FLASH
[29/06/2017] USA, Baltimore : 1 crime par jour, en hausse de 25% depuis le passage de la loi contre le port d’arme  |  [28/06/2017] Donald Trump a accepté l’invitation d’Emmanuel Macron d’assister au défilé de Bastille day (14 juillet)  |  Allemagne, un migrant arrêté parce qu’il soutenait ISIS  |  Tunisie, pays musulman modéré donc tolérant, interdit le spectacle de Michel Boujenah  |  [27/06/2017] L’enquête du FBI contre le général Flynn, le conseiller sécurité de Trump, était une vengeance  |  L’université de Californie se prend un procès pour « environnement hostile aux juifs »  |  Chômage : la barre des 6.6 millions d’inscrits à Pole Emploi est dépassée  |  [26/06/2017] La Cour suprême déclare légale l’interdiction d’entrée établie par Trump pour 6 pays musulmans (sauf les gens qui ont des liens aux USA)  |  [25/06/2017] Grande-bretagne, Newcastle : il s’agirait d’un accident et non d’une attaque contre des gens près d’une mosquée  |  Grande-bretagne, Newcastle : une voiture a foncé sur une foule apparement musulmane – 5 blessés  |  Newcastle : une voiture fonce sur des piétons, 5 blessés  |  [24/06/2017] Un député La République en marche favorable à l’intégration de l’enseignement de l’islam à l’école en Alsace-Moselle  |  [23/06/2017] Canicule : Veolia annonce que la situation est critique : 1 085 bouches d’eau ont été ouvertes  |  Mathieu Gallet, PDG de Radio France, devant le tribunal correctionnel pour soupçons de favoritisme lorsqu’il était à l’INA  |  Une source habituellement fiable nous indique que Mahmoud Abbas serait décédé – aucune confirmation officielle, peut-être un hoax  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 24 mai 2009

Les informations commencent à sortir sur  l’affaire  Rafic Hariri et  la vérité se répand sur le vrai visage du Hezbollah. Dans son édition de Lundi 25 mai 2009  l’hebdomadaire allemand Der Spiegel fera apparaître  l’information  communiquée avant deux jours dans son édition électronique : La commission d’enquête chargée de faire la lumière sur l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri s’orienterait désormais vers une piste menant au mouvement chiite Hezbollah.

 

 

 

Citant des informations obtenues de « sources proches du tribunal (spécial pour le Liban, TSL) et vérifiées par la consultation de documents internes », Der Spiegel écrit que « des investigations intensives menées au Liban pointent toutes vers une nouvelle conclusion: ce ne sont pas les Syriens, mais les forces spéciales de l’organisation chiite libanaise Hezbollah qui ont planifié et exécuté » l’attentat qui a coûté la vie à Rafic Hariri le 14 février 2005.



Les documents consultés par le Spiegel, basés essentiellement sur des surveillances électroniques, ont permis aux enquêteurs d’identifier huit téléphones mobiles, tous achetés le même jour à Tripoli, dans le nord du Liban.Même si l’information a choqué cerains  occidentaux, dans les pays arabes personne ne doute désormais du rôle du Hezbollah dans l’élimination du premier ministre Rafic Hariri.



Le régime syrien, qui soutien  le Hezbollah, a déjà éliminé tous  les témoins encombrants de cette affaire. Les Pays-Bas avaient annoncé, mars 2009, l’arrestation d’une cellule du Hezbollah chargée de surveiller les juges et le tribunal (spécial pour le Liban, TSL).



« Elaph.com » a affirmé aussi  ce 1er avril 2009  (pas un poisson d’avril) que trois officiers ayant servi au Liban pendant l’occupation syrienne, et qui sont cités à comparaître devant le TPI, ont récemment disparu. Jameh Jameh ,Rustom Ghazalé et Jamal Abou Jamal ont disparus quelques jours seulement avant que le TSL ne réclame du Liban la remise de tous les dossiers relatifs à l’enquête sur l’assassinat de Hariri.




Le Hezbollah, soutenu par la Syrie et l’Iran, a  installé une atmosphère d’intimidation au Liban. Ce groupe terroriste, qui est la prolongation de l’Iran,  a toujours œuvré pour fragiliser les forces démocratiques du 14 mars (courant politique modéré au Liban).



En réalité, le Hezbollah n’a jamais respecté la démocratie et les institutions de l’Etat libanais. Tout d’abord, il a conservé sa milice privée et son armement propre (extérieurs aux forces armées officielles gouvernementales) et ce, même après le retrait des forces syriennes en 2005 faisant suite à l’assassinat du Premier ministre Rafik Hariri. Sur ce point aussi , le Hezbollah n’a jamais accepté de respecter la résolution 1559 du Conseil de Sécurité (prise le 2 septembre 2004) appelant à la dissolution et au désarmement de toutes les milices libanaises et non libanaises. Il n’est pas étrange donc de voir les forces spéciales de l’organisation chiite libanaise dernière  la planification  et l’exécution de l’attentat qui a coûté la vie au chef du gouvernement  Rafic Hariri le 14 février 2005.



Ce n’est pas la première fois que l’organisation chiite est impliquée dans des attentats aussi sanglants. En octobre 2006, des procureurs argentins ont accusé le Hezbollah du bombardement de 1994 du Centre juif AMIA à Buenos Aires, au cours duquel 85 individus ont été tués et 300 blessés. L’Argentine a accusé aussi le Hezbollah de perpétrer des assassinats dans ce pays .En février 2008, un juge américain cette fois a statué que des membres du Hezbollah étaient responsables du bombardement de l’ambassade israélienne à Buenos Aires en 1992, faisant 29 morts et plus de 242 blessés.

 




Ftouh Souhail 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz