FLASH
[27/05/2017] La tombe du général de Gaulle à Colombey-les-Deux-Eglises a été vandalisée  |  Londres : le théatre de Piccadilly Circus vient d’être évacué en pleine séance  |  Trump : « je prendrais ma décision finale sur les accords de Paris [sur le climat] la semaine prochaine »  |  ISIS revendique l’attentat de Manchester  |  Somalie: les islamistes empêchent les populations affamées de recevoir l’aide alimentaire  |  Grande Bretagne : Durham bloquée par la police. Population évacuée du centre ville  |  Philippines, Marawi : l’armée bombarde les combattants de l’Etat islamique lors d’affrontements urbains  |  [26/05/2017] Afghanistan : des terroristes talibans attaquent une base militaire dans la province de Kandahar, au moins 20 morts  |  Syrie : nouvelle frappe de la coalition américaine : 80 proches de l’Etat islamique tués  |  Manchester : Salman Abedi a préparé son attentat depuis 1 an  |  La police allemande a arrêté un islamiste à Essen  |  Egypte, des musulmans attaquent des Chrétiens coptes dans un bus: 24 morts, 16 blessés. Ils n’ont pas entendu les mots d’amour de Manchester  |  [25/05/2017] Philippines : affrontements violents aujourd’hui entre ISIS et l’armée philippine dans l’ouest de Mariwa  |  Manchester : raid de la police en cours concernant des suspects en rapport avec l’attentat  |  Une bombe a été placé dans la voiture de l’ancien Premier ministre grec , Lucas Papademos. Plusieurs personnes blessés dont le Premier ministre  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 20 juillet 2009





Michel Garroté

Lundi 20 juillet 2009 – 28 Tammuz 5769


Médias, instituts de sondages, sites, blogues, associations diverses, on a le sentiment que de nombreux lobbies s’agitent dans tous les sens. Le problème, c’est que l’opinion publique est confrontée avec des lobbies purement virtuels fabriqués dans les usines conspirationnistes. Le soi-disant lobby américain ;  le soi-disant lobby israélien ;  et le soi-disant lobby juif. Un écran de fumée hélas efficace qui occulte les vrais lobbies,  notamment la Ligue arabe et l’Organisation de la Conférence Islamique.  Sarkozy, plus que ses prédécesseurs, a trahi ses promesses électorales, pour courtiser le monde mahométan, Bachar Al-Assad et Kaddhafi inclus. Mais la légende qui circule (lire ci-dessous) voudrait que L’Elysée soit – paraît-il – aux mains du lobby judéo-américain.  Or, c’est précisémment ce que racontent la Ligue arabe et l’Organisation de la Conférence Islamique….  Dans la guerre des lobbies, le monde islamique marque des points. Malheureusement.


Guysen News International, lundi 20 juillet, informe dans une dépêche que « Selon un sondage américain, la cote de popularité du président Barak Obama est en baisse.
Moins de 60 % des sondés le soutiennent. Dans le domaine de la politique de santé, il est soutenu par moins de 49% des personnes interrogées. C’est la première fois qu’il tombe aussi bas ». J’ajoute quant à moi que l’article de Metula (reproduit ci-dessous) permet de supposer que la chute de Obama dans les sondages ne fait que commencer.


LSB, lundi 20 juillet, dans « Nouvelle mosquée à Clichy », informe :  « Sur 1000m² pour un chantier de 4,7 M€, le centre serait à la fois cultuel et culturel, abritant une bibliothèque et une dizaine de classes.
Une future madrassa ». Et dans « Chronique de la violence ordinaire », LSB informe :  « Un policier a été blessé au dos cet après-midi quand des fonctionnaires de police ont essuyé des jets de pierres lors d’une intervention à Trappes (Yvelines). Les forces de l’ordre avaient été appelées sur le lieu d’un accident impliquant le pilote d’une motocross et un automobiliste. Le motard, qui conduisait de manière dangereuse, s’est encastré dans la voiture de l’automobiliste. A leur arrivée, les policiers n’ont pas retrouvé le motard ni le deux-roues. Ils ont en revanche essuyé des jets de pierres et l’une d’entre elles a blessé un fonctionnaire au dos ».



Lundi 20 juillet, dans « La dette américaine et l’avenir du dollar », Sébastien Castellion, pour Metula News Agency, écrit (extraits) :  « …
La croissance est encore nettement négative aux Etats-Unis et en Europe ; peu d’économistes attendent la fin de la récession avant 2010 ou le dernier trimestre 2009. Aux Etats-Unis, cependant, l’économie commence à présenter des signes encourageants. Au cours de la semaine dernière, les actions américaines ont augmenté de 6 pour cent. Et, après le grand massacre d’entreprises des six derniers mois, les survivants commencent à publier des profits plus élevés que prévu. L’amélioration des profits des entreprises semble, pour l’essentiel, due à deux facteurs. D’abord, les entreprises ont réduit leurs coûts, ce qui, naturellement, améliore les profits. 6,5 millions d’emplois ont été détruits aux Etats-Unis depuis le début de la crise, dont 3,4 millions pour la seule année 2009. (…) Depuis un mois environ, il semble que nous soyons parvenus à ce stade : les destructions d’emplois des quatre dernières semaines ont été limitées à 522.000, contre 647.000 pour les quatre semaines précédentes ».

« Ensuite, le secteur bancaire – qui se trouvait au cœur de la crise – profite d’un retour à la normale de la courbe des taux.(…) Si la fin de la crise se confirme d’ici la fin de l’année, la presse américaine et européenne essaiera naturellement d’en attribuer le mérite à la politique économique du Président Obama, et, plus particulièrement, à son plan de relance budgétaire. Cette explication, cependant, est contredite par le calendrier. Sur les 787 milliards de dollars de dépenses contenues dans la loi de dépenses dite « stimulus » de février dernier, seuls 60 milliards ont été dépensés à ce jour – un montant trop faible pour avoir la moindre influence sur l’économie. La grande majorité des dépenses sera engagée après 2010, c’est-à-dire à une date où la récession sera terminée de toute manière. Dans ces conditions, prétendre faire un lien entre reprise et « stimulus » relève de la pure politique et n’a aucun sens pour l’analyse économique ».

« Pourtant, les dépenses Obama auront bien un impact économique. Cet impact ne portera pas sur la date de la reprise, mais sur le
niveau d’endettement des Etats-Unis ; et il risque de se faire sentir dans toute l’économie mondiale. (…) On entend encore quelquefois – notamment en Europe, un conservatoire des idées socialistes fort amusant à observer pour le reste du monde – l’idée que l’argent ainsi emprunté aurait risqué, sans cela, d’être purement accumulé par ses détenteurs. Mais ceux qui répètent cet argument sont souvent les premiers à chercher un usage aussi profitable que possible pour leur épargne. Ils devraient donc savoir que tout le monde fait aujourd’hui la même chose et que l’épargne, par le truchement des institutions financières, vient en permanence alimenter l’économie. Il faut avoir le cerveau bloqué en mode « dix-neuvième siècle » pour faire semblant de ne pas le voir. Dans les économies modernes, un plan d’endettement et de dépenses va donc, à court terme au moins, avoir un effet nul sur la richesse nationale, mais pas sur sa composition ».

« De l’argent est retiré à l’investissement privé, qui se réduit ; et il est injecté dans
des investissements publics, mais aussi dans des revenus (une bonne partie des dépenses de l’Etat consiste à payer ses fonctionnaires et à distribuer des avantages sociaux). (…) Les épargnants savent que l’Etat aura besoin de leur argent pour financer ses dépenses futures et réduisent, en conséquence, leurs projets d’investissement ; les banques savent qu’un emprunt public s’approche et orientent les fonds qu’elles gardent vers la dette publique, plutôt que vers les investissements des entreprises. (…) C’est dans un deuxième temps que les choses se compliquent. Les investissements publics et les investissements privés sont tous deux nécessaires pour maintenir la croissance économique à long terme, donc la substitution de l’un à l’autre ne devrait pas avoir d’effet majeur. Mais tout dépend de la situation depuis laquelle on part. (…) Dans une telle situation, les plans d’endettement et de dépenses suppriment des dépenses utiles – l’investissement privé, soumis au contrôle des investisseurs qui ne veulent pas perdre leur argent – pour les remplacer par des dépenses politiques improductives (…) ».

« Ce qui est clair (…) c’est que l’autre versant de la politique budgétaire du Président Obama – l’endettement nécessaire à
toutes ces dépenses – est en train de devenir un problème majeur pour le Président en politique intérieure, mais aussi pour l’économie mondiale. En politique intérieure, l’accumulation des méga-déficits se traduit par la certitude absolue que les impôts de tous les Américains vont bientôt augmenter fortement. (…) L’importante majorité Démocrate à la Chambre des Représentants et au Sénat dépend du soutien persistant d’un groupe de Démocrates relativement conservateurs (dits « Blue Dogs » ou Chiens bleus), qui ont été élus dans des circonscriptions facilement regagnables par les Républicains et qui, par conséquent, ne peuvent pas prendre le risque de soutenir une politique économique irresponsable. Ces derniers temps, les Chiens Bleus montrent de plus en plus de signes de nervosité. Il est désormais tout à fait possible qu’ils fassent échouer le seul élément important du programme Obama à n’avoir pas été encore abandonné : l’instauration d’un système étatique d’assurance santé, qui aurait vocation à devenir progressivement un système unique (…) ».

« Ce qui est maintenant clair, et que la rhétorique présidentielle ne parvient pas à cacher, c’est que ce système alourdirait
encore la dette publique de l’ordre d’un millier de milliards de dollars supplémentaires. Ce montant s’ajoute à celui des autres programmes d’endettement et de dépenses déjà votés et qui, selon l’office budgétaire du Congrès, pourtant sous influence Démocrate, vont doubler la dette américaine dans les dix prochaines années. Cet office, dit CBO, a d’ailleurs reconnu la semaine dernière qu’aucune des économies annoncées par le Président en contrepartie des surcoûts n’avait le moindre commencement de crédibilité. Son directeur, Douglas Elmendorf, a déclaré, devant la commission du budget du Sénat, que le projet de loi ne contenait aucune économie réelle et alourdirait structurellement, sur le long terme, la dette américaine…« .



Reuters informe dimanche 19 juillet, dans une dépêche, que (extraits) « Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a lancé un nouveau défi aux Etats-Unis dimanche en rejetant la
demande de Washington de suspendre la construction de 20 logements à Jérusalem-Est. Des responsables israéliens ont fait savoir que l’ambassadeur d’Israël à Washington, Michael Oren, avait été convoqué et s’était entendu dire par les autorités américaines que le plan de construction approuvé par la municipalité de Jérusalem devait être suspendu. (…) Ce désaccord entre Israël et les Etats-Unis risque d’accroître les tensions entre les deux pays alors que Washington fait déjà pression sur le gouvernement israélien pour qu’il gèle toutes les constructions de colonies en Cisjordanie. Réagissant aux derniers propos de Netanyahu, le négociateur palestinien Saeb Erekat a déclaré que le Premier ministre israélien devait comprendre que « colonies et paix sont deux choses qui ne font pas bon ménage ».  J’ajoute quant à moi qu’il suffit de 20 (vingt) logements juifs pour mettre l’administration Obama dans tous ses états. Mais que les « sans abri » (des déplacés et des génocidés) du Darfour et de la RDC (par exemple) n’empêchent personne de dormir.



Samedi 18 juillet, Associated Press, dans une dépêche, informe (extraits) :  « Une vidéo d’une heure découverte par la police colombienne dans l’ordinateur (…) d’un rebelle
des FARC montre que la guérilla aurait financé la campagne du président équatorien Rafale Correa en 2006. Sur ce document, on peut voir le commandant en second des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), Jorge Briceno, lisant le testament politique du dirigeant décédé Manuel Marulanda. Dans ce texte, le fondateur des FARC affirme avoir contribué à la campagne de Correa (…). La vidéo transmise à l’Associated Press par un responsable colombien anonyme parait confirmer les messages électroniques trouvés sur un camp de la guérilla détruit lors d’un raid transfrontalier l’an dernier. Rafael Correa avait accusé la Colombie d’avoir fabriqué ces preuves, mais Interpol les aurait authentifié. Bogota proteste contre les attaques de la guérilla des FARC à partir du territoire équatorien ». Pour ce qui me concerne, les milliards de narcodollars, farcistes entre autres, ont toujours été un facteur déterminant en Amérique latine, mais l’Associated Press, à ce propos, débarque…


Alexande Lévy sur slate.fr dimanche 19 juillet, dans un article intitulé  « Que serait l’affaire Halimi sans Sarkozy ? », écrit notamment (extraits) :  « Le procureur général de Paris, Laurent Le
Mesle, s’en cache à peine: oui, l’ordre de faire appel du verdict du procès de gang dit des «barbares» est venu d’en haut. (…) ‘Quand, en France, le garde des Sceaux prend une décision spectaculaire, on tourne généralement ses regards vers l’Elysée’, rappelle Sylvie-Pierre Brossolette du Point. Surtout lorsque son occupant s’appelle Nicolas Sarkozy. Est-ce que Michèle Alliot-Marie (MAM) a agi sous la pression de ce dernier ?  ‘La réponse à la question est oui’, tranche l’éditorialiste du Point ».  Je ne suis pas le moins du monde choqué par la décision de MAM.  Car en général,  c’est dans le sens inverse que la France fait du zèle. Ainsi, quatre jeunes Juifs soi-disant « proches » de la LDJ ont été condamnés en correctionnelle en toute hâte – pour avoir déversé un filet d’huile d’olive casher sur de la propagande judéophobe – et je ne lis toujours rien à ce sujet dans nos médias.


Lundi 20 juillet dans Libération, on peut lire (extraits) :  « Quatre militants bordelais de la cause palestinienne viennent d’être entendus par la police pour une
action d’appel au boycott des produits israéliens qu’ils avaient mené dans un supermarché, au mois de mars dernier. Une enquête préliminaire a en effet été ouverte récemment à la suite d’une plainte déposée par le «secours français pour les sinistrés d’Israël» (…) En fait, c’est le président du «secours français pour les sinistrés d’Israël», Sammy Ghozlan qui a déposé plainte après avoir visionné une vidéo de l’action dans le supermarché bordelais sur le site d’EuroPalestine. Je note que personne ne prend la peine de dire que des commandos « pro-palestiniens » démolissent les étagères de supermarchés qui étalent des produits juifs made in Israël….



LSB samedi 18 juillet dans un article intitulé « Aymeric Chauprade s’explique dans un entretien accordé à Alterinfo »,  écrit (extraits) :  « Aymeric Chauprade, spécialiste et
professeur d’envergure internationale (ndmg :  ah bon ?), s’exprime sur les raisons de son éviction de sa chaire de géopolitique au collège interarmées de défense et donne sa vision des grands axes géopolitiques d’aujourd’hui. Loin des sentiers battus et du politiquement correct. Ceci expliquant sûrement cela. « Tout est parti d’un article de Jean Guisnel dans l’hebdomadaire français Le Point du 5 février 2009, qui a demandé ma tête au ministre de la Défense parce que j’ai osé faire écho aux théories non conformistes (ndmg : conformistes au contraire ;  la thèse conspirationniste est devenue conformiste) sur le 11 septembre 2001. Mon dernier ouvrage commence en effet par un chapitre sur le 11-Septembre ».

« J’ai voulu montrer que le choc des civilisations, c’est
d’abord le fait qu’une immense partie de l’humanité, en dehors du monde occidental, ne croit pas à la version officielle (ndmg :  l’auteur fait sans doute allusion au monde mahométan qui est à l’origine de la thèse conspirationniste) de cet événement donnée par le gouvernement américain et qui est devenue la version obligatoire des médias occidentaux (ndmg :  au contraire,  c’est la thèse conspirationniste créée en terre d’islam qui est à la mode en Occident). Je suis un scientifique, j’ai une première formation de sciences mathématiques et physiques avant d’être passé à la science politique » (ndmg :  dans ce cas pourquoi l’auteur et sa « thèse » sont-ils repris par les milieux d’extrême-gauche et d’extrême-droite ?  Si l’auteur est si brillant,  il a accès au médias classiques, non ?).

« Pour avoir creusé le sujet (surtout aux États-Unis) et pour avoir beaucoup parlé de cela avec des experts français
du renseignement (qui eux ne parlent pas mais n’en pensent pas moins), je peux vous dire que j’ai des doutes plus qu’importants quant à la version officielle (ndmg :  pour les experts français on repassera…pour l’instant ils se font surtout kidnapper en Somalie). En tout cas, je ne vois pas au nom de quoi il serait interdit de penser sur ce sujet. On aurait le droit d’imaginer des choses horribles sur les musulmans (ndmg :  avec le Mrap, la Licra et la Halde sur le dos ?) ou sur n’importe quelle civilisation, mais dès que cela touche aux Américains, et plus encore à Israël (ndmg :  mais c’est précisémment ce que nos médias font tous les jours,  attaquer les USA et Israël !), c’est quasiment un crime contre l’humanité (ndmg :  l’auteur commence à trahir le fond de sa pensée…) que d’imaginer que des cyniques aient pu concevoir un tel crime (…)  La réintégration par la France du commandement de l’alliance atlantique (OTAN) est contraire à l’intérêt de la France » (ndmg :  c’est un « expert » qui parle…).

« Je crois qu’Européens et Russes ont un destin commun à construire et qu’ils doivent bâtir un rapport équilibré avec le monde musulman. La France doit développer une politique arabe intelligente car équilibrée (ndmg : une alliance euro-slavo-musulmane, on dirait Le Pen…). Les Russes ont l’expérience de l’islam caucasien et centre-asiatique depuis le XVIIIe siècle » (ndmg :  ben voyons,  et c’est pour ça que les Russes sont dans la m… en Tchétchénie, en Ingouchie et au Daghestan et qu’ils fichent le bazard en Géorgie…  Le texte de cet auteur « expert » est diffusé par les cathos tradis de « LSB » via « les Manants du roi »…qui repiquent ce morceau d’anthologie sur Alterinfo, un machin d’extrême-gauche; ah, les lobbies…).




Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz