FLASH
L’incendie d’Oakland, lors d’une soirée dans un entrepôt pourrait faire 40 morts – cause inconnue mais ce quartier est très violent  |  La banque centrale d’Arabie saoudite annonce être bloquée par un virus venu d’Iran  |  L’ancien président de France Télévisions Rémy Pflimlin qui a masqué la vérité de l’affaire al Dura, est mort à l’âge de 62 ans d’un cancer  |  L’homme qui a pris 7 otages lors d’un cambriolage bd Massena à Paris a échappé à la police, et il est armé  |  Des hackers ont dérobé 2 milliards de roubles de la banque centrale de Russie  |  Le monde du deux-roues et de la moto perd une figure qui s’en va à la retraite : François Hollande  |  Merkel au bord de la crise de nerf : la moitié des Allemands réclament un référendum sur un possible GERXIT  |  Le Sénat américain a voté un renforcement des sanctions contre l’Iran – un sénateur a voté contre : Bernie Sanders  |  François Hollande renonce à se représenter à la présidentielle – il aura au moins pris une bonne décision en 5 ans  |  France: la police intercepte un avion avec 100 millions d’euros de Cocaine venant de Colombie à bord  |  A l’ONU, la France vient de voter que le Mont du Temple est un lieu saint pour les seuls musulmans  |  Près de 370 combattants de l’Etat islamique arrêtés en Turquie en novembre, rapporte l’agence officielle turque  |  Plus bas historique : 5% des Américains ont confiance dans les médias, sauf Fox News: 28% lui font confiance  |  Scandaleux : le Parlement européen illustre un débat sur le fascisme par une photo de Marine Le Pen  |  Michael Flynn, le conseiller à la sécurité nationale de Trump accuse la Chine & la Corée du nord d’avoir fait une alliance globale avec l’islam radical  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 12 mars 2009

La Journée mondiale anti-tabac est pour le 31 mai. Mais nous avons jugé opportun de parler un peu tôt du problème du tabac sur ce site et ce pour deux raisons : la première pour dénoncer la dictature des consommateurs de cigarettes en Tunisie malgré que ce pays touristique fête cette année le onzième anniversaire de la « Loi antitabac  » daté du 23 février 1998. Secondo, il s’agit  pour nous de mettre en valeur l’expérience israélienne très réussie dans ce domaine qui  montre , encore une fois, qu’Israël  demeure un modèle à suivre dans plusieurs domaines quoique disent les antisémites de tous poils.

 


Parce que le tabac est un grand problème de santé publique, le législateur tunisien a pensé à  élaborer depuis exactement dix années une loi anti-tabac, c’est la loi n°98-17 du 23 février 1998 relative à la prévention des méfaits du tabagisme. Cette loi, entrée en vigueur une année plus tard, vise à protéger les fumeurs passifs et interdire toute publicité du tabac.

 



Jusqu’à ce jour, cette loi « orpheline » n’a pas été respectée en Tunisie, un visiteur  étranger visitant notre pays, ne peut imaginer qu’il existe une loi antitabagique. Après dix ans de sa mise en vigueur, cette loi antitabagique est  un échec total en Tunisie. Aucun changement de mentalité n’a accompagné cette loi, ni même une compréhension du «risque tabac».

 



En parallèle, aucune surveillance du tabagisme  n’a été mit en œuvre. Pour les sociétés de transport (dont les interdictions de fumer datent depuis plus de 30 ans) aucun contrôle effective n’existe pour faire respecter cette loi. Plus grave encore, aucune  surveillance n’est garantie dans les structures sanitaires publiques et privées. Le milieu scolaire est aussi  de plus en plus affecté par ce fléau. C’est malheureux de voir nos jeunes se suicider…

 



Les retombées de la cigarette sur la santé des Tunisiens sont catastrophiques. 90% des cancers bronchiques sont dus à la fumée du tabac alors que 80% des bronchites chroniques et des cas d’insuffisance respiratoire chronique sont dus au tabac. Les chiffres  sont  alarmants sur les victimes du tabagisme. Selon le ministère de la santé publique, chaque année 8000 tunisiens décèdent à la suite de maladies liées à la consommation directes du tabac. Par contre  aucun chiffre sur les  nombreuses victimes du tabagisme passif. Les statistiques précisent également que le Tunisien consomme 17 cigarettes par jour en moyenne et consacre 5% de son revenu au tabac contre 3,2% pour sa santé et 1,8% pour la culture !

 



En bref,  la culture «non-fumeur» reste inconnue. Et la mobilisation  contre le tabagisme reste saisonnière. Il faut signaler aussi que la Loi  tunisienne antitabac, qui date du 23 février 1998,  est très laxiste et les amendes prévues  sont très symboliques pour dissuader des fumeurs peu scrupuleux  qui n’hésitent pas à fumer dans les lieux publics au vu et au su des autorités.



Le décret n°98-2248 du 16 novembre 1998  fixant les lieux affectés à l’usage collectif dans les lesquels il est interdit de fumer reste aussi lettre morte. Dans son article 3, ce décret précise la possibilité d’aménager des espaces réservés aux fumeurs; enfin, son article 13 explique les sanctions encourues la première fois et en cas de récidive. Dans la réalité les espaces réservés aux fumeurs n’existent pas et aucune sanction n’est prête à dissuader les contrevenants.

 



Ici se pose aussi le problème des professionnels du tourisme et de la restauration qui ne sont jamais tenus à respecter ces mesures puisqu’ils ne risquent pas de control dans leurs établissements. Du fait, ils ne se sentent pas obligés  de respecter la réglementation ni d’aménager des espaces réservés aux non  fumeurs et dans tous les cas ils n’encourent aucune  sanction. Signalent aussi qu’ un Arrêté du ministère de la santé et du transport relatif aux aménagements  des espaces  réservés aux non fumeurs, n’a jamais était  effective. Inutile donc de tomber  à  Hammamet, à Sousse  ou à Djerba  sur des espaces  réservés aux non fumeurs.

 


Après plus de dix  de la promulgation de la  Loi antitabac  en Tunisie, et après une  longue  paralysie devant le fléau du tabagisme ravageur, il est urgent  pour un grand pays qui se veut touristique comme la Tunisie de passer de l’état de conscience à l’état d’action. Cela passe inévitablement   par une surveillance plus rapprochée du tabagisme dans un grand nombre de lieux publics et touristiques. Cela passe aussi  par un durcissement de loi  en Tunisie qui doit abolir cette distinction entre « un espace fumeur » et «  un espace  non fumeur ».Beaucoup de pays ont abolit cette distinction odieuse qui profite  finalement aux fumeurs qui imposent leur dictature dans un environnement de fumée .Beaucoup de pays ont réussi à faire imposer la loi contre tabagisme, sauvant ainsi plusieurs milliers de vie  et de  victimes chaque année.

 



C’est pour cela d’ailleurs que nous trouvons  l’approche israélienne , en matière de lutte contre le tabagisme , comme un modèle à suive. Alors qu’en  Tunisie  la  Loi antitabac date de 1998, en Israël cette loi, qui date  seulement de trois ans (2007),  s’est avérée  une réussite totale. Après trois ans de son mise en vigueur , Israël  a réussi sa guerre contre le tabagisme qui tue, rappelons nous,  plus que  toutes les autres  guerres réunies dans le monde.

 



Depuis le 6 novembre 2007, une nouvelle la loi anti- tabac est entrée en vigueur en Israël. Désormais, il est interdit de fumer dans tous les lieux publics y compris les cafés, les restaurants et les discothèques sous peine d’amendes pouvant monter jusqu’à 5000 shekels (750 euros). De même, un patron d’une société qui autoriserait,  en Israël,  ses employés à fumer dans les bureaux devra payer de sa poche la somme de 1000 shekels et ce, à chaque plainte déposée. La nouvelle loi a obligé également les propriétaires de restaurants, de bars et de pubs à afficher une pancarte signalant qu’il est interdit de fumer. En cas d’oublie, ils doivent payer une amende de 5000 shekels.

 



Depuis l’entrée en vigueur de la loi anti-tabac en Israël, tous les pubs, restaurants, très en vogue à Tel Aviv, affichent clairement la couleur aux nombreux clients qui y viennent : Interdiction totale de fumer .En Israël aucun laxisme dans l’application de la loi n’est toléré . Les autorités israéliennes veillent jour et nuit à appliquer  la loi anti- tabac. Les israéliens ne rigolent pas quand il s’agit de protéger la santé de leurs citoyens. Des  équipes  spécialisées  visitent  tous les établissements privés comme publics pour faire respecter la loi et garantir un environnement sans fumée.

 




Le déluge de plaintes déposées contre des patrons de restaurants ou de pubs quelque peu récalcitrants a aidé à la mise en application de la loi  anti- tabac en Israël. La vigilance des autorités et la multiplication des actions de contrôles  a fait que l’ensemble  de la nouvelle législation est aujourd’hui  respecté. En Israël la lutte contre le tabagisme est menée par la même  ardeur et détermination que la guerre contre le terrorisme. Puisque dans les deux cas  c’est la vie des citoyens qui est en jeu. En plus fumer c’est du suicide, ni plus ni moins comme dans  les attentas.

 



Il faut dire aussi qu’en Israël l’état de conscience général  contre le tabagisme est très élevé. Un ami, en Israël,  m’a raconté  que  quelques jours  seulement après l’entrée en vigueur de cette loi,  tous les israéliens ont contribué pour la rendre effective. Par exemple , sur le boulevard Rothschild à Tel Aviv, un petit groupe de jeunes, mégaphones en main, invectivait le patron d’un pub en l’accusant de violer la loi parce que des gens fumaient à l’intérieur « dans un espace fumeur » devenu illégal. Deux jours plus tard, le site Internet de ce pub annonçait à ces clients que les cigarettes n’étaient plus les bienvenues. La leçon était comprise.

 



En Israël, le nombre de fumeurs est en nette diminution. Selon les données du ministère de la Santé, seulement 23, 2% des Israéliens fument soit 2, 2% de moins qu’en 2005. Dans les années 70, ils étaient près de 40% à fumer. Plus de 80% des interrogés sont aujourd’hui  d’accord avec cette loi et parmi les fumeurs, ils sont 51, 7% à penser qu’interdire la cigarette dans les lieux publics est une bonne chose.

 



La justice israélienne mérite aussi d’être saluer pour son engagement  courageux à faire respecter loi antitabagique. En effet les juges israéliens peuvent imposer de lourdes amendes à l’encontre de ceux qui enfreignent la loi et exposent la santé publique aux dangers.

 

Le  27 janvier 2009,  la Cour de Tel Aviv a condamné un pub à payer 40 000 shekels (à peu près 10 000 dollars) pour n’avoir pas réussi à imposer l’interdiction de fumer dans son enceinte. La personne qui a porté plainte affirme que lors de sa dernière visite dans le pub en juin dernier, elle avait trouvé de nombreux fumeurs malgré l’interdiction et de nombreux signes signifiants cette interdiction : « j’ai demandé au patron du bar de faire quelque chose, et ce dernier m’a affirmé que ce n’était pas à lui de faire appliquer la loi. ».

 


Le plaignant aurait ensuite signifié au gérant du pub qu’il souffrait d’asthme, et la réponse de ce dernier fut que si tel était le cas, il n’avait pas à venir dans son pub. Le gérant du pub a déclaré à la Cour avoir fait beaucoup pour faire appliquer cette loi, notamment en mettant en évidence de nombreux panneaux d’interdiction, en n’utilisant plus de cendriers…

 

Quoi qu’il en soit, la Cour a tranché en faveur du plaignant, et ce cas va faire maintenant  jurisprudence en Israël. Le juge a en effet remarqué que cette lourde amende pourrait permettre de dissuader les gérants de pub d’autoriser les clients de fumer.

 



Israël a tellement  réussi sa guerre contre le tabagisme à tel point que certains  fumeurs israéliens montent au créneau et demande un assouplissement de la loi anti-tabac. Récemment le ministre israélien de la Santé, Yaakov Ben Yizri, a affiché fermement son opposition à cet amendement qui, s’il était accepté, « porterait atteinte à la santé publique ». Cette demande  n’a donc pas beaucoup de chance de passer, d’autant plus que la Knesset avait amplifié sa lutte contre le tabagisme passif en autorisant le doublement des amendes à l’encontre des employeurs et des fumeurs qui sévissent dans les lieux publics.

 


Voilà une recette efficace qui marche… et il n’est pas étrange pour nous qu’ soit  israélienne .Nous espérons que notre pays passe enfin  de l’état de conscience à l’état d’action. En ce moment, la guerre  contre le tabagisme est la seule guerre que nous pouvons  mener, dans l’immédiat,  cote à cote avec les israéliens au bénéfice de la santé des futures générations. Cette guerre au moins, il est possible de là gagné …pour le bien être de tout le monde.

 

A quand le retour du parfum des jasmins dans les cafés de  Tunis ?

 

Ftouh Souhail, Tunis

Citoyen du Monde

 

 

Note : la Tunisie recoit chaque années 6 millions de toursites occidentaux  venant éssentiélement de l’Europe de l’Ouest.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz