FLASH
[27/03/2017] Plus de 400 jihadistes seraient rentrés au Royaume Uni d’après une source sécuritaire  |  L’Iran classe la CIA et l’Armée américaine comme organisation terroriste  |  L’opposant de Poutine Alexei Navalny condamné à 15 jours de détention après les manifestations anti-corruption d’hier  |  Attentat du Drugstore : réclusion à perpétuité requise contre le monstre Carlos le chacal  |  Egypte : 1 soldat égyptien et 6 militants de l’Etat islamique tués en deux incidents séparés dans le Sinaï  |  Syrie : un drone suspecté d’être américain, bombarde une voiture avec 6 occupants d’al-Qaïda  |  Blocus ? Non, propagande antisémite : 719 camions contenant 25 385 tonnes de biens sont entrés à Gaza par Israël hier  |  [26/03/2017] Syrie : Une milice soutenue par les Etats-Unis a pris le contrôle de la base aérienne de Tabqa  |  Erdogan a lancé un raid contre l’organisation anti-corruption de Reports that Navalny à Moscou  |  Attentat de Londres : nouvelle arrestation. Un musulman de 30 ans interpellé à Birmingham  |  Contre-attaque : Les responsables républicains transmettent au parquet leur dossier juridique sur le cabinet noir  |  L’Iran impose des sanctions à 15 sociétés américaines qui soutiennent Israël  |  500 personnes ont été arrêtées lors d’une opération anti-corruption à Moscou  |  Dernier sondage BuzzPoll: Marine Le Pen 23.92%, Fillon 22.45%, Macron 22.02%  |  5 habitations de Birmingham ont été fouillées en rapport avec l’attentat de Westminster  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 7 juillet 2009

 [LE FIGARO] Le quai d’Orsay a révélé lundi qu’une jeune femme française, une universitaire, est en détention depuis le 1er juillet en Iran, accusée d’espionnage. Clotilde Reiss, 23 ans, lectrice de français à l’université d’Ispahan (centre), a été arrêtée mercredi à l’aéroport de Téhéran alors qu’elle était sur le chemin du retour vers la France, via Beyrouth.


Interrogé lundi soir sur France 3, le chef de la diplomatie, Bernard Kouchner, a affirmé que la jeune femme était innocente et a exigé sa «libération immédiate». «Si nous comprenons bien, cette jeune femme a été accusée d’espionnage. Il s’agit d’envoi de photos prises par un téléphone portable. Ça n’est pas de l’espionnage, ça ne peut pas en être, cette accusation est absurde», a-t-il ajouté.


«Nous souhaitons que toute la lumière soit faite, que cette jeune femme soit libérée. Il n’y a aucune raison que Clotilde soit retenue», a-t-il dit avant de répéter : «Nous exigeons cette libération». Le quai d’Orsay qui avait révélé un peu plus tôt dans la soirée la détention de l’universitaire et a indiqué que l’ambassadeur d’Iran à Paris avait été immédiatement convoqué.


Selon nos informations, Clotilde Reiss est étudiante en Master 2 à l’Institut d’Etudes politiques de Lille. Bénéficiaire d’une bourse de l’
IFRI, l’Institut français de recherche en Iran, elle séjournait depuis cinq mois dans le pays, où elle enseignait le Français à l’Université technologique d’Ispahan.


Selon une source diplomatique proche du dossier, les autorités iraniennes reprochent à la jeune femme d’avoir participé à des manifestations à Ispahan après la


Revenant sur ces accusations, Bernard Kouchner a précisé lundi que Clotilde Reiss «était une jeune enseignante tout à fait classique qui faisait son travail, qui a été témoin de manifestations comme des millions d’Iraniens» et n’était «pas active dans ces manifestations». «Il y a un problème politique qu’affronte le monde entier, que commente le monde entier», a-t-il ajouté en évoquant la réélection de l’ultraconservateur Ahmadinejad, et les manifestations qui l’ont suivi. «N’en faisons pas une affaire d’État, faisons tout ce que nous pouvons pour la faire libérer», a dit le ministre.


Depuis la présidentielle du 12 juin, Téhéran a durci le ton face aux pays occidentaux, accusés de soutenir la contestation. Plusieurs journalistes avaient jusque-là été interpellés, de même que
  neuf employés iraniens de l’ambassade britannique à Téhéran. Mais c’est la première fois depuis le début des troubles post-électoraux qu’une citoyenne française se retrouve dans le collimateur des autorités iraniennes.réélection contestée du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, lors du scrutin du 12 juin. Clotilde Reiss aurait pris des photos qu’elle aurait envoyées via un courriel privé à un ami dans la capitale iranienne. Selon cette source, la jeune femme est aujourd’hui détenue à la prison d’Evine à Téhéran.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz