FLASH
[30/03/2017] Référendum turc : 3 Kurdes poignardés à Bruxelles alors qu’ils allaient voter  |  Israël prie ses ressortissants de quitter immédiatement les stations égyptiennes de la mer rouge en raison d’une possible attaque d’ISIS  |  Un blocus ça ? 20 541 tonnes de biens de consommations transportés par 626 camions sont entrés à Gaza depuis Israël hier  |  Venise : arrestations in extremis de terroristes qui se préparaient à bombarder le pont du Rialto  |  Blocus de Gaza ? Non, propagande antisioniste : hier 210 personnes ont franchi la frontière entre Israël et Gaza  |  Pour cause de discrimination, Israël boycott désinvesti et sanctionne l’ONU de 2 millions de dollars  |  L’Etat envisage d’acheter 62 hôtels F1 au groupe Accor afin de créer des centres pour migrants  |  France, Rouen : alerte à la bombe dans une église, police sur place  |  [29/03/2017] Washington : la femme qui a foncé sur la police a été mise en prison – il ne s’agit pas d’un attentat  |  Le « ministre de la Santé » de l’Etat islamique a été tué à Mossoul  |  Si c’est vrai bravo madame ! lors de la perquisition au FN, MLP a coincé son smartphone dans son décolleté pour filmer  |  [28/03/2017] Maroc : 14 personnes arrêtées pour avoir incendié un commissariat  |  [27/03/2017] Plus de 400 jihadistes seraient rentrés au Royaume Uni d’après une source sécuritaire  |  L’Iran classe la CIA et l’Armée américaine comme organisation terroriste  |  L’opposant de Poutine Alexei Navalny condamné à 15 jours de détention après les manifestations anti-corruption d’hier  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 11 mai 2009

  
  
  

Le Rabbin J. Neusner
  
  

Michel Garroté http://drzz.info & http://monde-info.blogspot.com

Je reproduis ci-dessous une adaptation française de l’article sur Benoît XVI et sur le Rabbin Jacob Neusner,  article paru en italien dans Il Foglio.

Article en version originale italienne dans :

Il Foglio http://www.ilfoglio.it

Paru sous le titre italien :

Così B-XVI afferma il giudaismo d’Israele e di Gesù. Dice Neusner

Adaptation française :

Benoit et moi,  revue, complétée et corrigée par Michel Garroté

Le magazine américain Time l’a défini comme le rabbin préféré du Pape (ndmg :  il s’agit ici du Rabbin Jacob Neusner),  mais encore avant cela,  le Rabbin Jacob Neusner était l’Ami Juif du Cardinal Ratzinger.  Au Rabbin Jacob Neusner et au livre du Rabbin Jacob Neusner intitulé a Rabbi Talks with Jesus,  Benoît XVI a consacré plusieurs pages de Jésus de Nazareth (ndmg :  il s’agit ici de l’un des nombreux livres écrits par Benoît XVI alias Ratzinger).   A partir de lundi 11 mai 2009,  Joseph Ratzinger,  dans sa quatrième visite en Terre Sainte (ndmg :  en Israël),  parcourra à nouveau,  cette fois pour la première visite en tant que Pape,  les mêmes routes que le Jésus Christ qu’il a raconté dans son livre (ndmg :  « Jésus de Nazareth »).

« Dans ce voyage le Pape affirme le Judaïsme de l’Etat d’Israël et le Judaïsme de Jésus Christ »,  explique le Rabbin Jacob Neusner dans Il Foglio.  Pour le Rabbin Jacob Neusner,  le voyage de Benoît XVI est une déclaration nette contre ceux qui sponsorisent l’antisémitisme d’Etat :   « Par sa présence physique de pèlerin »,  dit le Rabbin Jacob Neusner,  « le Pape affirme la légitimité de l’Etat d’Israël.  En plus de rappeler que l’islam dans les pays musulmans doit élargir la même liberté d’expression qu’il demande à l’Occident » (ndmg :  lors de la première partie de son Pèlerinage,  en Jordanie,  Benoît XVI a réitéré la nécessité pour l’islam d’allier foi et raison,  comme il l’avait déjà fait lors de son discours à Ratisbonne).

Pour le Rabbin Jacob Neusner,  le pèlerinage du Pape incarne le trialogue indispensable entre les trois religions abrahamiques :  celui qui conduit à la « compréhension réciproque et qui permet de donner un sens à la différence,  et non pas de la dépasser ».  Et aucune scène ne pourrait être meilleure pour le trialogue que la Terre Sainte (ndmg :  Israël).  Pendant le  vol vers Amman,  Benoît XVI a dit vouloir « contribuer à la paix »,  au nom de l’Eglise (et du Saint Siège),  Eglise qui n’est pas « un pouvoir politique mais une force spirituelle ».

« Le Pape parle au nom d’un milliard de Catholiques,  au cœur du Judaïsme et au centre de la religiosité islamique.  La rencontre entre les trois traditions se transforme en un acte de recherche religieuse ».  Les Chrétiens et les Juifs ont une base commune de départ,  les Écritures :  « Nous accordons de la valeur aux mêmes histoires et nous leurs demandons d’expliquer ce que nous sommes.  Nous pouvons nous adresser à Dieu avec une seule voix à travers la liturgie »,  précise le Rabbin Jacob Neusner (ndmg :  encore que Benoît XVI,  dans son discours au Collège des Bernardins,  a clairement différencié,  d’une part,  les deux religions de la Parole,  à savoir le Judaïsme et le Christianisme ;  et d’autre part,  la religion du livre,  soit du coran,  religion qui qualifie l’islam).

« C’est pourquoi le Pape a écrit un livre sur les Psaumes »,  ajoute le Rabbin Jacob Neusner.  Benoît XVI arrive en Israël après le Pontife (ndmg :  Jean-Paul II) qui pria au Kotel (le Mur occidental du Temple) et qui demanda pardon pour la Shoah.  Et avant même d’atterrir en Jordanie,  Benoît XVI a dit que le dialogue avec les Juifs « progresse…malgré les malentendus ».  Parce qu’en dépit des accusations d’antijudaïsme et même d’antisémitisme qui lui sont tombées dessus,  Benoît XVI a montré – en plus d’une occasion – son amitié envers les Juifs.  « Il a poursuivi la tradition de Jean XXIII,  de Paul VI et de Jean Paul II,  et a affirmé l’héritage des Papes de la réconciliation entre Judaïsme et Christianisme.

Benoît XVI a montré que la vérité religieuse ne doit pas se compromettre dans la recherche de l’amitié entre les croyances ».  Mais ce Pape est né et a grandi dans l’Allemagne nationale-socialiste et la susceptibilité vis-à-vis de ses origines semble ne pas être entièrement surmontée (Ma questo Papa è nato e cresciuto nella Germania nazista e la suscettibilità nei confronti della sua origine sembra non essere stata del tutto superata).  Au point que la Salle de Presse du Vatican a cru devoir spécifier,  pour la première fois,  que le Pape ne parlera pas en allemand.  « Les souvenirs de la Shoah pour beaucoup sont liés aux sons de la langue allemande.  C’est un geste de sensibilité.  Benoît XVI a pris position parmi ceux qui refusent l’héritage de la génération qui a commis la Shoah » (Benedetto XVI ha preso posizione fra quelli che hanno rifiutato l’eredità della generazione che ha commesso l’Olocausto).


  

   
  
  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz