FLASH
[29/06/2017] USA, Baltimore : 1 crime par jour, en hausse de 25% depuis le passage de la loi contre le port d’arme  |  [28/06/2017] Donald Trump a accepté l’invitation d’Emmanuel Macron d’assister au défilé de Bastille day (14 juillet)  |  Allemagne, un migrant arrêté parce qu’il soutenait ISIS  |  Tunisie, pays musulman modéré donc tolérant, interdit le spectacle de Michel Boujenah  |  [27/06/2017] L’enquête du FBI contre le général Flynn, le conseiller sécurité de Trump, était une vengeance  |  L’université de Californie se prend un procès pour « environnement hostile aux juifs »  |  Chômage : la barre des 6.6 millions d’inscrits à Pole Emploi est dépassée  |  [26/06/2017] La Cour suprême déclare légale l’interdiction d’entrée établie par Trump pour 6 pays musulmans (sauf les gens qui ont des liens aux USA)  |  [25/06/2017] Grande-bretagne, Newcastle : il s’agirait d’un accident et non d’une attaque contre des gens près d’une mosquée  |  Grande-bretagne, Newcastle : une voiture a foncé sur une foule apparement musulmane – 5 blessés  |  Newcastle : une voiture fonce sur des piétons, 5 blessés  |  [24/06/2017] Un député La République en marche favorable à l’intégration de l’enseignement de l’islam à l’école en Alsace-Moselle  |  [23/06/2017] Canicule : Veolia annonce que la situation est critique : 1 085 bouches d’eau ont été ouvertes  |  Mathieu Gallet, PDG de Radio France, devant le tribunal correctionnel pour soupçons de favoritisme lorsqu’il était à l’INA  |  Une source habituellement fiable nous indique que Mahmoud Abbas serait décédé – aucune confirmation officielle, peut-être un hoax  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 7 juillet 2009

 [LE FIGARO] Le quai d’Orsay a révélé lundi qu’une jeune femme française, une universitaire, est en détention depuis le 1er juillet en Iran, accusée d’espionnage. Clotilde Reiss, 23 ans, lectrice de français à l’université d’Ispahan (centre), a été arrêtée mercredi à l’aéroport de Téhéran alors qu’elle était sur le chemin du retour vers la France, via Beyrouth.


Interrogé lundi soir sur France 3, le chef de la diplomatie, Bernard Kouchner, a affirmé que la jeune femme était innocente et a exigé sa «libération immédiate». «Si nous comprenons bien, cette jeune femme a été accusée d’espionnage. Il s’agit d’envoi de photos prises par un téléphone portable. Ça n’est pas de l’espionnage, ça ne peut pas en être, cette accusation est absurde», a-t-il ajouté.


«Nous souhaitons que toute la lumière soit faite, que cette jeune femme soit libérée. Il n’y a aucune raison que Clotilde soit retenue», a-t-il dit avant de répéter : «Nous exigeons cette libération». Le quai d’Orsay qui avait révélé un peu plus tôt dans la soirée la détention de l’universitaire et a indiqué que l’ambassadeur d’Iran à Paris avait été immédiatement convoqué.


Selon nos informations, Clotilde Reiss est étudiante en Master 2 à l’Institut d’Etudes politiques de Lille. Bénéficiaire d’une bourse de l’
IFRI, l’Institut français de recherche en Iran, elle séjournait depuis cinq mois dans le pays, où elle enseignait le Français à l’Université technologique d’Ispahan.


Selon une source diplomatique proche du dossier, les autorités iraniennes reprochent à la jeune femme d’avoir participé à des manifestations à Ispahan après la


Revenant sur ces accusations, Bernard Kouchner a précisé lundi que Clotilde Reiss «était une jeune enseignante tout à fait classique qui faisait son travail, qui a été témoin de manifestations comme des millions d’Iraniens» et n’était «pas active dans ces manifestations». «Il y a un problème politique qu’affronte le monde entier, que commente le monde entier», a-t-il ajouté en évoquant la réélection de l’ultraconservateur Ahmadinejad, et les manifestations qui l’ont suivi. «N’en faisons pas une affaire d’État, faisons tout ce que nous pouvons pour la faire libérer», a dit le ministre.


Depuis la présidentielle du 12 juin, Téhéran a durci le ton face aux pays occidentaux, accusés de soutenir la contestation. Plusieurs journalistes avaient jusque-là été interpellés, de même que
  neuf employés iraniens de l’ambassade britannique à Téhéran. Mais c’est la première fois depuis le début des troubles post-électoraux qu’une citoyenne française se retrouve dans le collimateur des autorités iraniennes.réélection contestée du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, lors du scrutin du 12 juin. Clotilde Reiss aurait pris des photos qu’elle aurait envoyées via un courriel privé à un ami dans la capitale iranienne. Selon cette source, la jeune femme est aujourd’hui détenue à la prison d’Evine à Téhéran.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz