FLASH
Le géant de l’acier United States Steel annonce : « maintenant que Trump élu, nous allons investir et réembaucher jusqu’à 10 000 personnes »  |  Viola Desmond, activiste noire engagée dans la défense des droits des noirs, va apparaître sur le dollar canadien, première femme sur un billet de banque  |  Les premiers avions de combat F35i sont en route vers Israël, premier Etat au monde à être livré  |  L’espérance de vie a baissé de 78.9 à 78.8 ans aux Etats-Unis en 2015 (mais progresse régulièrement depuis 1990)  |  Australie : les tapis de prière d’un hôpital de Sydney vont être nettoyés après que du bacon ait été posé dessus  |  L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  |  Fraude fiscale : Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme  |  Grèce : la Cour bloque l’extradition de 2 soldats turcs suspectés de complicité du coup d’Etat  |  Les forces israéliennes ont arrêté une cellule du Hamas qui s’apprêtait, depuis la Judée, à commettre attaques et kidnappings  |  Sondage Gallup: 47% des Américains sont pour le droit à l’avortement, 46% sont pro-vie  |  Où l’on apprend que Trump a eu plus de 30 heures de conversations téléphoniques avec Obama depuis son élection  |  Sondage : le taux de popularité de Donald Trump est monté à 50%, celui des médias est tombé à 6%  |  Après l’attentat islamique de l’université, le Sénat de l’Ohio autorise le port d’arme pour les étudiants  |  Trump annonce qu’il va chercher à faire baisser le prix des médicaments – la bourse réagit en baisse  |  Trump veut demander avis à Obama en raison de son expérience, pour de futures nominations  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 19 avril 2009
  
  

  

Michel Garroté   –   En 1939,  le président suisse aurait-il accepté de recevoir Adolf Hitler à Genève ?  NON !  Mais en 2009 les temps ont changé.  Et Israël a été obligée de dénoncer la rencontre prévue aujourd’hui dimanche au soir entre le président de la Confédération suisse Hans-Rudolf Merz avec le président nazislamiste génocidaire iranien Mahmoud Ahmadinejad à l’occasion de la Conférence sur le racisme, dite « Durban II », qui se tient à Genève.

« Nous allons tenter de convaincre le président suisse ne pas rencontrer Ahmedinejad, l’invité le plus marquant de cette conférence, qui va prononcer un discours le jour de la Shoah et de l’anniversaire d’Hitler », a affirmé à la radio publique l’ambassadeur d’Israël auprès de l’Onu à Genève, Aharon Lechnoyaar.  
La rencontre entre les deux présidents est prévue dimanche soir à l’occasion d’un dîner offert aux participants à la conférence qui s’ouvre lundi.  « Cette conférence est une farce tragique :  officiellement il s’agit de dénoncer le racisme et on invite un négationniste connu qui appelle à la destruction de l’Etat d’Israël », a affirmé Yossi Lévy, chargé des relations avec la presse au ministère israélien des Affaires étrangères.  Yitzhak Herzog, le ministre des Affaires sociales également chargé de la lutte contre l’antisémitisme dans le monde, a pour sa part qualifié la conférence de Genève de « spectacle cynique manipulé par l’axe Iran-Libye-Pakistan ».  Le vice-Premier ministre Sylvan Shalom a pour sa part affirmé à la radio militaire que la conférence n’avait « qu »un seul but : calomnier l’Etat d’Israël ».  « Le président suisse ne fait qu’aggraver le cas de son pays après la rencontre de la ministre suisse des Affaires étrangères (Micheline) Calmy-Rey l’an dernier avec Ahmadinejad à Téhéran », a ajouté M. Shalom.  Le vice-ministre des Affaires étrangères Danny Ayalon, a pour sa part souligné que les « Suisses nous ont pris pas surprise.  Il s’agit d’une rencontre malheureuse, d’une décisions bizarre qui ne peut que porter atteinte à la Suisse ».  M. Ayalon a affirmé que l’Allemagne et les Pays-Bas ont fait savoir à Israël « vendredi qu’ils ne participeraient par à la conférence de Genève ».  Selon la radio, Israël espère également que d’autres pays européens décideront de boycotter au dernier moment cette conférence, suivant l’exemple de l’Etat hébreu et des Etats-Unis. Ceux-ci ont annoncé samedi qu’ils n’y participeraient parce que la déclaration finale contient des passages qu’ils « ne peuvent pas accepter ».  La première conférence de Durban (Afrique du Sud) en 2001 avait débouché sur l’adoption d’un plan d’action contre le racisme, mais s’était achevée dans la confusion, des accusations d’antisémitisme et un départ fracassant des Etats-Unis et d’Israël.

  
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz