opinion fausse.  Mais le canon 754 ne permet pas d’obliger un clerc à adopter une opinion.  Le canon 754,  qui garantit le droit de conscience,  a en quelque sorte déjà été appliqué à Mgr Williamson par son supérieur hiérarchique,  Mgr Fellay,  qui lui a demandé de revenir sur ses déclarations négationnistes.

Mais Mgr Williamson n’a pas obéi à son supérieur hiérarchique  puisqu’il a à nouveau confirmé publiquement   cette fois dans l’hebdomadaire allemand Der Spiegel   ses propos négationnistes tenus une première fois déjà à la télévision suédoise.  Concrètement,  Mgr Williamson refuse de s’exécuter dans l’immédiat et réclame du temps pour soi-disant réexaminer les preuves susceptibles de le faire changer d’avis.  Monseigneur ne se prend pas pour rien.

A noter tout de même,  dans ce contexte sulfureux,  que l’on doit attribuer au Saint-Siège uniquement les Déclarations Officielles publiées par la Salle de Presse du Saint-Siège.  En clair,  la Salle de Presse est le Cabinet de Presse du Gouvernement de l’Eglise,  Gouvernement appelé « Saint-Siège ».

Ainsi par exemple,  le journal L’Osservatore Romano et l’agence de presse Internet Zenit ne sont pas des organes qui engagent le Saint-Siège.  Un prêtre,  un évêque ou un cardinal peuvent donc exprimer une opinion   même reprise par L’Osservatore Romano et par Zenit   sans que cela n’engage le Saint-Siège.  Et contrairement à une idée fausse très répandue,  le Saint-Siège ne passe pas son temps    ne peut pas passer son temps    à donner ou à refuser l’imprimatur et le nihil obstat à chaque mot prononcé par tel cardinal,  tel évêque ou tel prêtre.  Il ne faudrait pas non plus prendre le Saint-Siège pour le Kremlin ou même pour l’ex-KGB.

A cet égard,  les médias ont bel et bien fichu le bazar.  Shmuel Trigano,  en ce mois de février 2009,  dans un article intitulé « Un scandale qui tombe à pic »,  donne un point de vue juif sur la question qui mérite d’être lu.  Les médias,  par ignorance ou par malveillance,  attribuent au Vatican,  l’Etat qui en quelque sorte héberge l’Eglise,  et par Vatican les médias entendent à tors le Saint-Siège,  le Gouvernement de l’Eglise,  les médias attribuent au Vatican et au Saint-Siège des déclarations qui,  précisément,  ne peuvent pas être systématiquement attribuées au Saint-Siège.  Les médias attribuent au Saint-Siège des déclarations qui ne sont que des déclarations de personnes appartenant à la Curie romaine,  c’est à dire le personnel,  les « employés » du Vatican ;  ou les médias attribuent au Saint-Siège des déclarations qui ne sont que des déclarations d’un membre de l’Eglise quelque part dans le monde.

Quand Mgr Gaillot,  évêque en communion avec l’Eglise,  signait les pétitions du Parti Communiste Français,  à l’époque soviétique,  il n’engageait pas pour autant le Saint-Siège ou encore,  il n’engageait pas les Russes catholiques envoyés au Goulag…  Le total des cardinaux,  des évêques et des prêtres de l’Eglise,  ce total représente des milliers de personnes.  Aucun organe de l’Eglise n’est en mesure de surveiller en temps réel chacune de leurs déclarations et ce n’est d’ailleurs pas là la vocation de l’Eglise.

Cela étant dit,  le fond du problème ne remonte pas à la récente levée de l’excommunication de quatre évêques,  dont Mgr Williamson.  Le fond du problème est que Mgr Williamson fut et demeure négationniste.  En effet,  déjà le 5 mars 2008,  Mgr Williamson déclarait,  au Catholic Herald,  que « Les Protocoles des Sages de Sion » (ce document est à la fois un faux et un plagiat,  comme l’on démontré Victor Loupan et Pierre-André Taguieff), « Protocoles » censés révéler un complot juif pour dominer le monde,  Mgr Williamson déclarait au Catholic Herald en mars 2008 que ces « Protocoles » seraient soi-disant authentiques.  Pour Mgr Williamson,  les Juifs luttaient et lutteraient encore pour la domination du monde « afin de préparer l’avènement de l’Antéchrist à Jérusalem ».

L’abbé Laguérie,  ancien membre de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X,  qui a bien connu Mgr Williamson,   écrit,  le vendredi 13 février 2009,  à propos de l’évêque négationniste et à propos de la Shoah :  « …le fait reste là,  massif et incontournable,  qu’il (ndmg :  Hitler) s’en est pris massivement aux juifs en tant que tels,  ce qui ne fut pas le cas des autres.  Qu’un chrétien,  un prêtre ou encore un évêque cautionne cela ou semble vouloir en atténuer l’horreur est scandaleux,  oui,  et inadmissible.  Et il devra en rendre des comptes devant Dieu,  dans la proportion de sa responsabilité terrestre.  On ne se moque pas de Dieu et ce qu’on sème,  on le récoltera.  Les juifs auraient tendance à se faire passer pour les seules victimes ?  Il faut bien reconnaître qu’ils ont été exterminés pour le seul fait d’être nés juifs  (…)  mon ancienne amitié avec Mgr Williamson n’a plus rien à voir là dedans.  Seulement,  je mesure à présent combien son apparitionisme constant (fustigé, en son temps, par Mgr Lefebvre),  son trop facile marketing « apocalypse now » et sa fréquentation sélective des sedevacantistes l’ont peu à peu détourné du service du bien commun de l’Eglise auquel un évêque se doit tout entier ».

L’Abbé Guillaume de Tanoüarn,  un traditionaliste,  le 7 février 2009,  écrit sur cette affaire :  « J’avais souligné que,  pour Mgr Williamson,  la double casquette d’évêque catholique d’une part,  de prédicant mythologico-politique du négationnisme d’autre part n’était pas possible.  « Il faudra qu’il choisisse ».  Il me semble qu’il a choisi,  en envoyant à l’hebdomadaire allemand Der Spiegel,  par mail depuis l’Argentine,  une interview vérifiée par ses avocats,  dans laquelle il confirme tenir ces thèses négationnistes depuis les années 80.  Il demande « du temps pour travailler »  (…)  Bref il est mûr pour un stage de perfectionnement de quelques mois à Téhéran !  (…)  Il dit au Spiegel que son problème est la vérité. Mais la vérité, pour un évêque catholique,  c’est le Christ,  qui efface et qui périme toute autre vérité.  Prétendre chercher la vérité,  tout en se rendant incapable de prêcher le Christ,  comme il est en train de le faire,  en soutenant l’insoutenable,  c’est simplement absurde ».

L’Abbé Guillaume de Tanoüarn ajoute :  « Son objectif immédiat est d’empêcher le « ralliement » de toute la Fraternité Saint Pie X à Rome et avec le pape Benoît XVI  (…)  La tentation à laquelle il succombe ?  Après avoir été si longtemps mis de côté par Mgr Fellay,  prendre à 68 ans la tête d’un combat planétaire,  qui lui permettrait enfin d’accéder à une notoriété,  sans doute diabolisée mais éclatante.  Je ne lis pas dans les cœurs, mais le choix prémédité du Spiegel me paraît particulièrement révélateur d’une démarche qui n’est plus celle d’un évêque catholique attentif au bien des âmes,  mais celle d’un chef de Parti (le Parti de la négation),  décidé à faire le maximum de scandale,  dans le pays où cette histoire est forcément encore pour les goïm,  la plus douloureuse du monde.  Juste pour faire avancer son combat.  Quel mépris des âmes,  pour un Pasteur !  Je disais le 28 janvier :  Mgr Williamson doit choisir.  Il a choisi le Spiegel.  Il a choisi le scandale.  Il doit renoncer à son épiscopat.  Le scandale est un motif canonique pour cela ».

Une investigation concernant la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X,  investigation réalisée par une équipe de journalistes de Joods Actueel,  révèle la présence,  sur divers sites Internet de (et/ou proches de) cette Fraternité,  une série d’articles antisémites en pas moins de cinq langues…  A vrai dire,  nombre de sites Internet traditionalistes,  notamment les sites sedevacantistes,  ne sont pas liés à la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X qu’ils critiquent vertement d’ailleurs.  L’investigation de Joods Actueel est révélatrice.  Cela mis à part,  disons-le franchement,  le grand public n’a aucune idée de l’invraisemblable pagaille qui règne dans les milieux traditionalistes qui   par sites Internet interposés   s’excommunient d’ailleurs joyeusement les uns les autres.

Ces milieux traditionalistes,  à coup de bulletins,  de lettres d’information,  de sites et de blogues,  attirent   et parfois nourrissent   une multitude d’opportunistes et de fous qui se construisent une notoriété avec force prophéties et révélations plus hallucinantes les unes que les autres.  Ainsi donc,  l’Eglise catholique,  elle aussi,  compte son lot de fêlés complets.  Et même si Benoît XVI le voulait,  il ne parviendrait pas à faire taire tous les malades mentaux,  tous les antichrist,  qui se prennent pour l’Eglise et qui parfois se prennent même pour Dieu.  A cet égard,  la cavale de l’évêque négationniste Williamson risque de durer encore quelques temps.  Affaire à suivre…

© 2009 Michel Garroté http://monde-info.blogspot.com


  

  
  
  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz