FLASH
[22/03/2017] la BBC s’est rétractée, l’auteur de l’attentat ne serait pas Abu Izzadeen qui est toujours en prison selon son avocat  |  Abdelghani Merah: « le salafisme devrait être interdit en France »  |  Coups de feu à l’extérieur de l’immeuble du parlement de Londres  |  Erdogan : « la démocratie est comme un train. On le prend, et on descend quand on arrive à destination »  |  Le procès du #MurDesCons débutera le 4/12/18 : la justice politisée sait traîner ou aller vite  |  Erdogan répète ses menaces : « aucun Européen ne peut marcher tranquillement dans aucune rue du monde si l’Europe de change pas d’attitude »  |  La candidate russe à l’Eurovision interdite d’entrée en Ukraine  |  Blocus ? Apartheid ? 845 étrangers et professionnels sont entrés en Israël depuis Gaza hier  |  Erdogan prévient que « les Européens ne vont pas être en sécurité cette attitude de l’Europe continue »  |  [21/03/2017] Mathias Fekl, un illustre inconnu, remplace l’autre inconnu Le Roux au poste interchangeable donc inutile de ministre de l’Intérieur  |  Il promettait une république irréprochable, Hollande ! Le corrompu ministre socialiste Le Roux démissionne  |  Somalie Mogadishu : attentat suicide – oui, encore des musulmans. 7 morts et 10 blessés  |  Le Parquet National Financier ouvre une enquête contre Le Roux, le ministre de l’Intérieur de la gauche morale  |  Afghanistan : les talibans tuent 6 membres de services de renseignement dans la province d’Helmand lors d’un attentat suicide avec une voiture chargée d’explosifs  |  Egypte : ISIS affirme qu’un de ses snipers a tué un soldat égyptien le 19 mars à el-Arish dans le Sinaï  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 5 mai 2009

couv_justice_mise_examen
Frédéric Valandré, docteur en sciences humaines, avait déjà publié un premier livre intitulé « France Intox »  (Underbahn, 2006) pour dénoncer le politiquement correct dans l’Hexagone. Il nous revient avec un nouvel ouvrage qui déboulonne la pensée française face à son système judiciaire. Car, au contraire ce que laisse penser le titre, « Justice, mise en examen », se veut avant tout l’avocat des magistrats.

Une certaine élite française a pour habitude de salir la police, les politiques et la justice, nous explique l’auteur. Et de démontrer au cas par cas.

De l’affaire Ranucci aux oubliés d’Outreau,  au meurtre du petit Grégory en passant par l’affaire d’ « Omar m’a tuée » et la nouvelle glorification du criminel Jacques Mesrines, le livre de Frédéric Valandré, impeccablement documenté, se veut complet.

Au fil de son essai, l’auteur a pris contact avec des magistrats, enquêteurs, journalistes et victimes pour rendre une vision globale de la réalité judiciaire française et de son traitement régressif par le tryptique de la médiocrité (médias, associations et « people »).  A chaque page, on mesure l’ampleur de la littérature que l’auteur, universitaire, a dû consulter pour travailler son sujet. Très, très intéressant.

Valandré ne se veut pas juge : au contraire, il présente les faits, donne la parole aux témoins et retrace avec précision les tenants et aboutissants des cas les plus retentissants de l’histoire criminelle française. Si on regrette que l’auteur inculque le doute là où la justice a tranché (Patrick Dils et Christine Villemin),  on se félicite de lire son analyse sur les défenseurs de criminels, de Jacques Vergès au très prolifique – et très erratique – Gilles Perrault.

Un formidable ouvrage qui se lit d’une seule traite, et duquel on apprend beaucoup. Chapeau, Valandré.

 – « Justice, mise en examen » ; 268 pages. 12 euros (frais de port compris pour la France) – Pour le commander

(L’auteur sera présent à la Fête de la Courtoisie le 14 juin prochain, sur le stand de Benoîte Taffin. Notez par ailleurs l’existence d’un concours qui vous permet de gagner trois exemplaires dédicacés. Détails donnés en lien)

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz