FLASH
Le géant de l’acier United States Steel annonce : « maintenant que Trump élu, nous allons investir et réembaucher jusqu’à 10 000 personnes »  |  Viola Desmond, activiste noire engagée dans la défense des droits des noirs, va apparaître sur le dollar canadien, première femme sur un billet de banque  |  Les premiers avions de combat F35i sont en route vers Israël, premier Etat au monde à être livré  |  L’espérance de vie a baissé de 78.9 à 78.8 ans aux Etats-Unis en 2015 (mais progresse régulièrement depuis 1990)  |  Australie : les tapis de prière d’un hôpital de Sydney vont être nettoyés après que du bacon ait été posé dessus  |  L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  |  Fraude fiscale : Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme  |  Grèce : la Cour bloque l’extradition de 2 soldats turcs suspectés de complicité du coup d’Etat  |  Les forces israéliennes ont arrêté une cellule du Hamas qui s’apprêtait, depuis la Judée, à commettre attaques et kidnappings  |  Sondage Gallup: 47% des Américains sont pour le droit à l’avortement, 46% sont pro-vie  |  Où l’on apprend que Trump a eu plus de 30 heures de conversations téléphoniques avec Obama depuis son élection  |  Sondage : le taux de popularité de Donald Trump est monté à 50%, celui des médias est tombé à 6%  |  Après l’attentat islamique de l’université, le Sénat de l’Ohio autorise le port d’arme pour les étudiants  |  Trump annonce qu’il va chercher à faire baisser le prix des médicaments – la bourse réagit en baisse  |  Trump veut demander avis à Obama en raison de son expérience, pour de futures nominations  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 1 avril 2009

Crises et contradictions.

 

D’après un sondage Europe 1/Sofrès, seuls 29% des Français font confiance à Nicolas Sarkozy pour résoudre la crise, contre 59% (et 79% à gauche) qui estiment que son action ne va pas dans le bon sens.

 

Bon . On pensait que le Français croyait au Père Noël, on sait désormais qu’il y croit vraiment. Sans vouloir cacher les erreurs de Sarkozy dans la gestion de cette crise, on peut franchement se demander ce qui se serait passé avec une Royal au pouvoir. Tout ce que l’on peut espérer, c’est que Sarkozy limite les dégâts d’une crise mondiale , crise engendrée, rappelons le encore, par une idée socialiste qui a consisté à prêter de l’argent à des gens qui ne pouvaient pas le rembourser. Les stocks options ne sont qu’une partie immergée de l’iceberg, destinés à faire oublier au bon peuple les vrais responsables en désignant des boucs émissaires faciles.

 

Car c’est là la première contradiction. On nous parle de crise dû au capitalisme alors que c’est l’excès d’étatisme qui l’a provoqué. Sans les subprimes, point de bulles immobilières. Et sans bulles immobilières, pas de crise financière. Cela paraît simpliste, mais c’est cela. La gauche surfe sur la haine du patron et pousse les ouvriers à séquestrer les dirigeants d’entreprises, même quand ils ne sont responsables de rien, aidée en cela par des médias imbéciles qui jettent de l’huile sur le feu et font de ces « séquestreurs » de nouveaux héros de la lutte contre, je cite, le libéralisme incontrôlé de la droite dure !!

 

Les médias oublient juste que le libéralisme incontrôlé, on le trouve surtout en Chine, où des millions d’esclaves sont exploités sans couverture sociale dans des usines pour inonder le monde de produits plus ou moins bas de gamme.

 

Et la gauche qui hurle à une relance par la consommation oublie que cette relance servira surtout à la Chine, mais pas aux entreprises françaises, étranglées par un étatisme tatillon, des charges délirantes, des traitements sociaux qui font la part belle à l’assistanat. Relancer par la consommation, cela veut donc dire plus de dépenses, plus de déchets, plus de rejet de CO2 pour transporter les marchandises. Or la gauche nous bassine depuis des années avec « il faut vivre autrement », « haro sur la croissance », « écologie avant tout ». Dès qu’il s’agit de fustiger le gouvernement actuel, la gauche est prête à renier ses engagements sans état d’âme. Ce n’est pas un signe d’intelligence mais bel et bien la preuve de son cynisme.

 

Autre contradiction, le déficit. On sait que le déficit de la France a été rendu abyssale par la gestion calamiteuse des années Mitterrand et que la droite au pouvoir n’a jamais réussi à imposer un vrai plan de retour à l’équilibre, faute de soutien dans les médias. Le constat est simple : la gauche est au pouvoir, creuse les déficits et plombe les budgets, la droite est élue pour faire le ménage, mais la gauche reste au pouvoir via les médias et la rue. Adieu donc Plan Juppé, réforme de la fonction publique, CPE et j’en passe. La tactique est connue : une savante campagne de désinformation montre le Français contre le projet, les syndicats mobilisent leurs troupes et balancent des milliers de gens dans la rue et le pouvoir politique recule, effrayé devant l’éventualité de sa non ré-élection. Pire encore, une fois au pouvoir, la droite s’empresse de valider des lois à la con comme les 35h ou le RMI, toujours en espérant passer pour « cool » aux yeux des Français.

 

La gauche veut donc creuser encore plus le déficit et sur ce point, Sarkozy l’a écoutée. Dans les Régions socialistes, c’est pire : la dette a augmenté de manière délirante, les villes sont également à la ramasse côté budget. Bref, les recettes qui nous ont conduit au désastre, on en veut encore, si l’on en croit les sondés.

 

D’autant plus que, dans le même temps, l’arrivée de sa majesté saint Obama déclenche une nouvelle idolâtrie. On passera sur le faste de son déplacement (2 avions, des hélicoptères, une nouvelle limousine blindée, des centaines d’accompagnants dont un type chargé des thés glacés du saint homme) juste en précisant que quand Bush se déplaçait ainsi (avec moins de personnel d’ailleurs) , il était vilipendé par la presse bien pensante. Il est vrai que Bush n’est pas Obama, qu’il a eu le culot de vouloir libérer le Moyen-Orient et de lutter contre le terrorisme tant admiré par la gauche et les médias.

 

Obama est donc là et la presse voile pudiquement ses difficultés intérieures aux USA, sa perte de popularité, les défections dans son administration, son autoritarisme (je renfloue GM si on vire le patron, je renfloue Chrysler si la compagnie change comme je le veux sa façon de diriger), son amateurisme à l’international. Le G20 sera peut-être l’occasion aux yeux de s’ouvrir. En cas d’échec, le bouc émissaire sera donc tout trouvé, mais il sera plus dur pour Sarkozy d’accuser le président américain : on n’attaque pas aussi facilement le messie.

 

Contradiction donc : la presse, en cas d’échec, devra trouver quelqu’un d’autres que le locataire de la Maison Blanche. Cela aurait si simple si McCain avait été élu, on aurait pu continuer à détester l’Amérique. Mais désormais, comment détester un type qui veut dialoguer avec l’Iran, imposer une sécurité sociale aux USA type notre gouffre français, lutter contre un réchauffement climatique hypothétique, restreindre les aides à ces sales sionistes et aider les gentils palestiniens du Hamas. Obama , c’est tout simplement le gendre idéal d’une gauche imbécile, municharde et suicidaire. Comment va-t-on pouvoir le critiquer ?

Dernière minute : zieutez donc cet « intéressant » sondage Figaro. La moitié des lecteurs est prêt pour une dictature mondiale !!

Etes-vous pour un gouvernement économique mondial ?


31/03/2009 | Mise à jour : 23:11 
Commentaires  128 | Votants  12176
Oui
.

48.02%

Non
.

51.98% 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz