FLASH
[26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  |  5 habitations de Birmingham ont été fouillées en rapport avec l’attentat de Westminster  |  Les Israéliens nuls en blocus : 746 personnes ont traversé la frontière de Gaza vers Israël hier  |  Cincinnati : tuerie dans un nightclub – 1 mort, 14 blessés, au moins deux agresseurs  |  [25/03/2017] Cuisant échec du meeting Macron à La Réunion : sa porte-parole accuse… « les réseaux russes très bien implantés sur l’île »  |  Egypte, Sinaï : ISIS bombarde l’institut Azhari pour la seconde fois  |  Allemagne, Cologne : l’aéroport a été bouclé, un homme avec un colis suspect a été perdu de vue  |  [24/03/2017] Violentes émeutes en Guyane : Aéroport fermé, département entièrement bloqué  |  10 personnes interpellées à Londres dans le cadre de l’enquête anti-terroriste  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 21 mars 2009

Pour tous ceux qui, comme moi ce soir, se languissent de ceux qui ont traversé le miroir…

Abramowicz

Cette nuit, non loin du sommet de la colline de St Pierre, une vaillante et bienheureuse musique grecque vient de nous révéler que la mort est plus invraisemblable que la vie et que, par conséquent, l´âme perdure lorsque le corps est devenu chaos.

Ce qui veut dire que Maria Kodama , Isabelle Monet et moi, nous ne sommes pas trois, comme nous le croyions à tort. Nous sommes quatre , puisque toi aussi tu es avec nous, Maurice. Nous avons bu du vin rouge à ta santé. Nul besoin de ta voix , du contact de ta main, de ta mémoire : tu étais là, silencieux , souriant sans doute à la pensée que n´en finissait pas de nous surprendre ce fait si notoire, que personne ne peut mourir. Tu étais là, silencieux , souriant sans doute à la pensée que n´en finissait pas de nous surprendre et de nous émerveiller ce fait si notoire , que personne ne peut mourir.

Tu étais là près de nous , et avec toi les multitudes de ceux qui dorment avec leurs ancetres, comme on lit aux pages de ta bible. Avec toi se trouvaient les multitudes d´ombres qui burent dans la fosse avant Ulysse, et Ulysse lui-meme. et tous ceux là qui furent ou imaginèrent ceux qui ont été. Tous étaient là, et mes pères aussi, et Héraclite encore, et Yorick.

Comment donc peut mourir une femme ou un homme, eux qui ont été tant de printemps et tant de feuilles, tant de livres , et tant d´oiseaux, tant de matins et tant de soirs ?

Cette nuit, je peux pleurer comme un homme, je peux sentir sur mes joues couler les larmes car je sais que sur la terre pas une chose n´est mortelle, et que chacune projette son ombre.

Cette nuit, Abramowicz, tu m´as dit, sans paroles, que nous devons entrer dans la mort comme on entre dans une fete.

Jorge Luis Borges. Les Conjurés précédé de Le Chiffre (1981)  » Abramowicz » Paris Gallimard.1988.p.100-101

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz