FLASH
[27/06/2017] L’enquête du FBI contre le général Flynn, le conseiller sécurité de Trump, était une vengeance  |  L’université de Californie se prend un procès pour « environnement hostile aux juifs »  |  Chômage : la barre des 6.6 millions d’inscrits à Pole Emploi est dépassée  |  [26/06/2017] La Cour suprême déclare légale l’interdiction d’entrée établie par Trump pour 6 pays musulmans (sauf les gens qui ont des liens aux USA)  |  [25/06/2017] Grande-bretagne, Newcastle : il s’agirait d’un accident et non d’une attaque contre des gens près d’une mosquée  |  Grande-bretagne, Newcastle : une voiture a foncé sur une foule apparement musulmane – 5 blessés  |  Newcastle : une voiture fonce sur des piétons, 5 blessés  |  [24/06/2017] Un député La République en marche favorable à l’intégration de l’enseignement de l’islam à l’école en Alsace-Moselle  |  [23/06/2017] Canicule : Veolia annonce que la situation est critique : 1 085 bouches d’eau ont été ouvertes  |  Mathieu Gallet, PDG de Radio France, devant le tribunal correctionnel pour soupçons de favoritisme lorsqu’il était à l’INA  |  Une source habituellement fiable nous indique que Mahmoud Abbas serait décédé – aucune confirmation officielle, peut-être un hoax  |  Sadiq Kahn étrillé pour avoir refusé de condamner le Hezbollah  |  « Bayrou ment » affirme un ex-assistant parlementaire témoin d’emplois fictifs au Modem  |  [22/06/2017] Les dernières volontés d’Helmut Kohl : que Viktor Orbán et non Merkel parlent lors de ses funérailles – REFUSÉ –  |  Trump prépare une loi qui interdit aux réfugiés toute aide de l’Etat avant 5 ans dans le pays  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 17 avril 2009


Aristote au Mont Saint-Michel, les racines grecques de l’Europe Chrétienne, de Sylvain Gouguenheim.

 

Dans notre monde où le politiquement correct domine, surtout en histoire, il est rassurant de voir que certains historiens osent braver ce tabou et ne pas se soumettre à la pensée dominante. Ici, Sylvain Gouguenheim s’attaque à un mythe : celui d’une Europe barbare qui n’a dû sa connaissance du savoir grec que grâce à ces rapports avec les Arabes, ces derniers étant forcément plus évolués que les Francs rustauds qui se lancèrent dans de sanglantes croisades à partir de 1095.Ce mythe est l’un des plus vivaces, avec celui de la « tolérante Andalousie » où les califes régnants sur l’Espagne musulmane auraient entretenu un climat de tolérance entre les communautés chrétiennes, juives et musulmanes au moment où l’Europe attardée christianisait par les armes.

 

En 5 parties , bien écrites et bien argumentées (amateurs de notes de fin de chapitres, vous serez servi) , l’auteur bat en brèche cette vision des choses et montre qu’au contraire, l’Europe ne s’est jamais coupée de ses racines grecques, que les traductions d’Aristote furent le fait de savant chrétiens bien avant les tentatives arabes et que ce sont elles qui circulèrent dans toute l’Europe, à partir de monastères comme ceux du Mont Saint-Michel. Mieux encore, il démontre que les connaissances médicales arabes furent surtout le fait des lettrés chrétiens, nestoriens ou monophysites présents dans les pays conquis par la vague musulmane, que ceux-ci traduisirent d’abord le grec en syriaque (leur langue natale) puis en arabe les œuvres de Galien. Cette hellénisation du monde arabe fut donc le fait des Chrétiens arabes et non des musulmans arabes, ceux-ci rejetant tout ce qui pouvait aller à l’encontre du Coran. Ainsi, on prête à Amr ibn al-As, général au service du calife Umar cette citation, exprimée après la destruction de la bibliothèque d’Alexandrie en 646 : « Si ces livres contiennent ce qui est déjà dans le Coran, alors ils sont inutiles. S’ils contiennent des choses qui lui sont contraires, ils sont nuisibles ».

 

Il analyse donc la transmission et la recherche du savoir grec dans l’Europe médiévale et la façon dont elle va petit à petit influencer les sciences mais aussi la politique, alors que dans le monde arabe, l’hellénisation restera une sorte de passe-temps qui ne modifiera en rien les structures de la société musulmane.

 

Une dernière partie traite de la différence entre la civilisation chrétienne et la civilisation musulmane . Cette partie est plus polémique et s’apparente plus à un essai qu’à un livre d’histoire. Mais il est si rare de voir un historien exprimer un avis franc qu’on pardonnera cette petite digression.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz