FLASH
Rotterdam : Le terroriste musulman appréhendé préparait une exécution – saloperie d’islam  |  CNN annonce que 50 000 combattants de l’Etat islamique ont été tués selon l’armée américaine  |  Allemagne : 2 mineurs musulmans suspectés de préparer un attentat ont été arrêtés à #Aschaffenburg  |  Rotterdam : 4 boîtes d’explosifs, 1 drapeau d’ISIS découverts durant l’arrestation de terroristes musulmans  |  Syrie : la coalition occidentale a bombardé et détruit 168 camions-citerne près de Palmyre  |  Nigeria : double attentat « suicide » à #Madagali : 30 morts 57 blessés – saloperie d’islam  |  Geert Wilders jugé coupable de propos de haine par la Cour  |  Egypte : 8 morts dont 4 policiers lors d’une explosion jihadiste au Caire  |  Nouvel effet Trump : Foxconn Taiwan, qui fabrique les iPhone et d’autres smartphones, déclare au WSJ qu’il envisage de se développer aux USA  |  Le géant de l’acier United States Steel annonce : « maintenant que Trump élu, nous allons investir et réembaucher jusqu’à 10 000 personnes »  |  Viola Desmond, activiste noire engagée dans la défense des droits des noirs, va apparaître sur le dollar canadien, première femme sur un billet de banque  |  Les premiers avions de combat F35i sont en route vers Israël, premier Etat au monde à être livré  |  L’espérance de vie a baissé de 78.9 à 78.8 ans aux Etats-Unis en 2015 (mais progresse régulièrement depuis 1990)  |  Australie : les tapis de prière d’un hôpital de Sydney vont être nettoyés après que du bacon ait été posé dessus  |  L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 17 avril 2009

Un  Psychologue Danois : “L’intégration des  Musulmans  dans nos sociétés occidentales est impossible».

 

EuropeNews 31 Mars 2009

Une interview  de Nicolai Sennels par Felix Struening

 Lien Vers l’article en Anglais (http://europenews.dk/en/node/21789)

 

 

Les problèmes d’intégration des musulmans au Danemark sont devenus chose connue dans le monde entier en  2006, quand le journal Jyllands-Posten publia  12 caricatures du prophète Mahomet. Deux années plus tard, des émeutes éclatent  à nouveau en raison de la réédition des caricatures de Mahomet dans tous les grands journaux danois.

 

Actuellement, 70% de la population carcérale dans les prisons de Copenhague est constituée de jeunes  gens de culture musulmane. La question se pose quant à savoir si les récents accès de violence et la  tendance générale à la violence au sein de la culture musulmane seule ont  simplement coïncidés avec les publications ou s’il y a une connexion directe entre les deux faits.

 

En Février 2009, Nicolai Sennels, psychologue danois,   publia un livre intitulé « Parmi les  Criminels Musulmans . L’expérience d’un Psychologue à Copenhague”…. Dans son livre, Nicolai Sennels adopte une approche  psychologique quant à la  relation de la culture musulmane, à la colère, à la gestion des émotions et à la religion musulmane elle-même. Sa recherche est fondée  sur des centaines d’heures d’observations  au cours des traitement  thérapeutique de 150 jeunes musulmans internés dans la prison des jeunes de Copenhague. EuropeNews  a interviewé l’auteur, sur son livre et ses analyses sur l’intégration des musulmans en Europe.

 

EuropeNews: Nicolai Sennels, comment avez-vous eu l’idée d’écrire un livre sur les  criminels musulmans au Danemark?

 

Nicolai Sennels: Cette idée m’est venue  en Février 2008 lors d’une conférence sur l’intégration, à Copenhague, où j’ai été invité en tant que premier et seul  psychologue travaillant dans une prison de  jeunes à Copenhague… Mon discours à cette  conférence portait  sur le rôle important joué par la culture des étrangers concernant  l’intégration, la criminalité et l’extrémisme religieux. J’avais  souligné, que les personnes de  culture musulmane, sont confrontées à une difficulté si ce n’est une impossibilité de s’intégrer harmonieusement  et de s’épanouir au Danemark.

 

Cette déclaration fut  accueillie avec de fortes résistances  par les  hommes politiques danois, et par mon  supérieur hiérarchique de la  prison des jeunes. Je fus fort  surpris car,  je pensais que dire que certaines cultures s’intègrent mieux que d’autres dans les sociétés occidentales, était une évidence. Toute l’Europe a actuellement du mal à intégrer les musulmans, et cette entreprise semble relever du domaine de l’impossible. Selon la police danoise et le Bureau danois de la statistique, plus de 70% de tous les crimes commis dans la capitale danoise, le sont par des musulmans. La  Banque Nationale a récemment publié un rapport indiquant que, les coûts d’un musulman étranger s’élèvent à plus de 2 millions de couronnes danoises (300.000 euros) en aides sociales fédérales, dû au faible niveau d’emploi  au sein de cette population. À cela, il faut ajouter  de nombreux autres types d’aides sociales que les chômeurs perçoivent  dans notre pays, les dépenses pour les interprètes, les classes spéciales dans les écoles (64% des enfants  scolarisés dont les parents sont  musulmans ne peuvent  ni lire ni écrire correctement le  Danois  après  10 ans de scolarisation dans une école danoise) le  travail social, les  policiers supplémentaires etc.…

 

Mon intervention a abouti à une injonction légale, une sorte de sanction professionnelle, indiquant que si je réitérais mes propos je serais licencié. Selon les autorités de Copenhague, il est apparemment autorisé de  déclarer que les problèmes  rencontrés par les musulmans sont causés par la pauvreté, les médias, la police, les Danois eux –mêmes, les politiciens, etc. Mais deux choses ne sont pas admises : 1) discuter de l’importance de la culture et 2) de  la responsabilité propre des étrangers  quant à leurs difficultés d’ intégration dans nos sociétés. Malheureusement, beaucoup d’hommes politiques très puissants n’appréhendent pas  clairement  la dimension  psychologique de la culture et son influence sur l’intégration.

 

EuropeNews: Quelles ont été les réactions au Danemark?

 

Sennels: Le livre a suscité une grande attention, même avant le 24 Février 2009 date de sa publication officielle. Il était en page de couverture de l’un des plus grands journaux nationaux, au Danemark, et j’ai été invité à la radio et à la télévision pour participer à des débats avec des hommes politiques et autres experts sur ce sujet. La première édition fut  épuisée en trois semaines.

 

Depuis lors, de  grands  changements sont intervenus dans  la politique d’intégration  Danoise, changements qui semblent avoir été influencés par le livre et l’attention qu’il a obtenu. De mon point de vue personnel, l’attention généralisée portée à mes propos démontre le bien fondé de ma démarche: il y a  tout simplement un besoin important d’une compréhension plus approfondie quant à l’influence de la culture des musulmans sur leurs  chances d’intégration.

 

Le très célèbre politicien, Naser Khader,  musulman et auteur du best-seller « Honneur et Honte » (« Honor and Shame »,)  déclara que mon  livre devrait être une « lecture obligatoire pour les étudiants, les travailleurs sociaux et les enseignants ». Le  Jyllands-Posten, premier journal a publier les caricatures de Mahomet, qualifia le livre comme « un véritable  travail de pionnier ».

 

EuropeNews: Examinons votre livre de plus près. Vous parlez de quatre mythes sur l’intégration… Le premier porte sur la différence entre les cultures des immigrants.

 

Sennels: Ce que  j’ai découvert au cours de mon travail à la prison des jeunes, c’est que les jeunes gens de confession ou d’origine  musulmane avaient d’autres besoins en matière de travail social que les Danois ou les personnes de culture non musulmane. Ces besoins différents nécessitent plus d’attention, et les psychologues doivent faire plus de recherches sur ces sujets  pour être en mesure de créer des politiques sociales efficaces.

 

Je suis entièrement d’accord avec mes critiques, pour dire que les problèmes  personnels et sociaux peuvent entraîner des comportements anti-sociaux chez les occidentaux et les musulmans. Il y a toutefois, tout le temps, chez les musulmans, une disproportion extrême dans le comportement anti-social  et anti-démocratique. Le Bureau danois de la statistique a publié un rapport (1 et 2) indiquant que les huit premières places  dans le classement de la criminalité par pays d’origine des criminels reviennent à des  pays musulmans. Le Danemark étant classé neuvième sur cette liste.

 

EuropeNews: Ceci voudrait donc dire que nous devons traiter  musulmans et  non- musulmans de manière différente?

 

Sennels: D’un point de vue  psychologique et humaniste, il est très clair que des personnes de cultures différentes ont des besoins différents, quand ils ont ou  quand ils créent des problèmes. Ma propre expérience est que les musulmans ne comprennent pas notre façon toute occidentale de gérer les conflits par le dialogue. Ils sont élevés dans une culture comportant des figures d’autorités et des conséquences externes  à l’individu et très bien définies. La tradition occidentale, qui utilise  compromis et introspections comme principaux outils pour  gérer les conflits tant intérieurs qu’extérieurs, est considérée comme une  faiblesse dans la culture musulmane. Dans une large mesure, ils ne comprennent tout simplement pas cette façon plus douce et plus humaniste de traiter les affaires sociales. Dans le contexte du travail social et de la politique, cela signifie que l’individu a  besoin de plus de limitations  et  de conséquences plus sévères pour être en mesure d’adapter son comportement.

 

EuropeNews: Cela nous mène directement au deuxième mythe: car  il est souvent dit, que la criminalité des immigrés est causée par les problèmes sociaux, et non par leur origine culturelle. Dans votre livre, vous êtes  en désaccord avec cette thèse et désignez  la religion comme source de criminalité chez les musulmans.

 

Sennels: Je reformulerai votre assertion en parlant de la culture musulmane et non pas de la religion, car il y a beaucoup de musulmans  qui ignorent ce qui est écrit dans le Coran et ne fréquentent pas les mosquées. Mais ils sont fortement influencés sur le plan culturel.  Nous constatons que particulièrement la colère est bien plus acceptée dans la culture musulmane.

 

A titre d’exemple: dans la culture occidentale et dans d’autres cultures non musulmanes, comme en Asie, l’agressivité ou une brusque explosion de colère sont vues  comme comportements que l’on regrette par la suite et dont on aura honte. C’est complètement l’inverse dans la culture musulmane. Si quelqu’un bafoue votre honneur – ce que j’appelle  en tant que psychologue la confiance en soi – il est attendu de vous que vous démontriez votre agressivité, et souvent également, que vous vous vengiez tant verbalement que physiquement. Ainsi, l’agressivité  vous donne un statut inférieur dans nos cultures, mais un statut plus élevé dans la culture musulmane.

 

Il y a toutefois une autre raison plus profonde pour expliquer le comportement anti-social largement répandu dans les communautés musulmanes et la forte résistance à l’intégration,  et c’est la très forte identification que les musulmans ont d’appartenir à la culture musulmane.

 

Ma rencontre avec la culture musulmane a été une rencontre avec une culture excessivement forte et une culture  très fière. C’est certainement un attribut qui peut garantir  la survie d’une ancienne culture à travers le temps (l’islam et la culture musulmane en  sont une excellente illustration). Malheureusement, une culture forte et fière rend également ses membres presque incapables de s’adapter à d’autres valeurs. En Allemagne, seuls 12% des 3,5 millions de musulmans se considèrent plus allemands que musulmans, en France et au Danemark, 14% seulement des musulmans, se voient plus français ou danois  que musulmans. Les  recherches, effectuées au sein des communautés  musulmanes vivant au Danemark, montrent  également  que 50% de la 1ère et 2ème génération d’immigrés sont contre la liberté de parole et  que 11% d’entre eux aimeraient voir  la charia  en lieu et place de la constitution  danoise (de plus larges extraits de ces recherches se trouvent dans la version imprimée  du journal). Ces pourcentages  élevés sont évidemment effrayants, mais ce qui particulièrement inquiétant c’est qu’il n’y a pas sur ces thèmes de divergences d’opinion entre les musulmans nés et élevés dans les pays musulmans et leurs enfants qui sont nés et ont grandi  dans la société danoise. Quand il s’agit d’identité chez les musulmans, la nationalité ne compte pas du tout en comparaison de la culture et de la religion. D’où une opposition  puissante  et croissante à la culture et aux valeurs occidentales dans les ghettos musulmans à Copenhague et  dans d’autres grandes villes européennes.

 

EuropeNews: Comme vous l’avez déjà souligné, de nombreux musulmans ont un lien très  fort avec leur identité religieuse. Le troisième mythe que vous réfutez dans votre livre concerne le pourcentage d’extrémistes et de fondamentalistes musulmans. Il est souvent présumé que ce pourcentage est relativement faible. Quelle est votre expérience?

 

Sennels: Les gens espèrent que la plupart des musulmans sont modernes et acceptent les valeurs occidentales. Mon expérience est différente, et cela a été démontré par les statistiques européennes que je viens de citer. En Février 2008, nous avons été confronté à de  très graves émeutes de la part de jeunes musulmans au Danemark.

 

Ces émeutes étaient partiellement en  réaction à l‘attention accordée  par la police danoise à la forte augmentation des taux de criminalité dans les zones musulmanes. L’autre raison étant la réimpression des caricatures de Mahomet dans tous les  journaux danois. Cette réédition est un acte de solidarité avec le caricaturiste Kurt Westergaard, dont la vie a été et est toujours sérieusement menacée.

 

Dans ces émeutes, nous avons vu  des musulmans non pratiquants dans leur vie quotidienne, prendre la défense de leur culture et de leur religion d’une manière très agressive. Copenhague était en fumée pendant toute une semaine en raison de plusieurs centaines d’incendies, et  la police et les pompiers tentant de calmer la situation ont aussi été attaqués. Une grande partie des émeutiers s’est retrouvée dans la prison où je travaillais, et j’ai donc  eu l’occasion  de dialoguer avec eux. La quasi-totalité d’entre eux étaient des musulmans, et ils ont tous affirmé que leurs actes  – démarrer des  incendies, attaquer la police etc. – étaient  justifiés dans la mesure où la société danoise, augmentant la pression sur l’intégration et réimprimant les caricatures de Mahomet, faisait  preuve de racisme envers l’islam et la culture  musulmane. Les quelques Danois qui ont pris part aux  émeutes l’avaient fait pour des raisons complètement différentes. Leurs actions étaient principalement motivées par la recherche d’aventure ou d’excitation.

 

EuropeNews: Le quatrième mythe est que la pauvreté chez les immigrants conduit à la mauvaise situation sociale. Dans votre livre, vous dites que c’est le contraire qui est vrai.

 

Sennels: Vous pouvez formuler cette importante question de la manière suivante : les gens ont-ils  des problèmes sociaux parce qu’ils sont pauvres, ou bien deviennent-ils pauvres parce qu’ils créent des problèmes sociaux?. Mon expérience est que la très faible priorité  accordée à la scolarité de leurs  propres enfants, à  leur propre  éducation et le  manque de motivation pour planifier une  carrière professionnelle sont autant de facteurs  déterminant de la pauvreté. Ces facteurs sont expérimentés par  de nombreux musulmans aussi bien dans nos  sociétés que dans les pays musulmans. De plus, un quart de tous les jeunes hommes musulmans au Danemark ont un casier judiciaire non vierge. De très faibles capacités en lecture, une forte aversion contre l’autorité et un dossier criminel déjà rempli, rendent très difficile l’obtention d’ un emploi bien rémunéré. C’est le comportement asocial  qui rend  pauvre et non pas l’inverse.

 

Malheureusement, de nombreux politiciens voient la pauvreté comme la principale cause de problèmes d’intégration. Je pense que c’est un point de vue horrible et unidimensionnel sur les  personnes pauvres et sur les  individus en général. L’idée que le comportement des gens est déterminé par la quantité d’argent qu’ils ont sur leur compte en banque tous les mois est un point de  vue  extrêmement limité. En tant que  psychologue diplômé de l’Université de Copenhague, je dirai  que des facteurs bien plus importants dans la vie que l’argent, influencent le comportement et la  façon de penser des individus

 

EuropeNews: Quelle est la conclusion de votre recherche? Est-ce que l’intégration des personnes de culture musulmane dans les sociétés occidentales est possible?

 

Sennels: Je dirais que les optimistes, les gens qui disent que l’intégration est possible portent une très grande responsabilité. Il y a de grands risques qu’ils soient en train d’entretenir un espoir, un rêve, sans fondement dans la réalité. Ceci signifie qu’ils seront  responsables du fait  que l’Europe détourne son regard et ne confronte pas  ces problèmes avant qu’il ne soit trop tard.

 

Il n’y a tout simplement  pas de  recherche en Europe qui vient à l’appui de la vison optimiste. Bien au contraire, toutes les recherches dont nous disposons sur l’intégration des musulmans dans les sociétés occidentales montrent  que nous continuons à nous diriger dans la mauvaise direction. Je ne sais  donc pas comment les optimistes parviennent à leur conclusion. C’est peut-être un espoir vain et puéril que tout se terminera bien, comme dans les contes de fées. Ou bien  est-ce  peut-être une idée pseudo Darwiniste que tout développement s’effectue dans un sens positif. Une chose est sûre: ils ne fondent pas leurs opinions sur des faits.

 

Bien sûr, des exceptions existent, mais en majeure partie
l’ intégration des musulmans au niveau nécessaire n’est pas possible. Des
  personnes qualifiées et pleines de compassion  travaillent à travers toute l’Europe sur ces problèmes pour tenter de trouver des solutions, des milliards d’euros ont été dépensés sur ces projets  mais les problèmes continuent de s’aggraver.

 

L’explication psychologique est en fait simple… Les cultures  musulmanes et occidentales sont fondamentalement très différentes. Cela signifie que les musulmans doivent subir de grands changements dans leur identité et dans leurs valeurs pour être en mesure d’accepter les valeurs des sociétés occidentales… Changer les structures de base de sa  propre personnalité est un processus psychologique et émotionnel extrêmement exigeant. Apparemment, très peu de musulmans se sentent motivés par cette entreprise. Je ne connais que quelques-uns qui ont réussi. Mais je sais aussi que c’est au prix d’ une longue et épuisante lutte à l’intérieur d’eux-mêmes et souvent, ils paient un prix personnel élevé à l’extérieur car leurs amis et leurs familles les dédaignent ou les renient pour avoir  quitté leur culture d’origine.

 

EuropeNews: Mais qu’ allons nous  faire avec les musulmans, qui sont déjà ichez nous?

 

Sennels: Je vois deux possibilités. Premièrement, nous devons  cesser immédiatement toute immigration de personnes en provenance de pays musulmans vers  l’Europe jusqu’à ce que nous ayons  prouvé que l’intégration des musulmans est possible.

 

Deuxièmement, nous devons aider les musulmans qui ne veulent pas ou ne sont pas en mesure de s’intégrer dans nos sociétés occidentales, à construire un nouveau sens à leur vie dans une société qu’ils comprennent mieux et qui les comprend. Cela signifie les aider à démarrer une nouvelle vie dans un pays musulman. Nous avons actuellement les moyens économiques de le faire. Comme je l’ai mentionné précédemment, la Banque nationale danoise a calculé, que tous les immigrants en provenance des pays musulmans coûtent  300.000 Euros en moyenne. Avec cet argent, nous pourrions aider ces gens à vivre une vie heureuse dans un pays musulman, sans avoir à s’intégrer dans une société qu’ils ne comprennent pas et ne peuvent donc pas accepter. Avoir assez d’argent pour soutenir sa famille et  vivre dans un pays où ils se sentent complètement assimilés à la culture environnante serait un grand pas en avant dans la qualité de leur vie. Et nous devons les aider à atteindre cet objectif. Non seulement les musulmans, mais les sociétés européennes en bénéficieront. L’immigration des musulmans de l’Europe vers les  pays musulmans fonctionnera comme des ambassades pour des sociétés plus libres et plus  démocratiques, en raison de leur expérience de vie dans des  démocraties avec de vrais droits de l’homme et en raison de leurs connaissances des systèmes sociaux en Europe. Ils amèneront avec eux des idées et des valeurs très importantes. De cette façon, ils pourront  être en mesure de  faire ce à quoi la plupart d’entre eux  rêvent,  à savoir aider leurs frères et sœurs musulmans dans leur pays d’origine en changeant les mauvaises conditions de vie auxquelles eux-mêmes avaient tenté d’échapper initialement.

 

Nicolai Sennels 33 ans est psychologue et a travaillé pour les autorités de Copenhague pendant plusieurs années. De 2005 à 2008 il a travaillé à la prison Sønderbro pour les jeunes  à Copenhague.

 

Publié le 31 Mars 2009 par fs

(Traduction effectuée par Isam)

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz