FLASH
[27/03/2017] Blocus ? Non, propagande antisémite : 719 camions contenant 25 385 tonnes de biens sont entrés à Gaza par Israël hier  |  [26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  |  5 habitations de Birmingham ont été fouillées en rapport avec l’attentat de Westminster  |  Les Israéliens nuls en blocus : 746 personnes ont traversé la frontière de Gaza vers Israël hier  |  Cincinnati : tuerie dans un nightclub – 1 mort, 14 blessés, au moins deux agresseurs  |  [25/03/2017] Cuisant échec du meeting Macron à La Réunion : sa porte-parole accuse… « les réseaux russes très bien implantés sur l’île »  |  Egypte, Sinaï : ISIS bombarde l’institut Azhari pour la seconde fois  |  Allemagne, Cologne : l’aéroport a été bouclé, un homme avec un colis suspect a été perdu de vue  |  [24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 4 mars 2009

C´est à Jérusalem que j´ai rencontré Agnes, la petite fille de Maurice Berger, venue ici lire le nom de son grand-père dans l´allée des Justes de Yad Vashem.

Pour toi, Agnès et  pour ton père …je t’avais promis de ne pas fondre en larmes….


Maurice BERGER

Il s´appelait Maurice,
Il était capitaine de Gendarmerie.

Il aimait sa famille,

Il aimait son pays.

 

Sa femme jouait du violon,

Et son fils avait un regard clair et limpide.

Il aimait son travail,

Il aimait la Loi,

Servir, donner;

Il respectait l´Ordre et la République.

 

Parfois…. il regardait le Ciel.

 

Il aimait l´air du printemps,

Il aimait l´Auvergne;

Il avait foi en l´avenir,

Sa famille et son pays étaient tout son horizon.

  

Mais le tourment est venu,

Une armée étrangère et des ordres de l´Autorité;

Arrêter des familles, des hommes, femmes et enfants

Et les livrer à l´armée étrangère.

Qui sait,  peut-être même à la mort ?

 

Son regard cherchait le Ciel.

 

Arrêter des familles,

Les arracher de leurs foyers,

Les expulser, les déchirer,

Les condamner à l´errance,

Pour quoi, dans quel but et pour quels crimes?

 

Il interrogeait le ciel.

 
Lui, Maurice, capitaine de Gendarmerie,

Lui qui aimait son pays,

Qui aimait sa famille,

Lui qui vénerait les justes lois de la République,

Ne comprenait plus.

 

Il poursuivait le Ciel…. en vain.

 

Sur le bureau,

Dans la chemise couleur azur,

reposaient en toute quietude

Des noms, des prénoms et les adresses;

 

Ils s´appelaient Abraham, Moshé, Sarah,

Il y avait tant de noms  inscrits dans ces listes;

Il y avait tant de vies, là dans la jolie chemise

Au regard clair et limpide, comme son fils.

 

Les listes attendaient là,

Et les ordres aussi.

En vain, il s´accrochait au Ciel.

 

Fallait-il fermer les yeux ?

En quoi tout cela le concernait-il?

Sa femme ne jouait-elle pas  du violon ?

Son petit n´avait-il plus un regard clair azur?

 

Le Ciel était habité par le silence.

 

Fallait-il prévenir ?

Prendre des risques?

A quel prix et pour qui?

 

Il ne connaissait pas d´Abraham, ni de Moshé, ni de Sarah,

Et les ordres eux , attendaient ;

En quoi tout cela le concernait-il?

 

Les mots et le tourment habitaient le Ciel.

 

Peut-ệtre Sarah jouait-elle du violon?

Et Moshé avait-il des rêves de gendarme?

En vain,

C´est en vain qu´il offrait ses larmes au Ciel.

 

C´est alors que  les yeux ouverts,

Il a écouté son Coeur.

 

Bien-sûr, il aimait l´Auvergne, un si beau pays,

Et il aimait tellement  sa famille !

Bien- sûr, sa compagne faisait chanter le violon

Et le petit avait le regard de la grande mer,

………Bien-sûr !

 

Non, il ne savait pas pour qui,

Mais dans son Coeur, il comprenait pourquoi;

Les noms et les adresses dans la poche,

il a prévenu,

C´est la nuit qu´il a été ouvrir les portes de l´espoir.

 

Il aimait tant l´air du printemps

Et il regardait le Ciel, 

Mais c´est dans son Coeur

Que le soleil a éclairé sa conscience.

 

Il n´aurait pas su dire pourquoi,

Il n´aimait pas les mots.

Ce qu´il aimait, c´est la musique du printemps

Et l´air du violon

Et le Ciel dans les yeux de son fils.

 

Il aimait sa famille,

Il aimait son pays.

Il a été arrté,

Il a été déporté.

 

Là-bas dans les camps,

Sans doute regardait-il le Ciel en vain;

Sans doute écoutait-il son Coeur pour entendre la musique du violon

Et revoir la grande mer dans les yeux de son fils.

 

Oui, sans doute, jusqu´à la fin,

Il a écouté  son Cœur,

où a siégé sa force.

 

Le violon n´a plus jamais fait entendre sa mélodie,

Depuis qu´il est parti à Crépenice en Tchecoslovaquie.

 

Il s´appelait Maurice Berger,

Il était capitaine de Gendarmerie,

Il a été un Homme devant Dieu et devant les hommes.

 

Et moi, Rachel,

Qui ait choisi de vivre sous le Ciel d´Israël,

Je porte dans mon Coeur le nom de ce Juste

Dont la vie a croisé la vie de mon Peuple.

 

Je regarde le Ciel,

Et par la force du Saint Nom,

Je te rends hommâge

Maurice Berger, Homme devant Dieu

Et devant les hommes,  pour l´Eternité.

 

 

Rachel FRANCO 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz