FLASH
L’homme qui a pris 7 otages lors d’un cambriolage bd Massena à Paris a échappé à la police, et il est armé  |  Des hackers ont dérobé 2 milliards de roubles de la banque centrale de Russie  |  Le monde du deux-roues et de la moto perd une figure qui s’en va à la retraite : François Hollande  |  Merkel au bord de la crise de nerf : la moitié des Allemands réclament un référendum sur un possible GERXIT  |  Le Sénat américain a voté un renforcement des sanctions contre l’Iran – un sénateur a voté contre : Bernie Sanders  |  François Hollande renonce à se représenter à la présidentielle – il aura au moins pris une bonne décision en 5 ans  |  France: la police intercepte un avion avec 100 millions d’euros de Cocaine venant de Colombie à bord  |  A l’ONU, la France vient de voter que le Mont du Temple est un lieu saint pour les seuls musulmans  |  Près de 370 combattants de l’Etat islamique arrêtés en Turquie en novembre, rapporte l’agence officielle turque  |  Plus bas historique : 5% des Américains ont confiance dans les médias, sauf Fox News: 28% lui font confiance  |  Scandaleux : le Parlement européen illustre un débat sur le fascisme par une photo de Marine Le Pen  |  Michael Flynn, le conseiller à la sécurité nationale de Trump accuse la Chine & la Corée du nord d’avoir fait une alliance globale avec l’islam radical  |  Les médias vont manger leur chapeau : le Dow Jones progresse de 76 points à l’annonce des nomimations par Trump aux postes économiques clés  |  Message d’Albert Bertold: Dreuz a perdu 8 abonnés twitter, 46 de la newsletter et gagné 431 lecteurs en 24h  |  2 avions israéliens ont tiré des missiles depuis l’espace aérien libanais vers la capitale syrienne  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 13 août 2009



Michel Garroté

Jeudi 13 août 2009  –  23 Av 5769

Comme nous l’avions prévu (et redouté),  voici que la terreur islamique progresse grâce à Barack Hussein Obama.  Malgré l’excellent travail du général Petraeus,  Obama a retiré prématurément les troupes US des zones urbaines irakiennes et depuis lors,  Al-Qaïda,  revenu en force,  se livre à nouveau au carnage quotidien de civils irakiens.  En Afghanistan,  Obama n’a pas tenu sa promesse d’intensifier la résistance armée à la terreur islamique et,  de ce fait,  le théâtre des opérations des talibans et d’Al-Qaïda s’est agrandi et fortifié,  jusqu’au Pakistan et jusqu’en Inde.  En Afrique,  Al-Qaïda profite de la mollesse et de la complaisance d’Obama pour étendre ses réseaux et intensifier ses attentats criminels au nord, à l’est et à l’ouest de ce continent.  En Iran,  la théocratie intégriste,  consciente de l’idiotie de la politique étrangère obamique,  intensifie la répression interne et poursuit son expansionnisme externe à travers notamment le Hezbollah et le Hamas.  Sans parler de la fabrication de la première bombe atomique iranienne qui progresse à grands pas.


  
A propos de terrorisme,  je lis ça et là que des personnalités narcoterroristes (et preneuses d’otages) membres des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) sont « ouvertes à un dialogue » avec le gouvernement colombien à condition d’obtenir « des garanties sur leur sécurité »,  selon les déclarations,  mercredi 12 août 2009,  du leader des farcistes,  dans un entretien avec le magazine Cambio.  Je vois d’ici le tableau.  Sarkozy, à la demande de Carla (sur l’oreiller),  va accueillir quelques assassins colombiens en France.  C’est vrai qu’on a vraiment besoin de ça,  surtout en ce moment.


  
Par ailleurs,  je lis que les Forces de Défense d’Israël ont arrêté dans la nuit de mercredi 12 à jeudi 13 août sept Palestiniens recherchés en Judée-Samarie.  Des armes ont été saisies au cours de l’arrestation.  Et deux Israéliens ont été blessés hier soir mercredi en Judée-Samarie par des tirs à l’arme automatique alors qu’ils circulaient en voiture.  C’est ça,  l’efficacité et la bonne volonté,  de l’Autorité Palestinienne,  et de sa seule véritable composante,  le crypto-terroriste (et maffieux) mouvement « Fatah » (à ce propos lire également le dernier paragraphe de l’article cité ci-dessous).

D’autre part,  dans un article intitulé   » Diplomatie internationale : le vrai ‘monde sans Amérique’ « , Sébastien Castellion,  pour Metula News Agency,  le mercredi 12 août 2009,  écrit notamment (extraits) :  « Le rêve d’un ‘monde sans Amérique’ – un monde où les Etats-Unis imploseraient,  comme naguère l’URSS,  ou deviendraient si faibles qu’ils cesseraient de compter dans les affaires du monde – fait partie des outils rhétoriques les plus usés des amériphobes de tout poil.  L’islamisme,  qui s’est convaincu que le monde lui devait la chute de l’Union Soviétique après sa défaite afghane,  annonce tous les jours que l’Amérique est la prochaine cible des croyants.  Les gauches européennes ne se fatiguent jamais d’annoncer,  à chaque crise financière de quelques semaines ou quelques mois,  que c’en est maintenant bien fini du ‘libéralisme anglo-saxon’ et de l’influence américaine sur le monde » (Note de Michel Garroté :  c’est là un vieux, très vieux fantasme, notamment français, comme si la France post-pétainiste n’avait toujours pas soigné ses complexes).

« En France,  une étrange coalition de la haine – des nervis du Front national jusqu’aux couloirs feutrés du Quai d’Orsay – exprime quotidiennement son exaspération devant la puissance américaine et son espoir de voir une planète libérée de cette puissance.  Dans presque tous les domaines,  ceux qui partagent ce rêve sont condamnés à passer tout le restant de leur vie dans la frustration et la rage.  Les Etats-Unis resteront, pendant au moins la première moitié de ce siècle et sans doute au-delà,  la première économie mondiale – et de très loin.  Leur puissance militaire est incomparablement supérieure à celle de tous les autres pays du monde.  Les alliances militaires dominées par l’Amérique,  OTAN et alliance japonaise en premier lieu,  continuent à garantir la paix des zones les plus riches de la planète  (…) « . (Note de Michel Garroté :  la coalition française de la haine dont parle l’auteur remonte à l’époque du gouvernement gaullo-communiste d’après guerre et les plus de cent millions de victimes du communisme n’ont pas entamé cette coalition française de la haine qui préfère n’importe quelle compromission à une réelle amitié avec les USA et avec Israël ;  le pétrole et le gaz expliquent en partie cette coalition ;  mais le pétrole et le gaz n’excusent pas pour autant cette nouvelle forme de capitulation et de collaboration).


  
« Le Président Reagan, au cours des années 1980, a su faire accepter par le monde démocratique, après une période confuse d’hésitation et de ‘détente’, une approche dure de la confrontation avec le bloc communiste, qui a largement contribué à l’effondrement de ce bloc. Enfin, jusqu’à l’an dernier, sous la présidence de George W. Bush, l’Amérique avait fait accepter par le monde :   son propre cadre conceptuel pour la lutte contre le terrorisme islamique ;  l’idée même que cette lutte était un combat pour la civilisation ;  l’ambition de lutter,  à long terme,  contre le djihadisme en répandant la démocratie dans le monde musulman ;  enfin,  le cadre concret de la coopération entre Etats dans la lutte contre le terrorisme ;  tout cela fut conçu par l’administration Bush ».

« Les autres pays pouvaient être d’accord ou non,  mais n’ont jamais réussi à convaincre la communauté internationale d’adopter une autre approche.  (…)  Obama… veut empêcher l’émergence d’un Iran nucléaire et hostile par des négociations directes, au cours desquelles la République islamique se verra reconnaître un statut de grande puissance régionale et un droit de principe à la maîtrise du nucléaire, en échange d’un engagement à ne pas achever la construction de sa bombe  (…)  il veut mettre fin au conflit du Proche-Orient, en convaincant Israël de cesser la construction d’habitations juives dans les territoires palestiniens et à Jérusalem Est.  (…)  Mais si une chose fait aujourd’hui l’unanimité des chancelleries du monde, de Riyad à Jérusalem et de Paris à Moscou, c’est que personne ne croit qu’une seule des initiatives du Président Obama n’a la moindre chance de succès ».


  
« Mettre fin à la vision confrontationnelle des relations entre grandes puissances ?  Allez le dire à la Russie,  qui continue à soutenir l’Iran dans les enceintes internationales.  La Russie est pourtant une puissance rationnelle,  parfaitement consciente du risque que présenteraient des fous de Dieu nucléarisés ;  elle ne souhaite pas, au fond, que ce risque se concrétise.  Mais elle préfère prendre ce risque,  plutôt que d’accepter une augmentation de l’influence américaine au Moyen-Orient.  Pour bien montrer ce qu’elle pense de la philosophie constructive d’Obama,  la Russie a d’ailleurs réagi aux déclarations de paix du Président en envoyant, la semaine dernière,  des sous-marins armés d’ogives nucléaires en patrouille dans les eaux territoriales américaines » (Note de Michel Garroté :  c’est sans doute parce que les Chefs d’Etats et les Grands Reporters occidentaux sont en vacances que cette incroyable provocation de type soviétique est passée presque innaperçue).


  
« Négocier directement un accord historique avec l’Iran ?  La République islamique a expliqué sur tous les tons qu’elle n’était pas intéressée. Soit il n’y aura pas de rencontre du tout, soit il y aura une rencontre mise en scène par l’Iran, dans le seul but d’humilier autant que possible l’ennemi américain. Le régime iranien n’est pas hostile aux Etats-Unis par incompréhension, comme Obama semble le croire. Il sait parfaitement comment fonctionne l’Amérique et la déteste telle qu’elle est : démocratique, libre de mœurs et avant tout non musulmane. De plus, en termes plus politiques, les mollahs savent que s’ils mettaient fin à leur guerre de trente ans contre l’Amérique, ils saperaient la justification idéologique de leur pouvoir.  (…) « .


  
« Les Palestiniens ont montré tout leur intérêt pour une solution négociée en élisant,  parmi les 18 membres élus du comité central du Fatah,  une nette majorité de partisans de la violence.  Celui qui a obtenu le plus de voix (et dont on parle de plus en plus pour succéder à Mahmoud Abbas le jour venu) est Abd al-Mahir Ghuneim, un opposant déclaré aux accords d’Oslo,  qui ne souhaite rien tant que ramener le Fatah à la belle époque d’Arafat et de la lutte sans concessions contre les Juifs » (Fin des extraits de l’article de Sébastien Castellion, pour Metula News Agency, le mercredi 12 août 2009).
  

   
  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz