FLASH
Ministre de l’Int. Bruno Le Roux a triché dans son CV : il n’est pas 1 ancien HEC et ESSEC – moralité parfaite pour un ministre socialiste  |  Si Trump tient ses promesses, les démocrates risquent fortement de perdre 25 sur 33 sièges au Sénat en 2018 – un tsunami après la défaite présidentielle  |  Lors d’un meeting de Trump, le patron de Dow Chemicals annonce la création d’un centre de R&D dans le Michigan +700 emplois  |  Rotterdam : Le terroriste musulman appréhendé préparait une exécution – saloperie d’islam  |  CNN annonce que 50 000 combattants de l’Etat islamique ont été tués selon l’armée américaine  |  Allemagne : 2 mineurs musulmans suspectés de préparer un attentat ont été arrêtés à #Aschaffenburg  |  Rotterdam : 4 boîtes d’explosifs, 1 drapeau d’ISIS découverts durant l’arrestation de terroristes musulmans  |  Syrie : la coalition occidentale a bombardé et détruit 168 camions-citerne près de Palmyre  |  Nigeria : double attentat « suicide » à #Madagali : 30 morts 57 blessés – saloperie d’islam  |  Geert Wilders jugé coupable de propos de haine par la Cour  |  Egypte : 8 morts dont 4 policiers lors d’une explosion jihadiste au Caire  |  Nouvel effet Trump : Foxconn Taiwan, qui fabrique les iPhone et d’autres smartphones, déclare au WSJ qu’il envisage de se développer aux USA  |  Le géant de l’acier United States Steel annonce : « maintenant que Trump élu, nous allons investir et réembaucher jusqu’à 10 000 personnes »  |  Viola Desmond, activiste noire engagée dans la défense des droits des noirs, va apparaître sur le dollar canadien, première femme sur un billet de banque  |  Les premiers avions de combat F35i sont en route vers Israël, premier Etat au monde à être livré  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 3 juillet 2009

Vêtement ignoble, révoltant, inadmissible : ce défi à l’éternel féminin ! Depuis que toute la presse en parle, depuis la légitime création d’une commission parlementaire, je me sens personnellement concernée et de plus en plus partie prenante.


Il y a peu, la vision de ces femmes provocatrices me laissait de glace. (Il faut dire que dans notre quartier, elles sont rarissimes.) Après tout, chacune d’entre nous, croyante ou non, intégriste ou non, est libre de se vêtir à sa guise. Mais trop, c’est trop : muettes, on les tolérait ; médiatisées, elles insupportent. Quand je vois ces femmes ainsi affublées, c’est la femme occidentale, la fiancée, l’épouse et la mère en puissance – la Femme tout court, éternel archétype – celle que je m’efforce et m’honore d’être, c’est cette femme qui souffre en moi et subis l’affront.



Certes, il y a d’autres tenues paradoxales dans notre univers laïc, d’autres insignes religieux, mais dans ce cas, le signe extérieur de croyance n’est pas mutilant, plutôt exaltant. En témoignent ces six oblates du Cœur Immaculé de Marie qui sont montées tout à l’heure dans mon compartiment à la station Jasmin. Quel magnifique témoignage de vie ! Primo, ces religieuses n’étaient pas entièrement voilées, elles ; secundo, elles avaient l’air si heureuses et si épanouies, en un mot libres voire libérées ; tertio, si leur féminité apparaît, je le concède, un brin bridée (poitrine aplatie par la guimpe, sandales de corde, cartouchière en perles de buis à la ceinture…) , ce n’est pas une mutilation mais une symbolique atténuation du féminin au profit d’un surcroît de décence et de Sens : hommage à leur Seigneur et Maître dont elles sont les chastes fiancées et les servantes zélées. Ce qu’a d’ailleurs très bien compris notre Président au Latran : « Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’institutrice ne pourra jamais remplacer la religieuse ou la catéchiste ! »


Mais ces femmes-là, non, non et non ! Tenue trop castratrice pour la Grâce féminine qui devrait pouvoir, de la tête aux pieds, tel un ostensoir vivant, être montrée d’une manière naturelle, sans cette pièce de vêtement qui La dénature et La caricature. Le plus inquiétant pour notre vivre ensemble, c’est que ces femmes de moins en moins minoritaires, étrangement dès que survient l’été, ne semblent pas gênées par nos regards désapprobateurs. Elles vaquent à leurs occupations en coulant un regard oblique. Sans doute s’imaginent- elles que leur tenue monstrueuse est devenue banale en devenant tendance ; que la sincérité du cœur et la liberté intérieure peuvent servir en France de laissez-passer ! Elles ont tort, elles aggravent leur cas, elles sont non seulement inquiétantes mais dangereuses car, même si elles se sentent nues sans cette tenue, elles ne peuvent impunément bafouer leur dignité de Femme en contresignant par leur emblème vestimentaire leur propre esclavage et leur statut ancillaire.


Certes, je sais que si une loi interdisait ce genre de vêtement, ces femmes vivraient recluses chez elles. Mais qu’importe si notre morale républicaine est sauve ! J’ai cinq enfants, je suis fidèle pratiquante mais très tolérante, que puis-je leur dire lorsqu’ils s’enfuient en hurlant de peur ? Ou sont troublés, surtout mes garçons qui ne les lâchent pas des yeux. Qu’imaginent- ils ? Qu’entrevoient- ils de l’étroite fente où palpite leur mystère ? À l’évidence, nos jeunes sont choqués.


Plus qu’un choc de civilisation, un viol de leur structuration. C’est donc ça une femme ?! Pire, Adélaïde, notre aînée, m’a suffoquée quand, à la vue de ces zombies, elle m’a avoué être tentée par ce genre de tenue décalée. Un must, disait-elle ! Hier encore invisibles ici, il a fallu une seule d’entre ces femmes pour provoquer chez nous une crise identitaire et un véritable séisme familial !


C’est pourquoi je demande un referendum, je lance sur la toile une pétition, j’assiège dès demain la permanence de mon député. D’ailleurs, Notre Guide Bien-aimé ne vient-il pas de rappeler à Versailles qu’une telle tenue ici n’est pas la bienvenue ? Oui, pour la survie de nos valeurs, pour l’édification de nos filles et de nos fils, mobilisons-nous toutes et tous afin que, dans la France de 2009, patrie de la Parité, sur la voie publique, partout et toujours, soient désormais prohibés et sévèrement sanctionnés par le législateur ces deux accessoires féminicides du prêt-à-peloter : le piercing au nombril et cette diabolique jupette dénommée Haraduku.

par Michel Bellin, Ecrivain

26.06.09   http://www.lemonde. fr/opinions/ chronique/ 2009/06/28/ un-tel-outrage- a-notre-feminite _1212221_ 3232.html

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz