FLASH
[25/05/2017] Philippines : affrontements violents aujourd’hui entre ISIS et l’armée philippine dans l’ouest de Mariwa  |  Manchester : raid de la police en cours concernant des suspects en rapport avec l’attentat  |  Une bombe a été placé dans la voiture de l’ancien Premier ministre grec , Lucas Papademos. Plusieurs personnes blessés dont le Premier ministre  |  Manchester : les renseignements anglais pensent que l’attentat a été décidé par une cellule terroriste européenne qui vise surtout l’Allemagne et la Grande Bretagne  |  Manchester : la bombe était très sophistiquée, avec des explosifs à réaction ultra rapide  |  Manchester : l’anti-terrorisme découvre un réseau terroriste derrière l’attentat  |  Salman Abedi « voulait se venger » des bombardements US en Syrie, d’après sa sœur (se venger sur des fillettes ?)  |  Manchester : massive opération anti-terroriste en cours, artificiers anti-bombe sur place  |  [24/05/2017] La filière du terroriste de Manchester Salman Abeidi a permis de remonter jusqu’à un important recruteur d’ISIS  |  Coup de feu au café des belges, rue Lafayette : saisie d’une dépêche ancienne – nous nous excusons  |  Non confirmé : alerte à la bombe dans une école de Strasbourg et à Paris près de la gare du Nord  |  Paris : coup de feu au café des belges, rue Lafayette bloquée  |  Un terroriste musulman s’est fait exploser dans un autobus en ville à Jakarta Bilan 4 morts et plusieurs dizaines de blessés  |  Lille, France : 2 musulmanes arrêtées par le raid avant de commettre un attentat  |  Trump a obtenu de l’OTAN qu’elle se joigne à la coalition anti-ISIS  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 9 août 2009

Moins d’une semaine après les menaces proférées par Al-Zahawiri, le numéro 2 d’Al-Qaeda, la France a été frappée de plein fouet par le terrorisme.

Des policiers mauritaniens contrôlent les abords de l'ambassade de France.
Des policiers mauritaniens contrôlent les abords de l’ambassade de France. Crédits photo : AFP

Deux Français, des gendarmes assurant la sécurité de l’ambassade, et une Mauritanienne ont été légèrement blessés. Le kamikaze de 22 ans était un membre connu et recherché de la mouvance jihadiste.

[LE FIGARO] C’est le premier attentat suicide à frapper la Mauritanie. Un kamikaze a fait exploser sa ceinture d’explosifs samedi soir vers 19 heures (21 heures en France) devant l’ambassade de France au passage de deux gandarmes mobiles, à Nouakchott, la capitale . Les deux agents français, qui faisaient leur jogging, et une Mauritanienne, qui circulait dans les parages, ont été blessés. Leur état n’inspire aucune inquiétude. Le parquet antiterroriste de Paris a ouvert une enquête.


Les deux Français, qui courraient comme à leur habitude dans la rue située entre l’ambassade de France et l’ambassade de Libye, «ont subi quelques petits impacts, très légers» mais sont surtout «sous le choc et resteront sous observation médicale» à l’hôpital, a précisé le premier conseiller de l’ambassade de France, Marc Flattot. Selon une source hospitalière, l’un des deux Français a été soigné «pour une blessure à la poitrine saignant beaucoup mais pas très grave».Une Mauritanienne a également été traitée brièvement aux urgences. La femme été très légèrement touchée par des éclats d’explosifs alors qu’elle se trouvait à bord d’un véhicule.

 

Joyandet : «l’attentat vise la lutte contre al-Qaida»

L’attentat n’a pas été revendiqué. Cependant une source policière, requérant l’anonymat, assure que le terroriste, qui a été tué sur le coup, était un Mauritanien, «né en 1987 à Nouakchott». Le jeune homme a été «formellement identifié comme un membre de la mouvance jihadiste». «C’est un élément que nous recherchions, il était dans le collimateur des services de sécurité» a expliqué un responsable policier, ajoutant: «il serait rentré sur le territoire mauritanien il y a seulement dix jours».

Cette attaque intervient un mois et demi après l’assassinat d’un Américain à Nouakchott – revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique – et trois jours après l’investiture de l’ex-général putschiste Mohamed Ould Abdel Aziz dans ses fonctions de président élu de la Mauritanie. Dans son discours d’investiture comme président du pays, le chef d’Etat avait assuré mercredi qu’il «ne ménagerait aucun effort pour lutter contre le terrorisme et ses causes». «Il ne fait pas de doute que la France était visée par un tel acte isolé», a reconnu Alain Joyandet, le secrétaire d’Etat à la coopération et à la Francophonie. «Mais je pense que cet attentat est surtout lié à l’élection du président Mohamed Ould Abdel Aziz, qui a pris position contre le terrorisme. Je n’ai pas d’inquiétude pour les ressortissants français», a-t-il souligné sur RTL.

La semaine dernière, trois Mauritaniens ont été inculpés et écroués à Nouakchott dans le cadre de l’assassinat du ressortissant américain. Celui qui l’aurait planifié, Mohamed Abdallahi Ould Hemdnah alias «Eness», aurait par ailleurs reconnu avoir participé aux meurtres de soldats mauritaniens, en 2007 et 2008, selon une source judiciaire.La Mauritanie, vaste pays ouest-africain aux trois quarts désertique, avait été très affectée fin 2007 par les assassinats de quatre Français à Aleg (250 km à l’est de Nouakchott), pour lesquels trois jeunes Mauritaniens proches d’Al-Qaïda sont actuellement détenus, en instance de jugement.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz