FLASH
Le géant de l’acier United States Steel annonce : « maintenant que Trump élu, nous allons investir et réembaucher jusqu’à 10 000 personnes »  |  Viola Desmond, activiste noire engagée dans la défense des droits des noirs, va apparaître sur le dollar canadien, première femme sur un billet de banque  |  Les premiers avions de combat F35i sont en route vers Israël, premier Etat au monde à être livré  |  L’espérance de vie a baissé de 78.9 à 78.8 ans aux Etats-Unis en 2015 (mais progresse régulièrement depuis 1990)  |  Australie : les tapis de prière d’un hôpital de Sydney vont être nettoyés après que du bacon ait été posé dessus  |  L’ex-ministre Michèle Alliot-Marie (0 chances d’être élue) annonce sa candidature à la présidentielle  |  Fraude fiscale : Jérôme Cahuzac condamné à trois ans de prison ferme  |  Grèce : la Cour bloque l’extradition de 2 soldats turcs suspectés de complicité du coup d’Etat  |  Les forces israéliennes ont arrêté une cellule du Hamas qui s’apprêtait, depuis la Judée, à commettre attaques et kidnappings  |  Sondage Gallup: 47% des Américains sont pour le droit à l’avortement, 46% sont pro-vie  |  Où l’on apprend que Trump a eu plus de 30 heures de conversations téléphoniques avec Obama depuis son élection  |  Sondage : le taux de popularité de Donald Trump est monté à 50%, celui des médias est tombé à 6%  |  Après l’attentat islamique de l’université, le Sénat de l’Ohio autorise le port d’arme pour les étudiants  |  Trump annonce qu’il va chercher à faire baisser le prix des médicaments – la bourse réagit en baisse  |  Trump veut demander avis à Obama en raison de son expérience, pour de futures nominations  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 21 mai 2009

Un nouveau gouvernement palestinien, dirigé par Salam Fayyad, vient de prêter  serment ce 20 mai 2009. Les islamistes du Hamas ont affirmé qu’ils ne le reconnaîtraient pas.


M. Fayyad avait présenté sa démission le 7 mars dernier. Le dialogue de réconciliation inter palestinien, entre le Fatah et le Hamas, sous les auspices de l’Egypte a véritablement échouée. Après le dernier round de discussions, achevé sans accord, les deux mouvements rivaux ont ajourné leurs pourparlers jusqu’à début juillet. Le président de l’Autorité Palestinienne a donc décidé de prendre les choses en main en rappelant M. Salam Fayyad a dirigé le nouveau  gouvernement .Le Fatah et le Hamas sont en conflit ouvert depuis la prise par la force du pouvoir à Gaza par le mouvement fondamentaliste  en juin 2007.



Il est significatif de constater que les médias ne mentionnent presque jamais les conséquences directes du conflit inter palestinien sur la population à Gaza. Les médias ont tendance à imputer à Israël la responsabilité  des « souffrances » dans ce territoire autonome, alors qu’en réalité le Hamas qui a effectué une prise de pouvoir par la force, qui a fait des centaines de morts, et qui a chassé le Fatah reste le premier responsable du malheur de cette population.

 

 

 

Sans compter le bilan des victimes  des affrontements  armés inters palestiniens, la rivalité  quotidienne Hamas-Fatah a aussi des conséquences désastreuses sur le terrain,  sans même l’utilisation des armes .C’est ainsi par exemple  que le comité médical qui aide les malades à trouver un traitement hors de Gaza a été suspendu par le Hamas. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS),  le Hamas endossera une grande responsabilité  par cette prise de position unilatérale  .Les malades en sont donc réduits à attendre et à espérer.

 

                                                                                                                        

Le ministre  du Hamas de la Santé,  Bassir Naim , a  fermé en mars  2009  la comité médical qui était dominée par le Fatah, demandant qu’elle soit dotée de nouveaux membres acceptables pour les deux factions palestiniennes ( voir combien le Hamas est humain avec sa propre population).

 

 

Le 22 mars, le mouvement islamiste a pris le contrôle du comité médical, jusque là géré par le Fatah, et qui envoyait chaque mois un millier de patients souffrant de maladies graves en Israël ou en Egypte. En Judée Samarie, fief du Fatah, le gouvernement de Mahmoud Abbas, qui finance les traitements médicaux des Palestiniens à l’étranger, a riposté en suspendant la plupart des transferts de malades !

 

 

C’est ainsi donc que les malades de Gaza ne peuvent  plus se rendre à l’étranger sans l’assistance du comité. Selon Youssef Moudalal, un responsable de la santé, les querelles entre le Hamas et le Fatah  bloque aujourd’hui  les  conditions de la reprise des activités de l’instance (1).

 

 

La branche israélienne de Médecins pour les droits de l’Homme (PHR), qui travaille en concertation avec le Centre palestinien pour les droits de l’Homme, a certes réussi à en faire sortir 35 pour qu’ils se fassent soigner depuis la suspension du comité, précise Ran Yarom, un membre de PHR. Mais les deux organisations soulignent qu’elles n’ont pas les moyens de faire le travail du comité palestinien. En plus, les médecins israéliens ne peuvent s’aventurier à Gaza.

 

 

 

Fin janvier, le gouvernement de Mahmoud Abbas avait déjà cessé de prendre en charge les soins médicaux reçus en Israël, arguant qu’ils étaient trop chers. Les autorités sanitaires du Fatah précisent qu’elles accepteront uniquement de financer des traitements moins chers en Egypte pour les patients de Gaza. 

 

 

A Gaza, Mohammed Zibdeh, 12 ans, atteint d’un cancer au cerveau, attend toujours  que les autorités  du Hamas autorisent l’ouverture du comité médical qui aide les malades à trouver un traitement hors de Gaza et qui a été suspendu par le Hamas.

 

 

L’an dernier, un traitement par chimiothérapie dans un hôpital israélien avait permis à ce jeune palestinien  de réduire sa tumeur. Aujourd’hui, il a des maux de tête en permanence, et son père, Riyad, 48 ans, craint que la tumeur ne se développe à nouveau. “Je ne peux pas l’aider, et il se pourrait qu’il meure sous mes yeux”, soupire-t-il.

 

 

Huit patients gazaouis qui attendaient sont morts depuis le mois de mars depuis que  la crise a commencé et le comité médical qui aide les malades à trouver un traitement hors de Gaza a été suspendu, par le Hamas.

 

 

Les malades sont donc réduits à attendre et à espérer, si ce n’est déjà trop tard pour certains,  en attendant que les frères  ennemis finissent leurs querelles. Entre temps, les médias arabes restent silencieux devant les islamistes qui dirigent Gaza et qui n’ont aucune intention de mettre fin à la souffrance de leur  population.  C’est ainsi la  règle du moment ; quand le Hamas tue en silence….Personne ne s’indigne !

 

 

Ftouh Souhail

 

 

(1) Entre médecins de Fath et médecins de Hamas, le comité médical à Gaza restera  paralysée pour de longues semaines surtout après l’escalade déclenchée par la nomination du nouveau gouvernement à Ramallah.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz