FLASH
Le géant de l’acier United States Steel annonce : « maintenant que Trump élu, nous allons investir et réembaucher jusqu’à 10 000 personnes »  |  Viola Desmond, activiste noire engagée dans la défense des droits des noirs, va apparaître sur le dollar canadien, première femme sur un billet de banque  |  Les premiers avions de combat F35i sont en route vers Israël, premier Etat au monde à être livré  |  L’espérance de vie a baissé de 78.9 à 78.8 ans aux Etats-Unis en 2015 (mais progresse régulièrement depuis 1990)  |  Australie : les tapis de prière d’un hôpital de Sydney vont être nettoyés après que du bacon ait été posé dessus  |  L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  |  Fraude fiscale : Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme  |  Grèce : la Cour bloque l’extradition de 2 soldats turcs suspectés de complicité du coup d’Etat  |  Les forces israéliennes ont arrêté une cellule du Hamas qui s’apprêtait, depuis la Judée, à commettre attaques et kidnappings  |  Sondage Gallup: 47% des Américains sont pour le droit à l’avortement, 46% sont pro-vie  |  Où l’on apprend que Trump a eu plus de 30 heures de conversations téléphoniques avec Obama depuis son élection  |  Sondage : le taux de popularité de Donald Trump est monté à 50%, celui des médias est tombé à 6%  |  Après l’attentat islamique de l’université, le Sénat de l’Ohio autorise le port d’arme pour les étudiants  |  Trump annonce qu’il va chercher à faire baisser le prix des médicaments – la bourse réagit en baisse  |  Trump veut demander avis à Obama en raison de son expérience, pour de futures nominations  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 30 mars 2009

Les 10 commandements du parfait boycotteur, à l’usage des syndicats et autres entités

Certains membres du syndicat de l’enseignement supérieur et universitaire se demandent sans doute comment élaborer un matériau de boycott qui déclenche de si chauds débats sur la liste de contact des militants syndicalistes.

 

Comment être un syndicaliste boycotteur, en 10 étapes faciles

 

  1. Insister encore et encore sur le fait que le syndicat est moralement obligé de boycotter Israël. Expliquer que boycotter un autre pays conduirait à négliger des problèmes géopolitiques complexes et pourrait adresser un message erroné à l’un ou à l’autre.
  2. Inonder la liste de contacts du Syndicat de l’enseignement supérieur et universitaire de descriptions détaillées, et parfois exactes, des crimes israéliens, mais garder un silence total sur les crimes de bien plus grande magnitude commis par qui que ce soit d’autre.
  3. Prendre soin de ne jamais reconnaître que, depuis sa création, Israël a été l’objet d’attaques meurtrières perpétrées par des gens qui, très souvent, expriment publiquement leurs intentions génocidaires à l’égard des Juifs. Expliquer qu’ils feront preuve d’un respect exemplaire envers eux quand ceux-ci seront sous leur autorité.
  4. Ridiculiser toute mention d’attentats-suicide visant spécialement des établissements d’enseignement supérieur et les universités, ou de tirs de roquettes sur des écoles israéliennes, car tout cela n’a aucun intérêt pour un syndicat d’enseignants.
  5. Demander sans cesse pourquoi il ne peut pas y avoir un Etat séculier binational au lieu de l’Etat juif. Ne demandez jamais pourquoi le Pakistan ne veut pas former un Etat séculier binational avec l’Inde, ni pourquoi la République d’Irlande ne veut pas former un Etat séculier binational avec le Royaume-Uni, ni pourquoi on ne fera pas pression sur la Pologne pour qu’elle forme un Etat séculier binational avec l’Allemagne. (En tout cas, ne posez pas cette question en présence de Pakistanais, d’Irlandais ou de Polonais).
  6. Truffez votre discours d’autant de figures de style antisémites classiques qu’il vous sera possible, en particulier en faisant mention de groupes puissants et bien financés qui trament des complots et menacent la paix mondiale, et de gens qui se plaignent avec mauvaise foi de l’antisémitisme. Soyez toutefois attentifs à ne faire allusion qu’aux sionistes.
  7. Affirmez fréquemment qu’on ne permet à personne de parler de ces choses. Si quelqu’un n’est pas d’accord avec vous, plaignez-vous (de préférence dans la presse nationale) de ce que l’on vous muselle.
  8. N’oubliez pas de mentionner les nazis quand vous décrivez la ligne de conduite et les agissements des Israéliens. Si des opposants au boycott, font allusion aux nazis, dites qu’ils exploitent l’Holocauste.
  9. Insistez sur le fait que vous avez un long passé honorable de lutte contre le racisme. Pour étayer cette affirmation, évoquez diverses manifestations musicales auxquelles vous avez assisté. A cette occasion, mentionnez négligemment quelques noms juifs.
  10. Persistez à appliquer les points 1 à 9, même si cela transforme votre liste de contacts en une fosse d’aisance pestilentielle. Ne tenez aucun compte de l’inquiétude croissante de vos collègues juifs, et même réjouissez-vous en, car, avec un peu de chance, vos actions les pousseront à quitter le syndicat, ce qui rendra celui-ci plus malléable au projet de boycott. Et même si cela cause finalement du tort au syndicat, quelle importance ? Un syndicat puissant et prospère, dans lequel des Juifs pourraient se sentir aussi à l’aise que des non-Juifs, ne présente aucun intérêt pour vous.

 

Eve Garrard

 

[Texte anglais aimablement signalé par P. Lachaus.]

 

Mis en ligne le 24 avril 2008, par M. Macina, sur le site upjf.org

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz